Avenue Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
16e arrt
Avenue Mozart
Avenue Mozart au niveau du square Mozart.
Avenue Mozart au niveau du square Mozart.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Auteuil, Muette
Début 1-11 chaussée de la Muette
Fin 10 rue La Fontaine
24 rue Pierre-Guérin
Morphologie
Longueur 1 180 m
Largeur 20 m
Historique
Création 29 mai 1867, 1896
Dénomination Arrêté du 17 janvier 1911
Ancien nom Rue Mozart (1867-1911)
Géocodification
Ville de Paris 6566
DGI 6626

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Mozart
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L’avenue Mozart est une avenue du 16e arrondissement de Paris, commençant chaussée de la Muette et finissant rue La Fontaine et rue Pierre-Guérin.

Situation[modifier | modifier le code]

Rue commerçante et animée, abritant un commissariat et de nombreuses boutiques, et bordée de platanes sur ses deux côtés, l'avenue Mozart est à sens unique de la rue Poussin vers la Muette.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du compositeur Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791).
Sur les plaques de rue de l’avenue, il est mentionné « Mozart, compositeur autrichien », même si celui-ci n'est pas Autrichien mais Allemand : il est né à Salzbourg, une principauté épiscopale germanique, un des multiples États du Saint-Empire romain germanique, qui ne fut rattachée à l'Autriche qu'en 1816, après une occupation par les troupes de Napoléon Ier, soit bien après le décès de Mozart (1791).

En revanche, la nomenclature officielle des voies de Paris indique bien « W. A. Mozart, compositeur allemand ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Précédemment nommée rue Mozart (décret du 2 mars 1867), la partie comprise entre la chaussée de la Muette et la rue Bois-le-Vent n’a été exécutée qu’en 1896[1]. L'avenue mesure 1 180 mètres de longueur pour une largeur de 20 mètres.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

78 avenue Mozart

En se déplaçant de la chaussée de la Muette jusqu’à la rue La Fontaine, on peut observer les bâtiments remarquables suivants :

  • no 66 : Hôtel particulier en briques rouges de style Renaissance.
  • nos 76-78 : Immeubles construits par l'architecte Jean-Marie Boussard (1896), inscrits sur la liste des immeubles bénéficiant de la Protection Ville de Paris[3].
  • no 78 : Pierre-Louis Bourgoin (1907-1970), officier et homme politique, compagnon de la Libération[4], vécut au n° 78 de de 1944 à 1968. Une plaque lui rend hommage.
  • no 78 : André Lanskoy (1902-1976), peintre d'origine russe, habita après-guerre au n° 78 où il établit son atelier.
  • no 78 : Jackie Kennedy (1929-1994), alors Jacqueline Bouvier, étudiante à la Sorbonne, séjourna au n° 78 entre septembre 1949 et juin 1950, où elle logeait, avec deux amies, chez la comtesse Robert de Renty, résistante dont le mari était mort en déportation. Elle déclara plus tard que cette année avait été la période la plus heureuse et la plus insouciante de sa vie[5]. L'historienne Alice Kaplan mentionne elle l'adresse comme étant le n°58[6].
  • no 122 : Hôtel Guimard ; hôtel particulier construit par l'architecte Hector Guimard, le représentant majeur de l'Art nouveau en France, qui y vécut de 1913 à 1930.

Hôtel Guimard[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hôtel Guimard.

Accès[modifier | modifier le code]

L'avenue est desservie par :

La gare de Boulainvilliers de la Ligne C est également proche de l'avenue.

Vélib'[modifier | modifier le code]

Il y a une station Vélib'[7] de 49 points d'attaches au no 79.

Autolib'[modifier | modifier le code]

Il y a trois stations Autolib'[8] sur toute l'avenue :

  • Deux de quatre places aux no 2 et 101.
  • Une de cinq places au no 68.

Aucune de ces stations n'a de borne d'abonnement.

Curiosités[modifier | modifier le code]

L’avenue Mozart figure dans le jeu Monopoly.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.v2asp.paris.fr/v2/nomenclature_voies/Voieactu/6566.nom.htm
  2. Plaque commémorative apposée sur l'immeuble.
  3. "Immeubles de rapport construits par l'architecte Jean-Marie Boussard en pierre et brique vernissée bleu pâle, semblables et presque contemporains (1896) de ceux de la rue Ribera. On remarque également le traitement intéressant des deux pans coupés."
  4. Sur les murs de Paris : guide des plaques commémoratives, Alain Dautriat, Éditions L'Inventaire, 1999 (ISBN 2910490203), 9782910490201
  5. “The high point of my life, my happiest and most carefree year”, extrait de The Kennedy Wives : Triumph and Tragedy in America's Most Public Family, Amber Hunt & David Batcher, 2014.
  6. Alice Kaplan, « Kennedy, Sontag, Davis : leurs années capitales », Vanity Fair n°4, octobre 2013, pages 188-197.
  7. « Trouver une station », Mairie de Paris,
  8. « Carte des stations », Autolib',