Antoinette de Loynes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoinette de Loynes
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Antoinette de Loynes, (1505-1567) épouse d'Allier puis de Morel, est une humaniste, salonnière et poète.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Geneviève le Boulanger et de François de Loynes[1] — parfois orthographié de Luynes — (ami intime de Guillaume Budé[2]), elle reçoit une éducation soignée.

En premières noces, elle avait épousé Lubin d'Allier — parfois orthographié Dallier — gentilhomme normand et homme de robe (magistrat), avec qui elle eut une fille Marie d'Allier[3] qui épousa le lecteur royal (nom donné autrefois aux professeurs du Collège de France) d’hébreu Jean Mercier [4],[5] ; et un fils Joachim d'Allier qui pourrait être le filleul de Joachim du Bellay[6]. Joachim d'Allier a échangé de nombreuses lettres avec son beau-père Jean de Morel[7].

Veuve, elle s'est remariée à Jean de Morel[8]. Elle était amie de Marguerite de Navarre, la sœur de François Ier. Avec son époux et leurs trois filles Camille, Lucrèce et Diane[9], dites « Les trois perles du seizième siècle »[10], elle tenait dans les années 1550-1555 un salon littéraire rue Pavée (actuelle rue Séguier, proche de saint-André-des-Arts)[11],[12].

Le salon des Morel, qualifié par Pierre de Nolhac de premier salon littéraire de Paris[13], était fréquenté par des poètes et humanistes (Salmon Macrin, Joachim du Bellay, Pierre de Ronsard, George Buchanan, Michel de L'Hospital, Scévole de Sainte-Marthe, Nicolas Denisot…)[14],[15]. La maison des champs de la famille est évoquée dans une lettre de Joachim du Bellay qui, en familier de la maison et ami du père de famille, parle affectueusement de « nostre Camille »[16] ; une autre preuve de l'amitié de du Bellay et de la réputation de la famille de Morel auprès de la Cour se trouve dans l'en-tête Au Lecteur de l'Épithalame que du Bellay souhaitait leur voir interpréter lors du mariage du prince Emmanuel-Philibert de Savoie et de Marguerite de France[17]. Le poète et humaniste gantois Charles Utenhove[18] a été le précepteur des trois filles et de leur frère Isaac[19], qui aurait dû aussi participer à la mise en scène prévue par du Bellay[20] ; la mort de Henri II la veille du mariage a empêché toute réjouissance.

Isaac de Morel a eu un destin tragique, enlevé et emmené en Écosse[21].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésies[modifier | modifier le code]

Tombeau de Marguerite de Valois Royne de Navarre[22] : Antoinette de Loynes a contribué à ce recueil collectif par une partie de la traduction des distiques latins de Anne, Marguerite et Jeanne Seymour, filles du duc de SomersetTraductions de quelques distiques, et par quelques poèmes personnels dont ce Sonnet [23]

Epitaphe sur le trespas du Roy Treschrestien Henri Roy de France, II de ce nom, en douze langues. À treshault et trespuissant prince Philippe Roy d'Espaigne. Aultres epitaphes par plusieurs Auteurs sur le trespas du mesme Roy. Paris, Robert Estienne, 1560. Recueil collectif dans lequel elle a écrit un sizain en latin Сredita qua Phœbi Delus fuit Ínfula nutrix…[24] sous son nom latinisé : Antonia Deloina, sizain traduit en grec par sa fille Camille.

Dans les Epitaphes sur le trespas de Joachim du Bellay Angevin, Poete Latin et Francois (Paris, Robert Estienne, 1560) Antoinette de Loynes a écrit un sonnet : D'où vient que quand je pense à la Muse gentille …/…[25].

Un autre tombeau poétique[26] auquel Antoinette de Loynes a contribué porte le titre de Naenia (chant funèbre[27]). Le poète Salmon Macrin a perdu son épouse Guillonne Boursault[28], qu'il avait chantée sous le nom de Gélonis. Lui-même et ses amis ont célébré la mémoire de la jeune femme[29] ; Antoinette de Loynes en était[30].

Correspondance et Traductions[modifier | modifier le code]

Une lettre de Antoinette de Loynes à Michel de l'Hospital (lettre rédigée en latin et où elle traduit les Vers dorés[31] de Pytagore de grec en latin) est citée dans La Plume et la tribune : Michel de l'Hospital et ses discours (1559-1562) suivi de l'édition du "De initiatione Sermo" (1559) et des "Discours de Michel de L'Hospital" (1560-1562) — Loris Petris (Librairie Droz — Travaux d'Humanisme et Renaissance), et dans la revue Persée[32].

Postérité[modifier | modifier le code]

Camille de Morel dans le recueil collectif Tumulus (Tombeau de Jean de Morel) a composé des poèmes en mémoire de ses parents et de ses sœurs Lucrèce et Diane[33].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine M. Müller « Éloges au féminin : la voix nouvelle d’Antoinette de Loynes (poétesse et traductrice) dans le Tombeau de Marguerite de Navarre (1551) », Versants, 46, 2004 (« La littérature au féminin »), p. 49-63.
  • Évelyne Lloze et Valentine Oncins (dir.), Le Silence et le livre Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2010)[34].

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. 6, page 7
  2. Clio Thémis, §24
  3. Les antiquitez de la ville, comté et chatelenie de Corbeil, de la recherche de Me Jean de La Barre ; page 239.
  4. Histoire du Collège de France : depuis ses origines jusqu'à la fin du premier empire (1893) Author: Lefranc, A. (Abel), 1863-1952 note 2 page 232
  5. Supplément au grand dictionnaire historique, généalogique…" Tome second Claude Pierre Goujet 1735 page 101
  6. Lettres de Joachim du Bellay note page 27
  7. lettres de Dallier à Jean de Morel, BNF ms lat 8589 cité dans Litterae in tempore belli de Richard Cooper - 1997
  8. Encyclopédie Larousse
  9. Les femmes poëtes au XVIe siècle. Étude suivie de Mademoiselle de Gournay, Honoré d'Urfé, le Maréchal de Montluc, Guillaume Budé, Pierre Raumus Nouv. éd. par Léon Feugère. (Didier, 1860) page 63
  10. idem, page 61
  11. Loris Petris, Michel de L'Hospital - 2002
  12. Travaux & mémoires de l'Université de Lille -1889-(page 391)
  13. Pierre de Nolhac Le Figaro Supplément littéraire du dimanche, 12 juin 1921
  14. Travaux et mémoires de l'Université de Lille (Volume 8) - Henri Chamard, 1900
  15. Origines de l'Académie française l'Académie des derniers Valois, Académie de poésie et de musique 1570-1576, Académie du palais 1576-1585 : d'après des documents nouveaux et inédits par Édouard Fremy. 1887, E. Leroux) Pages 171
  16. Lettres de Joachim Du Bellay: publiées pour la première fois d'après les originaux (1883) Pierre de Nolhac Charavay frères page 24
  17. Œuvres françoises de Joachim Du Bellay,… avec une notice biographique et des notes, par Ch. Marty-Laveaux. Tome 2, A. Lemerre (Paris) Date d'édition : 1866-1867
  18. GREVIN (J.). L'Olimpe… Paris, Robert Estienne, 1560
  19. http://www.siefar.org/dictionnaire/fr/Camille_de_Morel
  20. Lettres de du Bellay, note de la page 40
  21. lettres de Della Rovere à Jean de Morel, BNF ms lat 8589 cité dans Litterae in tempore belli de Richard Cooper - 1997
  22. Tombeau de Marguerite de Valois Paris, Michel Fezandat & Robert Granjon, 1551
  23. Les Poètes françois, depuis le XIIe siècle jusqu'à Malherbe avec une notice historique et littéraire sur chaque poète. (1824 Impr. de Crapelet Paris), p. 520-522
  24. Épitaphes sur le trépas du roi Henri. Le livre n'étant pas paginé, impossible de donner un n° de page
  25. Sonet de Damoiselle Ant. Deloine
  26. Le tombeau poétique en France, Revue La Licorne no 29
  27. Dico latin
  28. Résumé de la thèse
  29. Du Bellay, À Salmon Macrin sur la mort de sa Gelonis
  30. Lyon et l'illustration de la langue française à la Renaissance publié par Gérard Defaux, page 328
  31. Vers dorés
  32. Pour une gnomologie : Enquête sur le succès de la littérature gnomique à la Renaissance. Jean Vignes Note 44 pages 188 & 189
  33. L'édification d'un Tombeau poétique : du rituel au recueil page 59 & 60
  34. Le silence et le livre