Sport Boys Association

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un club de football image illustrant le Pérou
Cet article est une ébauche concernant un club de football et le Pérou.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet football.

Sport Boys
Logo du Sport Boys
Généralités
Nom complet Sport Boys Association
Surnoms Los Rosados
La Misilera
Fondation
Couleurs rose et noir
Stade Estadio Miguel Grau
(17 000 places)
Siège Pedro Ruíz Gallo 153,
Callao, Pérou
Championnat actuel Segunda División
Entraîneur Drapeau : Pérou Rivelino Carassa (es)
Joueur le plus capé Drapeau : Pérou Pedro Requena (281)
Meilleur buteur Drapeau : Pérou Valeriano López (113)
Site web www.sportboys.com.pe
Palmarès principal
National[1] Championnat du Pérou (6)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Dernière mise à jour : 25 décembre 2015.

Le Sport Boys Association est un club péruvien de football basé dans le port du Callao. Avec six championnats du Pérou, c'est le quatrième club le plus titré du pays. Il a longtemps entretenu une vieille rivalité sportive avec son voisin de l'Atlético Chalaco.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé le , le club participe cinq ans plus tard au championnat de première division et obtient son premier sacre en 1935[2]. Avec cinq buts, Jorge Alcalde est le meilleur buteur du tournoi. Deux autres sacres suivront, en 1937 (avec, à peu de choses près, la même équipe que deux ans auparavant[2]) et 1942 (Víctor Marchena (es) étant le seul survivant de l'équipe championne en 1935 et 1937). Les années 1940 voient l'apparition d'un buteur hors-norme, Valeriano López, trois fois consécutivement meilleur buteur du championnat (1946, 1947, 1948)[3].

En 1951, le championnat devient professionnel et le Sport Boys devient le premier champion de l'ère professionnelle[4], avec Valeriano López encore une fois meilleur buteur du championnat et principal artisan du titre avec 31 buts marqués[3]. La fin des années 1950 amène un cinquième titre, celui de 1958, gagné à la dernière minute face au rival traditionnel, l'Atlético Chalaco, qui le devançait d'un point lors de la dernière journée[5]. Le légendaire coach péruvien, Marcos Calderón, était alors aux commandes de l'équipe[5].

Le Sport Boys devra attendre 1984 pour obtenir un nouveau titre de champion, son dernier jusqu'à ce jour, sacre qui coïncide avec le retour de Calderón sur le banc de l'équipe[6]. Cependant les Rosados sont incapables d'assurer le maintien et descendent en 1987. Ils remontent deux ans plus tard avec de bons résultats dans l'immédiat puisqu'ils sont vice-champions du Pérou en 1990 et 1991.

Les années 2000 sont difficiles, surtout à partir de 2008, année où le club redescend en deuxième division au milieu d'une désorganisation administrative doublée d'une crise économique aggravée[7]. Malgré un titre de champion de D2 en 2009 et une remontée en première division[8], il finit par redescendre pour la troisième fois en deuxième division en 2012[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel (2015)[modifier | modifier le code]

No. Nat. Position Nom du joueur
1 Drapeau du Pérou G Leonardo Rodríguez Widdup
12 Drapeau du Pérou G Javier Ludowieg
24 Drapeau du Pérou G Gabriel Valenzuela Gutiérrez
2 Drapeau du Pérou D Jorge Huamán (es)
3 Drapeau du Pérou D Alessio Rigacci
5 Drapeau de la Côte d'Ivoire D Hervé Kambou
22 Drapeau du Pérou D Robert Castro
30 Drapeau du Pérou D Miguel Duarte
6 Drapeau du Pérou M Jefferson Díaz
13 Drapeau du Pérou M Randall Núñez
16 Drapeau du Pérou M Paolo Huamán
18 Drapeau du Pérou M Carlos Elías (es)
No. Nat. Position Nom du joueur
27 Drapeau du Pérou M Anderson Cueto
- Drapeau du Pérou M Humberto Dávila
- Drapeau du Pérou M Jair Cano
- Drapeau du Pérou M Vincchenzo Ballón
9 Drapeau du Nigeria A Godson Ihedioha
11 Drapeau du Pérou A Edson Barrientos
15 Drapeau du Pérou A Ayrton Freundt
17 Drapeau du Pérou A Giussepe Bernedo
29 Drapeau du Pérou A Darey Pérez
- Drapeau du Pérou A Jesús Barco
- Drapeau du Pérou A Gabriel Lara

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive, inspirée du site officiel du club[10].

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Entraîneurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Liste des entraîneurs du Sport Boys[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a et b (es) Ernesto Linares Mascaro, « El primer título de Sport Boys hace 75 años », sur www.elinaresm.blogspot.pe,‎ (consulté le 25 décembre 2015).
  3. a et b (en) Juan Pablo Andrés, Carlos Manuel Nieto Tarazona and José Luis Pierrend, « Peru - List of First Division Topscorers », sur rsssf.com,‎ (consulté le 25 décembre 2015).
  4. (es) Carlos Batalla, « Sport Boys, el primer campeón profesional », sur elcomercio.pe,‎ (consulté le 25 décembre 2015).
  5. a et b (es) « Campeonato 1958, título con Marcos Calderón como técnico », sur www.sportboys.com.pe (consulté le 25 décembre 2015).
  6. (es) Raúl Behr, « Boys 1984: Rosa más grande de la vida », sur www.dechalaca.com,‎ (consulté le 25 décembre 2015).
  7. (es) « El descenso del Sport Boys », sur www.diariocorreo.pe,‎ (consulté le 25 décembre 2015).
  8. (es) Jorge Ascue, « Revive el regreso de Sport Boys del Callao a Primera División », sur www.elbocon.pe,‎ (consulté le 25 décembre 2015).
  9. (es) « El lamento de los jugadores del Sport Boys tras descender a la Segunda División », sur www.elcomercio.pe,‎ (consulté le 25 décembre 2015).
  10. (es) « Nuestros ídolos », sur www.sportboys.com.pe (consulté le 31 décembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]