Aristide Quillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quillet.
image illustrant un homme d'affaires image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme d'affaires français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Aristide Quillet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Aristide Ambroise Quillet, né le à Villiers-Adam dans le Val-d'Oise et mort le à Paris, est un encyclopédiste et lexicographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Autodidacte, Aristide Quillet consacre sa vie à publier des ouvrages à caractère encyclopédique.

En 1895, à l'âge de 14 ans, il arrive chez son tuteur, libraire à Bessancourt (Val-d'Oise).

Il fonde en 1898 la maison d'édition qui porte son nom, les Éditions Aristide Quillet[1].

Sa maison change de nom en 1902, devenant la Société Aristide Quillet et compagnie, puis en 1905, la Librairie commerciale Aristide Quillet et enfin en 1914, la Librairie Aristide Quillet.

Il lance en 1912 L’Encyclopédie socialiste, syndicale & coopérative de l’Internationale ouvrière dirigée par Adéodat Compère-Morel, entreprise interrompue par la guerre, et qui s’achève en 1921.

En 1919, il lance l’hebdomadaire Floréal.

Aristide Quillet a donné son nom au Dictionnaire encyclopédique Quillet que Raoul Mortier[2] a dirigé, en 6 volumes. Il a été publié pour la première fois en 1934. Cette année-là, Quillet rachète la Librairie médicale Maloine, fondée en 1905 par Alexandre Maloine.

Il a aussi édité l'Encyclopédie autodidactique Quillet, le Dictionnaire Quillet de la langue française et une Histoire générale des religions sous la direction de Maxime Gorce et Raoul Mortier.

Aristide Quillet fut au début du siècle dernier à la tête d'un véritable empire industriel.

Il fut maire de Villiers-Adam pendant 22 ans (première élection en 1929).

Il a reçu la médaille de la Résistance.

Postérité[modifier | modifier le code]

Les Éditions Aristide Quillet ont perduré bien après le décès de leur fondateur[3] : la société est reprise par Jean Rocaut, gendre d'Aristide Quillet, qui décède en 1975. Ensuite, ce sont ses trois fils, Christian, Jean et Guy Rocaut qui dirigent l'entreprise jusqu'au rachat partiel par Matra en 1980 — la dernière édition du Dictionnaire encyclopédique Quillet remonte à 1990.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ressource de la Bibliothèque Nationale de France (BNF) - Édition Quillet », sur Data Bnf,‎ (consulté le 5 octobre 2014).
  2. Raoul Mortier (1881-1951) — Catalogue général de la BnF, notice en ligne.
  3. Archives historiques consultables sur la Chronologie de l'édition française depuis 1900 établie par Pascal Fouché — moteur de recherche en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]