Antoine Dauvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dauvergne.
Antoine Dauvergne
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Antoine Dauvergne est un compositeur français né à Moulins le et mort à Lyon le . Il donna en 1753, avec Vadé, Les Troqueurs, un des premiers opéras-comiques réguliers, devint maître de la musique du roi et composa des ballets et de la musique d'église.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fils d'un maître de violon, Antoine Dauvergne est né à Moulins (Allier) le 3 octobre 1713. Il s’installe à Clermont-Ferrand vers 1730 puis à Paris vers 1739. Il épouse Marie de Filtz le 24 mai 1739. Devenu veuf, il se remarie vers 1770 avec Clémence Rozet, qui décède en juin 1787.

Dauvergne quitte Paris et s’installe à Lyon vers 1793, où il décède le 11 février 1797.

Carrière[modifier | modifier le code]

À Paris, Dauvergne est nommé violoniste ordinaire de la Musique de la Chambre du roi. Le 1739-12-11, il obtient son premier privilège l’autorisant à éditer de la musique instrumentale. Vers 1744, il intègre l’orchestre de l’Académie royale de musique en tant que violoniste. Vers 1751, il est nommé Batteur de mesure de l’orchestre de l’Académie royale de musique.

Il quitte ce poste en juin 1755, pour acquérir moyennant 6 000 livres la charge de Compositeur de la Musique de la Chambre du roi, en remplacement de François Rebel[1],[2],[3].

Le 2 octobre 1761, Dauvergne est nommé directeur du Concert Spirituel en association avec Joliveau et Capperan.

Le 25 décembre 1764, Dauvergne est nommé Surintendant de la Musique de la Chambre du roi en survivance de François Francœur. Il s'est proposé, en 1766, pour devenir directeur de l'Académie royale de musique en association avec le caissier de l'Opéra, Nicolas-René Joliveau. Le duo fut toutefois évincé par Pierre Montan Berton et Jean-Claude Trial, mais ses derniers les appelèrent finalement auprès d'eux en 1769 comme directeurs associés[4]. Il reste directeur jusqu'au 27 avril 1772.

1768-04-01 : Dauvergne obtient une pension de 1 000 livres sur le produit de l’Académie royale de musique en tant que compositeur. 1768 (ca) : Dauvergne obtient une gratification exceptionnelle de 600 livres. 1769-10-23 : Dauvergne obtient une pension annuelle de 1 200 livres en récompense de son service à la Cour.

En juillet 1771, Dauvergne est renouvelé à la tête du Concert Spirituel jusqu'en mars 1773, en association avec Berton.

1776-03-21 : Dauvergne fait nommer Louis-Joseph Francœur survivancier de sa charge de Maître de musique de la Chambre du roi. 1776-04-18 : Dauvergne quitte la direction de l’Académie royale de musique confiée aux Commissaires du roi. 1776-04-20 : Dauvergne obtient un brevet de compositeur de l’Académie royale de musique chargé de remettre en musique les ouvrages anciens. 1777 (ca) : Le brevet de compositeur de l’Académie royale de musique est supprimé.

En mai 1780, il devient directeur général de l'Académie royale de musique et le reste jusqu'à sa démission à Pâques 1782[5]. Rappelé le 1er avril 1785, il quitte définitivement la tête de l'l’Académie royale de musique lorsque celle-ci est confiée à la Ville de Paris en avril 1790[6].

En 1786, Dauvergne obtient ses lettres de noblesse et est fait chevalier de l’ordre de Saint-Michel.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le catalogue des œuvres d'Antoine Dauvergne a été réalisé par Benoît Dratwicki sur la base Philidor du Centre de musique baroque de Versailles. Les œuvres, classées par type, sont désignées par les lettres AnD.

Répertoire des œuvres de Dauvergne[modifier | modifier le code]

Œuvres scéniques[modifier | modifier le code]

  • AnD.001 – Les Amours de Tempé
  • AnD.002 – Divertissement pour Le Devin du village
  • AnD.003 – Les Troqueurs
  • AnD.004 – La Coquette trompée
  • AnD.005 – Isis
  • AnD.006 – Énée et Lavinie
  • AnD.007 – Les Fêtes d'Euterpe
  • AnD.008 – Le Rival favorable
  • AnD.009 – Canente
  • AnD.010 – Hercule mourant
  • AnD.011 – Polyxène
  • AnD.012 – Églé ou Le Sentiment
  • AnD.013 – Le Retour du printemps ou Le Triomphe de Flore
  • AnD.014 – La Vénitienne
  • AnD.015 – Persée
  • AnD.016 – La Tour enchantée
  • AnD.017 – Les Fêtes grecques et romaines
  • AnD.018 – Ajax
  • AnD.019 – Linus
  • AnD.020 – Alcyone
  • AnD.021 – Le Prix de la valeur
  • AnD.022 – Callirhoé
  • AnD.023 – Le Sicilien ou L'Amour peintre
  • AnD.024 – La Mort d'Orphée
  • AnD.025 – Sémiramis

Œuvres vocales[modifier | modifier le code]

  • AnD.026 – L'Heureux retour
  • AnD.recueil.04 – Recueil de chansons [and.027 – and.051]

Œuvres sacrées[modifier | modifier le code]

  • AnD.052 – Te Deum laudamus
  • AnD.053 – Benedic anima mea
  • AnD.054 – Miserere mei Deus
  • AnD.055 – Exultate justi in Domino
  • AnD.056 – De profundis clamavi
  • AnD.057 – Diligam te Domine
  • AnD.058 – Regina caeli laetare
  • AnD.059 – Omnes gentes
  • AnD.060 – Cantate Domino
  • AnD.061 – Domine audivi auditionem
  • AnD.062 – Jubilate Deo
  • AnD.063 – Exultate Deo

Œuvres instrumentales[modifier | modifier le code]

  • AnD.recueil.03 – Six Sonates en trio pour 2 violons et basse continue, op. 1 [AnD.064 – * AnD.069]
  • AnD.recueil.05 – Douze Sonates pour violon seul et basse continue, op. 2 [AnD.070 – AnD.081]
  • AnD.recueil.01 – Concerts de symphonies, op. 3 [AnD.082 – AnD.083]
  • AnD.recueil.02 – Concerts de symphonies, op. 4 [AnD.084 – AnD.085]

Principales sources des œuvres de Dauvergne[modifier | modifier le code]

  • AnD.001
    LES AMOURS DE TEMPÉ [Ballet héroïque – Paris, Académie royale de musique, 1752]
    [Antoine Dauvergne] Les Amours de Tempé ballet, partition, ms, F-Po/ A 179a
    LES AMOURS/ DE TEMPÉ/ BALLET HEROIQUE/ EN/ QUATRE ENTRÉES./ PAR/ M.R DAUVERGNE/ Ordinaire de La Musique de La Chambre du Roy, / Et de L'Academie Royale de Musique./ Représenté pour La première fois Le 7 novembre 1752./ Par L'Academie Royale de Musique./ Prix en Blanc 15.lt et Relié 18.lt/ Gravé par Le S.r Hue./ A PARIS/ CHEZ/ L'Auteur, Rue S.t Honoré à la Ville de Constantinople/ vis-a-vis Le cul de Sac de L'Oratoire./ Madame Boivin, Rue S.t Honoré à La Règle D'Or./ Monsieur Le Clerc, Rue du Roule à la Croix D'Or./ Avec Approbation et Privilege du Roy./ Imprimée par Auguste de Loraine. [RISM D 1092]
  • AnD.002
    DIVERTISSEMENT POUR LE DEVIN DU VILLAGE [Pantomime – Fontainebleau, Théâtre du château, 1752]
    Musique perdue
  • AnD.003
    LES TROQUEURS [Opéra bouffon – Paris, Théâtre de la Foire Saint-Laurent, 1753]
    LES TROQUEURS/ INTERMEDE/ PAR/ M.R DAUVERGNE/ Ordinaire de la Musique de la Chambre du Roy/ Et de l'Academie Royale de Musique./ Prix en Blanc 12.lt/ Gravé par Le S.r Hue./ A PARIS/ CHEZ/ L'Auteur Rue plastriere la quatrième porte-Cochere à gauche./ Entrant par la Rue grenelle./ M.r Vernadé Rue du Roule à la Croix d'Or./ M.r Bayard Rue Saint Honoré à la Règle d'Or./ Avec Approbation et Privilege/ du Roy. Imprimé par Maillet [RISM D 1097 et D 1098]
  • AnD.004
    LA COQUETTE TROMPÉE [Opéra bouffon – Fontainebleau, Théâtre du château, 1753]
    La Coquette Trompée/ Comedie (par Dauvergne)/ En Un acte, ms, F-Pn/ Vm5 50
    [La coquette trompée], partition, 68 p.
  • AnD.005
    ISIS [Tragédie lyrique – ca 1755-1758 (non représentée)]
    Musique perdue
  • AnD.006
    ÉNÉE ET LAVINIE [Tragédie lyrique – Paris, Académie royale de musique, 1758]
    Antoine Dauvergne, Enée et Lavinie, partition, ms, F-Po/ A 197.
    ENÉE/ ET/ LAVINIE./ TRAGEDIE/ REMISE EN MUSIQUE/ PAR/ M.R DAUVERGNE/ Compositeur, et Maître de la Musique/ de La Chambre du Roy./ Représentées pour la première fois par L'Accademie/ Royale de Musique Le Mardy 14. Fevrier 1758./ Prix en blanc 18.lt/ Gravé par Le S.r Hue./ A PARIS, / Chez L'Auteur, Rue Faideau la 3.e porte Cochere à gauche Entrant par la Rue/ de Richelieu*. Aux adresses ordinaires*. Et à la porte de L'Opera./ AVEC PRIVILEGE DU ROY. [RISM D 1094]
  • AnD.007
    LES FÊTES D'EUTERPE [Opéra-ballet –Paris, Académie royale de musique, 1758]
    Antoine Dauvergne, Les Fêtes d'Euterpe, partition, ms, F-Po/ A 199a [I°-III°]
    LES/ FESTES D'EUTERPE/ BALLET/ EN TROIS ENTRÉES/ PAR/ M.R DAUVERGNE/ Compositeur, Et Maître de la Musique/ de la Chambre du Roy./ Representées pour la P.ere fois par L'Academie/ Royale de Musique Le 8. Aoust 1758./ Prix en Blanc 18.lt/ A PARIS/ Se Vend Chés, / L'Auteur Rue plastriere la troisième porte Cochere a/ gauche Entrant par la Rue grenelle./ M.r Bayard Rue S.t Honoré à La Règle D'Or./ M.r La Chevardiere Rue du Roule à La Croix D'Or./ M.r Le Menu Rue du Roule à La Clef D'Or./ AVEC PRIVILEGE DU ROY. [RISM D 1095]
  • AnD.008
    LE RIVAL FAVORABLE [Acte de ballet – Paris, Académie royale de musique, 1758]
    [Antoine Dauvergne], Le Rival favorable Acte de Ballet, ms, F-Po/ A 199 a [II°]
  • AnD.009
    CANENTE [Tragédie lyrique – Paris, Académie royale de musique, 1760]
    Antoine Dauvergne, Canente, partition, ms, F-Po/ A 203
    CANENTE/ TRAGEDIE/ REMISE EN MUSIQUE/ PAR/ M.R DAUVERGNE/ Compositeur, et Maitre de Musique/ de La Chambre du Roy./ Représentées pour la première fois par L'Academie/ Royale de Musique Le Mardi 11. Novembre 1760./ Prix en blanc 18.lt/ Gravé par Le S.r Hue/ A PARIS/ Chez/ L'Auteur, Rue Faideau La 3.e Porte Cochere à gauche/ Entrant par la Rue de Richelieu./ M.r Bayard, M.d Rue S.t Honoré à la Règle d'Or./ M.r La Chevardiere, Rue du Roule à la Croix d'Or./ M.r Le Menu, M.d Rue du Roule à la Cléf D'Or./ M.r Le Clerc, M.d Rue S.t Honoré à L'Image S.te Cécille./ AVEC PRIVILEGE DU ROY. [RISM D 1093]
  • AnD.010
    HERCULE MOURANT [Tragédie lyrique – Paris, Académie royale de musique, 1761]
    [Antoine Dauvergne, Hercule Mourant], partition, ms, F-Po/ A 204
  • AnD.011
    POLYXÈNE [Tragédie lyrique – Paris, Académie royale de musique, 1763]
    Antoine Dauvergne, Polixène, partition, ms, F-Po/ A 207 [I-V]
    POLIXÉNE/ TRAGEDIE/ EN MUSIQUE./ DEDIÉE/ A MONSEIGNEUR/ LE DUC DE DURAS./ PAR/ M.R DAUVERGNE, / Maître de la Musique de la Chambre du Roy./ Representée pour la première fois Par L'Academie Royale de/ Musique Le Mardy 11. Janvier 1763./ Prix en blanc 18.lt/ Gravée par Le S.r Hue/ A PARIS/ Chez/ L'Auteur rüe Faydeau la 3.e porte Cochere à gauche en/ entrant par la rue de Richelieu./ Et aux adresses ordinaires/ Avec Privilege du Roy./ Imprimé par Petitbled fils. [RISM D 1096]
  • AnD.012
    ÉGLÉ OU LE SENTIMENT [Intermède – Fontainebleau, Théâtre du château, 1765]
    Musique perdue
  • AnD.013
    LE RETOUR DU PRINTEMPS OU LE TRIOMPHE DE FLORE [Acte de ballet – Fontainebleau, Théâtre du château, 1765]
    [Antoine Dauvergne, Le Retour du Printemps ou Le triomphe de Flore], partition, ms, F-Po/ Rés 1083
  • AnD.014
    LA VÉNITIENNE [Comédie lyrique – Paris, Académie royale de musique, 1768]
    [Antoine Dauvergne], La Vénitienne, partition, ms, F-Po/ A 216
  • AnD.015
    PERSÉE [Remaniements pour la tragédie lyrique de Lully – Versailles, Opéra royal, 1770]
    Philidor/ (François André Danican) [attribution erronée]. Persée, partition, ms, 2 vol, F-Pc/ D 12652 (1-2)
  • AnD.016
    LA TOUR ENCHANTÉE [Ballet d’action – Versailles, Opéra royal, 1770]
    [Antoine Dauvergne], La Tour enchantée, 44 parties séparées, ms, F-Po/ Mat 18 [255 (1-46)
  • AnD.017
    LES FÊTES GRECQUES ET ROMAINES [Remaniements pour le ballet héroïque de Colin de Blamont – Paris, Académie royale de musique, 1770]
    LES FESTES/ GRECQUES/ ET ROMAINES, / Ballet en Musique/ Par Monsieur Collin de Blamont/ Sur-Intendant de la Musique du Roi;/ représenté pour la première fois, / par l'Académie Royale de Musique, le Mardy treizième juillet 1723./ A Paris, De L'Imprimerie/ de Jean-Baptiste Christophe Ballard, Seul Imprimeur du Roy/ pour la Musique, & Noteur de la Chapelle de Sa Majesté. M DCC XXIII./ Avec Privilège du Roy, F-Po/ A 107a
  • AnD.018
    AJAX [Remaniements pour la tragédie lyrique de Bertin de La Douée – Paris, Académie royale de musique, 1770]
    AJAX, / TRAGEDIE EN MUSIQUE, / Par M. BERTIN, Maître de Clavecin de leurs Altesses Royales/ Mesemoiselles D'ORLEANS ;/ REPRÉSENTÉE POUR LA PRÉMIÉRE FOIS, / par l'Academie Royale de Musique, le Lundy vingtiéme avril 1716./ DE L[']IMPRIMERIE/ De J-B-CHRISTOPHE BALLARD, seul Imprimeur du Roy pour la Musique, / à Paris, ruë Saint Jean de Beauvais, au Mont Parnasse./ M. DCCXVI./ Avec Privilege de Sa Majesté, F-Po/ A 93 (1)
  • AnD.019
    LINUS [Tragédie lyrique en collaboration avec Berton et Trial – ca 1771 (non représentée)]
    Musique perdue
  • AnD.020
    ALCYONE [Remaniements pour la tragédie lyrique de Marais – Paris, Académie royale de musique, 1771]
    [Antoine Dauvergne], Alcione. Tragedie./ Ouverture. Grave, partition, ms, F-Po/ A 69 e
    [Marin Marais], Alcyone, partition gravée et feuillets ms, p. 1-46 [Prologue], 1-297 [Actes I-V], Paris, de Baussen, 1711, F-Po/ A 69 b
  • AnD.021
    LE PRIX DE LA VALEUR [Acte de ballet – Paris, Académie royale de musique, 1771]
    [Antoine Dauvergne], Le prix de la valeur, partition, ms, F-Po/ A 222
  • AnD.022
    CALLIRHOÉ [Remaniements pour la tragédie lyrique de Destouches – Paris, Académie royale de musique, 1773]
    Antoine Dauvergne, Callirohé, partition, ms, F-Po/ Rés A 227
  • AnD.023
    LE SICILIEN OU L'AMOUR PEINTRE [Comédie-ballet – Versailles, Théâtre du château, 1780]
    ARIETTES/ Détachées/ DU SICILIEN/ OU/ L'AMOUR PEINTRE./ COMÉDIE/ En un Acte./ Par/ M.R DAUVERGNE/ Sir-Intendant de la Musique du Roy./ Prix 1lt 16./ Gravées par M.me Tarade, Brévetée de LA REINE./ A PARIS/ Chez Mme Tarade M.de de Musique, Place du Palais Roïal, / maison du Dentiste. Et à l'Opéra, la boutique à gauche./ Et aux Adresses Ordinaires./ A. P. D. R
  • AnD.024
    LA MORT D'ORPHÉE [Tragédie lyrique (non représentée)]
    Musique perdue
  • AnD.025
    SÉMIRAMIS [Tragédie lyrique (non représentée)]
    Musique perdue
  • AnD.026
    L'HEUREUX RETOUR [Cantate, ca 1755]
    L'HEUREUX/ RETOUR/ CANTATILLE/ a Deux Voix./ Composée/ PAR M. D'AUVERGNE/ Ordinaire de la Musique du Roi/ Gravée par M.me Leclair/ Prix 1.lt 16.lt/ A PARIS/ Chez/ L'auteur, rue Platriere près l'Hôtel de Bouillon./ Le S.r Vernadé, rue du Roule à la Croix d'Or./ Le S.r Bayard, rue S.t Honoré à la Règle d'Or./ M.lle Castagnery, rue des Prouvaires à la Musique Royale./ Avec Privilège du Roi./ Imprimée par Tournelle. [RISM D 1105/D 1106]
  • AnD.recueil.04
    RECUEIL DE CHANSONS [s.d.]
    Receüil/ de Chansons/ Par/ M.r D'auvergne, partition, ms, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.027
    L'AUTRE JOUR DANS UN BOCAGE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 2-3, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.028
    SAVEZ-VOUS POINT LA NOUVELLE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 4-5, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.029
    JE VOUS AIME CLORIS [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 6-7, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.030
    C'EST UNE FOLIE D'AVOIR TANT D'APPAS [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 8-9, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.031
    PHILIS QUOI QU'UN PEU BRUNETTE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 10-11, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.032
    CETTE RAVISSANTE BRUNE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 12-13, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.033
    SUR LE POINT DE MOURIR [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 14-15, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.034
    J'AIME UNE JEUNE BRUNETTE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 16-17, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.035
    TIRCIS ET CLORIS S'ABSENTENT [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 18-19, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.036
    NOS BERGERS SONT CONTENTS [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 20-21, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.037
    L'HIVER A QUITTÉ LA PLACE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 22-23, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.038
    AH QUE LA SAISON EST BELLE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 24-25, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.039
    LA BEAUTÉ POUR QUI JE BRÛLE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 26-27, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.040
    LORSQUE JE VOIS SILVIE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 28-29, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.041
    J'AIME UNE BERGÈRE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 30-31, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.042
    IL FAUT CONFESSER QUE CARITE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 32-33, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.043
    LISANDRE AU BORD DE NOS RUISSEAUX [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 34-35, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.044
    ALIDOR NE SOUPIRE PLUS [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 36-37, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.045
    NE VEUX-TU PAS BELLE AURORE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 38-39, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.046
    PRINTEMPS SANS MA BELLE [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 40-41, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.047
    TOUS NOS BERGERS [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 42, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.048
    LES DÉPLAISIRS ET LES INQUIETUDES [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 43, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.049
    DIEUX QUE DE SOINS [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 44-45, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.050
    QUOI N'EST-CE PAS ASSEZ [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 46-47, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.051
    UN JOUR GARDANT MON TROUPEAU [Chanson, s.d.]
    Antoine Dauvergne, [Chansons, romances et duos], partition, ms, p. 48-49, F-Pc/ Rés F 414
  • AnD.052
    TE DEUM LAUDAMUS [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1763]
    Musique perdue
  • AnD.053
    BENEDIC ANIMA MEA [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1763]
    Musique perdue
  • AnD.054
    MISERERE MEI DEUS [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
    Musique perdue
  • AnD.055
    EXULTATE JUSTI IN DOMINO [Petit motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
    Musique perdue
  • AnD.056
    DE PROFUNDIS CLAMAVI [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
    Musique perdue
  • AnD.057
    DILIGAM TE DOMINE [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
    Musique perdue
  • AnD.058
    REGINA CAELI LAETARE [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
    Musique perdue
  • AnD.059
    OMNES GENTES [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
    Musique perdue
  • AnD.060
    CANTATE DOMINO [Petit motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
  • AnD.061
    DOMINE AUDIVI AUDITIONEM [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1764]
    Musique perdue
  • AnD.062
    JUBILATE DEO [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1765]
    Musique perdue
  • AnD.063
    EXULTATE DEO [Grand motet – Paris, Concert Spirituel, 1766]
    Musique perdue
  • AnD.recueil.03
    SIX SONATES EN TRIO POUR 2 VIOLONS ET BASSE CONTINUE, op. 1 [ca 1738]
    SIX/ SONATES/ EN TRIO/ Pour deux Violons avec/ La Basse Continuë/ COMPOSSEÉ/ PAR M.R/ DAUVERGNE/ OEUVRE I.ER/ Prix 6.lt/ Gravée par M.ll Vandôme/ A PARIS/ Chez/ L'auteur chez M.r D'augny rue S.te Anne prés les nouvelles Cato[liques]/ Madame Boivin M.d ruë S.t Honoré à la Règle d'Or./ Le S.r le Clerc M.d ruë du Roule à la Croix d'Or./ AVEC PRIVILEGE DU ROY. [RISM D 1107]
  • AnD.064
    SONATE EN TRIO POUR 2 VIOLONS ET BC., op. 1, no 1 [ca 1738]
    Antoine Dauvergne, Six Sonates en trio pour deux violons et bc op. 1, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc.
  • AnD.065
    SONATE EN TRIO POUR 2 VIOLONS ET BC., op. 1, no 2 [ca 1738]
    Antoine Dauvergne, Six Sonates en trio pour deux violons et bc op. 1, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc.
  • AnD.066
    SONATE EN TRIO POUR 2 VIOLONS ET BC., op. 1, no 3 [ca 1738]
    Antoine Dauvergne, Six Sonates en trio pour deux violons et bc op. 1, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc.
  • AnD.067
    SONATE EN TRIO POUR 2 VIOLONS ET BC., op. 1, no 4 [ca 1738]
    Antoine Dauvergne, Six Sonates en trio pour deux violons et bc op. 1, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc.
  • AnD.068
    SONATE EN TRIO POUR 2 VIOLONS ET BC., op. 1, no 5 [ca 1738]
    Antoine Dauvergne, Six Sonates en trio pour deux violons et bc op. 1, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc.
  • AnD.069
    SONATE EN TRIO POUR 2 VIOLONS ET BC., op. 1, no 6 [ca 1738]
    Antoine Dauvergne, Six Sonates en trio pour deux violons et bc op. 1, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc.
  • AnD.recueil.05
    DOUZE SONATES POUR VIOLON SEUL ET BASSE CONTINUE, op. 2 [1739]
    SONATES/ A/ VIOLON SEUL/ AVEC/ LA BASSE CONTINUE, / COMPOSÉ/ PAR M.R DAUVERGNE./ OEUVRE SECOND./ Prix en blanc douze Livres./ Gravé par Le S.r Hue./ A PARIS/ Chez/ L'Auteur Chez M.r Daugny fermier général rue S.te/ Anne proche les Nouvelles Catholiques./ M.me La Veuve Boivin M.de ruë S.t Honoré à la Règle d'Or./ M.r Le Clerc Marchand ruë du Roule à la Croix d'Or./ AVEC PRIVILEGE DU ROY. [RISM D 1108]
  • AnD.070
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 1 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.071
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 2 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.072
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 3 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.073
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 4 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.074
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 5 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.075
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 6 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.076
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 7 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.077
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 8 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.078
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 9 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.079
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 10 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.080
    SONATE POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 11 [1739]
    Antoine Dauvergne, Sonates pour violon seul et bc op. 2, Paris, Auteur, Boivin, Le Clerc
  • AnD.081
    SONATES POUR VIOLON SEUL ET BC, op. 2, no 12 [1739]
  • AnD.recueil.01
    CONCERTS DE SYMPHONIES, op. 3 [1751]
    CONCERTS/ DE/ SIMPHONIES/ A IV PARTIES/ PAR/ M.R DAUVERGNE/ Ordinaire de la Musique de la Chambre du Roy/ Et de l'Academie Royale./ OEUVRE III.ME/ Prix 6.lt/ Gravées par Le S.r Hue./ A PARIS/ CHEZ/ Chez le portier de Lopera./ Madame Boivin Rue S.t Honoré à la Règle d'Or./ Monsieur Le Clerc Rue du Roule à la Croix d'Or./ AVEC PRIVILEGE DU ROY. [RISM D 1109]
  • AnD.082
    CONCERT op. 3, no 1 [1751]
    Antoine Dauvergne, Concerts de simphonies, op. 3, Paris, Boivin, Le Clerc
  • AnD.083
    CONCERT op. 3, no 2 [1751]
    Antoine Dauvergne, Concerts de simphonies, op. 3, Paris, Boivin, Le Clerc
  • AnD.recueil.02
    CONCERTS DE SYMPHONIES, op. 4 [1751]
    CONCERTS/ DE/ SIMPHONIES/ A IV PARTIES/ PAR/ M.R DAUVERGNE/ Ordinaire de la Musique de la Chambre du Roy/ Et de l'Academie Royale./ OEUVRE IV.E/ Prix 6.lt/ Gravées par Le S.r Hue./ A PARIS, / CHEZ/ Chez le portier de L'Opera./ Madame Boivin, Rue S.t Honoré à la Règle d'Or./ Monsieur Le Clerc, Rue du Roule à la Croix d'Or./ AVEC PRIVILEGE DU ROY. [RISM D 1110]
  • AnD.084
    CONCERT op. 4, no 3 [1751]
    Antoine Dauvergne, Concerts de simphonies, op. 4, Paris, Boivin, Le Clerc
  • AnD.085
    CONCERT op. 4, no 4 [1751]
    Antoine Dauvergne, Concerts de simphonies, op. 4, Paris, Boivin, Le Clerc

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 24 juin [1755], Versailles. (F-Pan/ O1 99, f. 176, Secrétariat de la Maison du roi, 1755) : « Retenüe de la moitié d’une charge de Compositeur de la Musique de la Chambre du Roy pour le S. Antoine D’Auvergne, ordinaire de lad. Musique, par la demission du S. Rebel. »
  2. 24 juin [1755], Versailles. Brevet de survivance de maître de Musique de la Chambre du Roy en faveur du S. D’Auvergne. (F-Pan/ O1 99, f. 179, Secrétariat de la Maison du roi, 1755)
  3. 24 juin [1755], Versailles. Brevet portant qu’Antoine Dauvergne payera lorsqu’il deviendra titulaire de la charge de maitre de Musique de la Chambre la somme de 6000 lt. (F-Pan/ O1 99, f. 183-184, Secrétariat de la Maison du roi, 1755
  4. Jean Gourret, Ces hommes qui ont fait l'Opéra, 1984, p. 69-71.
  5. Jean Gourret, Ces hommes qui ont fait l'Opéra, 1984, p. 85.
  6. Jean Gourret, Ces hommes qui ont fait l'Opéra, 1984, p. 88-90.

PIÈCES D’ARCHIVE (Archives nationales, Secrétariat de la Maison du roi)

Pièce no 4 : 25 décembre [1764], Versailles. Brevet d’assurance de 10.000 lt en faveur du S. Dauvergne, pour n’avoir lieu que lorsqu’il sera titullaire de la charge de Surintendant de la Musique du Roy. (F-Pan/ O1 108, f. 540, Secrétariat de la Maison du roi, 1764) :

« Ayant agréé le S. Antoine Dauvergne pour remplir la charge de Surintendant de la Musique de Sa Majesté en survivance du S. Francœur, Sa Majesté l’auroit en même tems obligé de payer lorsqu’il en deviendra titullaire la somme de 10.000 lt qu’elle a assuré sur cette charge aud. S. Francœur, par brevet de ce jourd’huy, et Sa Majesté ne voulant pas que lad. Somme tombe en pure perte pour led. S. Dauvergne ou sa famille, ordonne qu’au cas que devenu titullaire de lad. Charge, il s’en démette ou décéde en possession d’icelle, celuy qui sera agréé pour la remplir soit tenu de payer comptant la somme de 10.000 lt, laquelle demeurera par préference affectée et hypothéquée au payement de celle de pareille somme cy dessus énoncée, à laquelle ayant été satisfait pr led. S. Dauvergne, lad. Somme de 10.000 lt ou ce qui s’en trouvera libre sera payée à luy ou à ceux en faveur desquels il en aura pour lors disposé, ce que Sa Majesté luy permet de faire au cas susd. Même de l’affecter et hypotéquer pour sureté des sommes qu’il peut devoir ou qu’il pourroit emprunter dans la suite, et si au jour de son déceds, il n’avoit fait aucune disposition du tout ou partie de lad. Somme de 10.000 lt et qu’elle se trouvât libre de l’hypotéque susd., elle apartiendra ou ce qui en sera libre à sa veuve et à ses enfants et à défaut d’enfants à ses héritiers ; veut pareillement Sa Majesté qu’aucunes provisions de lad. Charge ne puisse être expediées qu’il ne soit aparu de l’actuel payement de lad. Somme de 10.000 lt, conformément au présent brevet… »

Pièce no 5 : [25 décembre 1764, Versailles] Survivance de Surintendant de la Musique de la Chambre du Roy pour le S. Dauvergne. (F-Pan/ O1 108, f. 541, Secrétariat de la Maison du roi, 1764) :

« Le S. François Francœur, Surintendant de la Musique de notre Chambre, Nous a très humblement supliés d’agréer qu’il se démit de la survivance de lad. Charge en faveur du S. Antoine Dauvergne, et étant bien informés de la capacité, fidelité et affection à notre service du. Sr Dauvergne, Maître de la Musique de notre chambre. À ces causes, nous l’avons ce jourd’huy retenu et par ces présentes signées de notre main retenons en la charge de Surintendant de la Musique de notre Chambre… vacante par la démission à condition de survivance dud. S. Francœur, pour par led. S. Dauvergne l’avoir et exercer en l’absence et survivance dud. S. Francœur, en jouir et user aux honneurs, autorités, prérogatives, priviléges, franchises, libertés, gages, droits, fruits, profits, revenus et émoluments acoutumés et y apartenants tels et semblables qu’en jouit ou doit jouir led. S. Francœur, et ce tant qu’il nous plaira, sans qu’avenant le déceds de l’un ou de l’autre lad. Charge puisse etre reputée vacante ny impétrable sur le survivant, attendu le don que nous luy en faisons dès à present, et sans qu’il soit tenu de prêter d’autre serment que celuy qu’en a cy devant fait led. S. Francœur et celuy qu’en fera led. S. Dauvergne en vertu des présentes. Si vous mandons qu’après qu’il vous sera aparu des bonnes vie, mœurs, Religion catholique, apostolique et Romaine dud. Sr Dauvergne, et que vous aurez de luy pris et reçu le serment en tel cas requis et acoutumé, vous ayés à la faire mettre et installer en possession de lad. Charge et de tout ce que dessus le faire jouir et user pleinement et paisiblement obeïr et entendre de tous ceux et ainsi qu’il apartiendra èz choses concernant lad. Charge, Mandons aussy aux trésoriers généraux de notre maison et au trésorier des Menus-Plaisirs et Affaires de notre Chambre que lesd. Gages et droits ils continuent de payer aud. S. Francœur et après son déceds ou de son consentement pendant sa vie aud. S. Dauvergne aux termes et en la maniére acoutumés… »

Pièce no 6 : [25 décembre 1764, Versailles] Brevet portant que le Sr Dauvergne sera tenu de payer la somme de 10.000 lt en devenant titullaire de la charge de surintendant de la Musique du Roy. (F-Pan/ O1 108, f. 543, Secrétariat de la Maison du roi, 1764) :

« Le Roy […] ayant agréé le S. Antoine Dauvergne pour remplir la charge de Surintendant de la Musique de Sa Majesté en survivance du S. François Francœur, Sa Majesté a voulu en même tems expliquer les conditions sous lesquelles Elle luy a acordé cette grace, et à cet effet a déclarè et déclare, veut et entend que lorsque led. S. Dauvergne deviendra titullaire de lad. charge, il soit tenu de payer comptant et en un seul payement la somme de 10.000 livres suivant les dispositions qu’en aura fait led. S. Francœur, par donnation [sic ?], testament ou de telle autre maniére qu’il avisera bon être, ce que Sa Majesté luy permet de faire par le présent brevet, même de l’affecter et hypotequer pour sureté des sommes qu’il peut devoir ou qu’il pourroit emprunter dans la suite, sans que celuy ou ceux des enfants en faveur desquels il en auroit disposé soit tenu d’en faire aucun raport à sa succession, attendu que lad. somme est un pur effet de sa libéralité de Sa Majesté, et si au jour de son déceds led. S. Francœur n’a fait aucune disposition du tout ou de partie de lad. somme de 10.000 lt, elle apartiendra ou ce qui s’en trouvera libre aux enfants dud. S. Francœur, qui seront tenus alors d’en faire employ au profit de la dame leur mére, pour par elle jouir à son profit de l’usufruit de lad. somme sa vie durant, et sans que led. Usufruit puisse lui être compté dans ses reprises et conventions matrimoniales, attendu que le don de Sa Majesté luy en fait dès à présent, voulant Sa Majesté qu’aucunes provisions de lad. Charge ne puissent être expédiées qu’il ne soit aparu de l’actuel payement de lad. Somme de 10.000 lt conformément au présent brevet, au moyen duquel celuy du 12 juin 1760 que Sa Majesté avoit acordé aud. S. Francœur demeurera éteint et suprimé, et reprendroit néantmoins sa force et vertu en faveur dud. S. Francœur si led. S. Dauvergne venoit à décéder avant luy. »

Pièce no 7 : 23 octobre [1769], Fontainebleau. Brevet de 1.200 livres de gratiffication annuelle en faveur du sieur Dauvergne. (F-Pan/ O1 114a, f. 1025, Secrétariat de la Maison du roi, 1769) :

« Le Roy […] voulant donner au Sieur Dauvergne l’un des Surintendants de la Musique de Sa Majesté, en survivance du sieur Francœur une marque de la satisfaction qu’elle ressent de ses services et le récompenser du soin qu’il a pris pour enseigner la composition a Mesdames, Sa Majesté lui a accordé et fait don de la somme de 1.200 livres de gratiffication annuelle, pour par lui en jouir par chacun an sa vie durant et en etre payé à compter du premier du present mois sur ses simples quittances par les gardes de son Tresor royal. »

Pièce no 8 : 21 mars [1776], Versailles. Survivance de Maître de musique de la Chambre du Roi pour le sieur Francœur. (F-Pan/ O1 123, f. 45, Secrétariat de la Maison du roi, 1776) :

« Le Sieur Antoine Dauvergne surintendant et Maître de la Musique de la chambre de Sa Majesté l’a très humblement fait supplier d’accorder au Sieur Louis Joseph Francœur la survivance de laditte charge de Maître de Musique de sa chambre, et Sa Majesté étant informée des talents et de la capacité dudit Sieur Francœur neveu du Sieur Francœur surintendant de la musique de Sa Majesté, voulant aussi donner audit Sieur Dauvergne une marque de la satisfaction qu’elle ressent de ses services, a retenu et retient ledit Sieur Francœur en la charge de l’un des maîtres de la musique de sa chambre vacante par la demission dudit Sieur Dauvergne à condition de survivance pour par lui l’exercer en l’absence et survivance dudit Sieur Dauvergne, en jouir et user aux honneurs, privilèges, exemptions, gages, droits, fruits, profits, revenus et emoluments accoutumés et y appartenants, tels et semblables qu’en jouit ou du jouir ledit Sieur Dauvergne et ce tant qu’il plaira à Sa Majesté, sans qu’avenant le deces de l’un ou de l’autre, laditte charge sa vie audit Sieur Francœur aux termes et en la manière accoutumés suivant les etats. »

Pièce no 9 : janvier [1786], Versailles. Lettres de noblesse en faveur du Sieur D’Auvergne Surintendant de la Musique du Roi. (F-Pan/ O1 134, f. 6, 1786) :

« La protection qu’à l’exemple des Rois nos prédécesseurs nous accordons aux beaux arts nous determine à recompenser ceux de nos Sujets qui s’y sont le plus distingués par leurs talents et leurs travaux. De ce nombre est notre cher et bien a[i]mé le Sieur Antoine D’Auvergne attaché a notre service depuis 46 ans, d’abord comme l’un de nos musiciens, ensuite comme compositeur et maître de Musique de notre chambre, et depuis 23 ans en qualité de Surintendant de notre musique. Nous nous portons d’autant plus volontiers à lui faire éprouver les effets de notre bienfaisance qu’il s’est rendu célèbre par un grand nombre d’ouvrages qui ont eu le plus grand succès, et que d’ailleurs il s’est toujours comporté avec une honeteté, un zêle et une intelligence rares dans toutes les parties dont la Direction lui a été confiée, relativement, soit a notre service personnel, soit à celui du public. Nous pensons, d’après ces considérations, qu’il est de notre justice de l’elever aux honneurs de la Noblesse, et qu’en lui accordant cette recompense déjà accordée à plusieurs de ses predecesseurs dans la Surintendance de notre musique et qu’il a si bien meritée lui-même, ce sera un nouveau motif d’encouragement pour ceux qui à l’avenir suivront la même carrière. »

Pièce no 10 : 1er juin [1772], Versailles. Brevet de 1.000 livres de pension sur le produit de l’Opéra en faveur du sieur Mondonville. (F-Pan/ O1 118, f. 221, Secrétariat de la Maison du Roi, 1772) :

« Le Roi […] s’est fait représenter la convention faitte le 18 février 1768 entre les directeurs concessionnaires du privilège de l’Academie Royale de Musique et le Sieur Mondonville par laquelle lesdits concessionnaires se seroient obligés sous le bon plaisir de Sa Majesté en leur dite qualité de payer une pension viagere de 1.000 livres audit Sieur Mondonville à compter du premier avril 1768 sur le produit de l’Opera aux conditions acceptées par ledit Sieur Mondonville de leur donner les ouvrages de sa composition qu’il peut avoir fait et pourra faire dans la suite, et lorsqu’ils seront en etât d’être présentés au public, et autres conditions relatives portées par laditte convention, Sa Majesté voulant de plus en plus donner des marques de sa protection à ladite Academie et des preuves de sa bonté aux sujets qui cooperent à ses succès, et en particulier, audit Sieur Mondonville, tant pour le récompenser des soins que lui ont coutés les ouvrages que le public a déjà eu de lui, et dont il a marqué sa satisfaction, que pour engager ledit Sieur Mondonville à en donner de nouveaux ; elle a par le présent brevet agrée et approuvé laditte convention et en conséquence veut et ordonne qu’a commencer dudit jour 1er avril 1768 lesdits concessionnaires ou ceux qui pourroient leur succeder payent audit Sieur Mondonville, de quartier en quartier, laditte pension viagere de 1.000 livres sur le produit de l’opera. Idem pour le Sieur Dauvergne. »

Pièce no 11 : 20 avril [1776], Versailles. Brevet de compositeur de l’Académie royale de Musique pour le Sieur Dauvergne. (F-Pan/ O1 123, pièce no 4 insérée entre les f. 70 et 71, Secrétariat de la Maison du Roi, 1776) :

« Les motifs qui ont porté Sa Majesté à confier l’administration de l’Académie Royale de Musique à des administrateurs qui par leur zèle, leur experience et leur gout pour les arts, fussent capables de retablir l’ordre et de détruire les abus multipliés qui se sont introduits dans ladite academie, déterminent en même tems Sa Majesté a appuyer de son autorité les moyens qui lui seront indiqués par lesdits Sieurs administrateurs comme les plus propres à faire fleurir un établissement aussi utile au progrès des arts et au public. C’est dans cette vüe que Sa Majesté a cru devoir approuver la délibération qu’ils ont prise le 25 mars dernier et qui lui a été présenté par le Sieur de Malesherbes ministre et Secretaire d’État de nommer un compositeur de ladite académie qui sous leurs ordres puissent retablir les anciens ouvrages qui seront désignés et les faire reparoître ensuite dans le gout moderne. Sa Majesté s’y est porté d’autant plus volontiers que leur choix s’étant réuni en faveur du Sieur Dauvergne surintendant de sa musique est persuadée que par son zele et son talent distingué dans l’art de la musique il repondra dignement à cette marque de confiance. À cet effet en approuvant et confirmant ladite délibération du 25 mars dernier Sa Majesté a nomme et nomme le Sieur Dauvergne pour en qualité de Compositeur de l’academie Royale de Musique travailler sous les ordres desdits Sieurs administrateurs a retablir les anciens ouvrages dont ils jugeront à propos de la charger, conformément au gout actuel et aux circonstances, afin de les rendre agréable au Public, a condition toutes fois qu’il ne pourra rien prétendre de ce travail comme auteur, qu’il ne pourra nuire aux fonctions de Directeur général ni exclure du même travail les auteurs que lesdits Sieurs administrateurs pourroient en charger separe[ment] ou concurremment avec luy. […] puisse être réputée vacante ni impetrable, attendu le don que Sa Majesté lui en fait des à présent ; mande et ordonne en outre aux trésoriers généraux de sa maison et des Menus-Plaisirs et affaires de sa chambre chacun en droit soi de continuer à payer audit Sieur Dauvergne les gages et droits à laditte charge appartenants, et après son deceds ou de son consentement pendant pour par ledit Sieur Dauvergne jouir de ladite place aux honneurs entrées et autres avantages qui y appartiennent et aux appointements de 3.000 livres qui lui sont attribués par la délibération susdite et dont il sera payé sur ses simples quittances. »

Références[modifier | modifier le code]

  • Benoît DRATWICKI, "Antoine Dauvergne (1713-1797) : une carrière tourmentée dans la France des Lumières", Wavre : Mardaga, 2011, 480 p.
  • RISM - Répertoire international des Sources Musicales.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.