Ariane Bonzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ariane Bonzon
Ariane Bonzon.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Position
Turquie
Distinctions

Prix Noureddine Zaza (2010)

Prix Littéraire France Turquie (2019)

Ariane Bonzon, née en 1959, est une journaliste et essayiste française, spécialiste de la Turquie, du Proche-Orient et de l'Afrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ariane Bonzon a occupé trois postes de correspondante à l'étranger, en Afrique du Sud pour RFI, en Israël pour la Télévision Suisse Romande et en Turquie pour Arte. Ce qui la conduit à observer la France sous le prisme international, aussi.

Elle a réalisé des reportages pour Arte et la Télévision suisse romande sur la Turquie et les Arméniens :Turquie, le foot une passion politique (2008), Arménie – Turquie, ces Arméniens qui rêvent de Turquie (2007), ou encore Turquie, Arméniens cachés pour France 24[1].

Elle collabore régulièrement à de nombreux médias dont Slate.fr[2], Le Monde Diplomatique[3],[4],[5].

Elle est membre du comité de l'Association de la presse diplomatique[6]. En 2006, elle siège au jury du prix Samir Kassir pour la liberté de la presse, décerné par l'Union européenne et la Fondation Samir Kassir à Beyrouth[7].

Depuis 2018, elle enseigne aussi les "Sorties de crise et processus de paix" à l'Institut de relations internationales et stratégiques.

Elle est lauréate du prix Noureddine Zaza en 2010[8] et du prix littéraire France Turquie en 2019[9].

Activités éditoriales[modifier | modifier le code]

Ariane Bonzon est spécialiste de la Turquie, où elle a été journaliste indépendante[10]. Elle s'intéresse aux activités diplomatiques de ce pays[11],[12], aux droits des femmes[10]. Elle est à l'origine, en 2009, du dialogue entre l'économiste turc Ahmet Insel et le philosophe français d'origine arménienne Michel Marian, sur le tabou arménien en Turquie[13],[14]. En 2021, la Chaîne parlementaire réunit de nouveau les trois auteurs autour de « ce dialogue impossible »[15].

Elle publie en 2019 Turquie, l’heure de vérité, parcours chronologique constitué de la reprise de reportages effectués de 1996 à 2018[16],[17], où elle évoque les questions arménienne et kurde, et la guerre en Syrie[18],[19]. Elle a notamment réalisé des entretiens avec les journalistes Nazlı Ilıcak et Hrant Dink[20].

Elle collabore ou a collaboré à plusieurs revues [21],[22],[23],[24].

Elle s'intéresse aux protestants en Afrique du Sud durant les années d'apartheid, et notamment aux prises de position institutionnelles des Églises sud-africaines et des fédérations d'Églises réformées internationales[25],[26].

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Turquie, le foot une passion politique (10 min), Télévision suisse romande.
  • 2007 : Arménie – Turquie, ces Arméniens qui rêvent de Turquie (12 min), Arte
  • Turquie, La Pasionaria d’Ataturk (12 min), Arte
  • Turquie, Arméniens cachés (13 min), France 24.
  • 2006 : Liban, Samir Kassir, un an après (12 min), Arte.
  • 2005 : Turquie, Crime d’horreur (10 min) Télévision suisse romande.
  • 2004 : Irak-Turquie : Le salaire de la peur (10 min), Télévision suisse romande.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sébastien de Courtois, « Les Arméniens cachés de Turquie », émission Foi et tradition, France-Culture, 24 juin 2012, [lire en ligne].
  2. Fiche Ariane Bonzon sur slate.fr
  3. Ariane Bonzon, « Refuge européen pour les réseaux gülénistes », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  4. Ariane Bonzon, « Ces indésirables réfugiés syriens », sur Le Monde Diplomatique,
  5. Ariane Bonzon, « Tu me prives de ma liberté, tu ne me priveras pas de ma mort », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  6. « Comité 2018, Association de la presse diplomatique », sur www.pressediplo.com (consulté le )
  7. Prix Samir Kassir [1]
  8. Prix Noureddine Zaza sur institutkurde.org, 2010
  9. Antoine Oury, « Le Prix littéraire France Turquie 2019 remis à Ariane Bonzon », sur actualitte.com, (consulté le ).
  10. a et b Marine Messina, « Les droits des femmes turques sont-ils en régression ? », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  11. Ariane Bonzon, « La Turquie durcit sa politique vis-à-vis d'Israël », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  12. Alain Frachon, « Israël et la Turquie, la fin d'une époque », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  13. Journal du Mauss [PDF] [2].
  14. Gaïdz Minassian, « "Dialogue sur le tabou arménien", d'Ahmet Insel et Michel Marian : un Arménien et un Turc en thérapie », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  15. Génocide arménien, un dialogue impossible sur La Chaîne parlementaire
  16. Alexandre Billette, « Turquie, l’heure de vérité — Ariane Bonzon », sur monde-diplomatique.fr (consulté le ).
  17. Arte, « Turquie, l’heure de vérité d'Ariane Bonzon », sur arte.tv, (consulté le ).
  18. Anissa El Jabri, « Livre: «Turquie, l’heure de vérité» d'Ariane Bonzon », sur rfi.fr, (consulté le ).
  19. Alican Tayla, « Entretien avec Ariane Bonzon », sur observatoireturquie.fr, Observatoire de la Turquie contemporaine, (consulté le ).
  20. Jacques HubertRodier, « La Turquie sous toutes ses facettes », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  21. Ariane Bonzon, « L'engouement de nombreux Franco-Maghrébins pour Erdogan, leur "frère musulman" », sur la Revue des Deux Mondes,
  22. Ariane Bonzon, « Pourquoi la Turquie et la France s'affrontent-elles en Méditerranée ? », sur Le Grand Continent,
  23. Ariane Bonzon, « L'escalade franco-turque », sur Esprit,
  24. Ariane Bonzon, « Séries TV turques : définir une identité », sur Diplomatie,
  25. Christelle Ortolland, « Les chrétiens français et l’apartheid (1948-1990) : « Nous » et « Eux » », Chrétiens et société, no 16,‎ , p. 75-125 (lire en ligne, consulté le )
  26. Ariane Bonzon, « Les protestants français et l’Afrique du Sud », in Daniel C. Bach (dir.), La France et l’Afrique du Sud, Paris, Karthala, 1990
  27. Présentation de Dialogue sur le tabou arménien sur pressediplo.com

Liens externes[modifier | modifier le code]