Ateliers de constructions mécaniques de Vevey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ateliers de constructions mécaniques de Vevey
Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype des ACMV

Création 1842
Disparition 1992
Personnages clés Benjamin Roy
Siège social Drapeau de Suisse Vevey (Suisse)
Activité Construction ferroviaire

Ateliers de constructions mécaniques de Vevey est une ancienne société de construction métallique fondée à Vevey, en 1842 par Benjamin Roy sous le nom de Ateliers B.Roy & Cie. Les ACMV réparaient des machines agricoles et fabriquaient des roues de moulins[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Un pont roulant supportant 120 Tonnes dans un atelier des ACMV au début du XXe siècle.

La société anonyme ACMV SA fut constituée en 1895. En 1948, la société ouvre une usine de construction de wagon de chemin de fer à Villeneuve, en particulier pour des wagons de marchandises. Puis dès 1954, elle y construit des tramways pour les villes de Lausanne et Lugano. Modernisés en 1962, les Ateliers de Vevey qui incarnaient la tradition industrielle de la ville, furent fermés en 1992 et seule l'usine de Villeneuve poursuivit la construction de matériel ferroviaire.

Actionnariat[modifier | modifier le code]

En automne 1981, 30 % des actions d'ACMV sont en main de M. Walter Fankhauser. Il revendra ses actions en août 1982 à la société Selve Holding de Thoune, contrôlée par le financier suisse Werner K. Rey[2]. La société est rachetée par Werner K. Rey, propriétaire de Omni Holding. Suite à la déconfiture de la Omni Holding, l'usine de Villeneuve de l'ACMV, spécialisée dans l'ingénierie et la construction de véhicules ferroviaires légers, est vendue en 1992 au groupe néerlandais Royal Begemann Group qui, le 29 septembre 1993, change le nom de la société en Vevey Technologies[3],[4]. Elle fut revendue en 1997 au groupe allemand Deutsche Waggonbau (DWA)[5], elle-même rachetée en 1998 par Bombardier Transport[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique de la Suisse
  2. Journal de Genève, 6 août 1982
  3. Gazette de Lausanne, 29 octobre 1992
  4. Gazette de Lausanne, 30 septembre 1993
  5. Journal de Genève, 17 décembre 1996
  6. Agence ATS, 13 mai 2010

Lien externe[modifier | modifier le code]