Antoine Brea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoine Brea
Naissance
Boulogne-Billancourt, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Méduses
  • Roman dormant
  • Récit d'un avocat

Antoine Brea, né en 1975 à Boulogne-Billancourt, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Brea est né à Boulogne-Billancourt en 1975. Des études de droit l'ont conduit à la profession d'avocat, qu'il exerce à la ville sous une autre identité[1].

Il vient à l'écriture à la fin des années 1990, encouragé dans ses premières publications par Jacques Du Pasquier, pionnier de l'internet littéraire francophone[2] avec son site éditeur « Hache »[3]. Antoine Brea devient l'un des composants du noyau dur des auteurs de Hache, à l'instar de Ludovic Bablon, Sébastien Gendron, Stéphane Ilinski, Alban Lefranc ou encore Bernard Saulnier.

En 2007, les éditions québécoises Le Quartanier publient Méduses, roman qui « suit le narrateur au long d'une lente descente aux abîmes affective et sexuelle, où s'entend en écho, dans une langue magnifique et bâtarde, le rire de l'ennemi qui l'accompagne »[4]. Le livre, relativement expérimental, jouira d'un certain succès d'estime[5],[6] et sera plusieurs fois réédité, notamment en 2010 et 2014.

En 2009, Antoine Brea fait paraître un premier recueil de poèmes, Simon le Mage, aux éditions Le Grand Os. Entre 2009 et 2014, de nombreuses plaquettes de poésie composées généralement d'un titre unique seront par ailleurs éditées par Marie-Laure Dagoit pour le compte des éditions Derrière la salle de bains.

En 2010, Le Quartanier réédite deux novellas d'Antoine Brea : Papillon et Fauv, publiées précédemment en feuilleton par Hache.

En 2013, les éditions Louise Bottu publient Petites vies d'écrivains du XXe siècle, « un recueil de dix « poèmes biographiques, mi-exacts mi-fantasmatiques », au ton joyeusement décalé »[7].

En 2014, son livre Roman dormant développe une étonnante prose poétique à partir de la figure mythique d'Ibn Sīrīn[8], un imam médiéval versé dans l'interprétation des rêves[9],[10].

En 2016, son roman Récit d'un avocat reconstitue librement une intrigue judiciaire et carcérale liée au meurtre d'une jeune femme au milieu des années 1990, dans le Jura[11],[12]. S'il "débute à la manière d’un rapport juridique, le roman glisse rapidement vers une enquête sous le signe de l’inquiétante étrangeté, pour ne pas dire de l’angoisse pure. Bien au-delà du fait divers, ce sont des questions politiques qui émergent : les zones de guerre au Proche-Orient, Daech, l’éternel conflit entre l’État turc et les rebelles du PKK, la migration des populations qui en découle."[13] Dans le quotidien Le Monde, Frédéric Potet compare le livre sous certains aspects à L'Étranger d'Albert Camus, comme aux meilleures novellas américaines par la densité de la narration courte[14]. Dans le quotidien Le Devoir, Dominic Tardif note avec quelle subtilité l'avocat de métier derrière l'écrivain parvient à faire sentir les choix souvent absurdes d'un système judiciaire « s'entêtant toujours, face au mal, à désigner les mêmes coupables »[15]. L'écrivain Jérôme Leroy évoque pour sa part un « roman noir entre Kafka et John le Carré »[16]. Thriller judiciaire et d'anticipation courte (l'action se termine dans le courant de l'année 2017 alors que le livre paraît initialement en 2016), Récit d'un avocat a d'abord été publié au Québec par Le Quartanier, avant d'être réédité en mars 2017 par les Éditions du Seuil dans la nouvelle collection Cadre Noir où il fait figure de premier titre français[17],[18],[19].

Antoine Brea collabore à la revue La Mer gelée, revue de création littéraire relancée en 2016 et publiée par les éditions Le Nouvel Attila[20].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Papillon, novella, Hache, 2000 - rééd. Le Quartanier, 2010.
  • Fauv, novella, Hache, 2001 - rééd. Le Quartanier, 2010.
  • Méduses, roman, Hache, 2005 - rééd. Le Quartanier, 2007[21],[22].
  • Simon le Mage, poésie (dessins de Diego de los Campos), Le Grand Os, 2009.
  • Asseyons-nous, prêt pour la poésie, essai parodique / poésie, Derrière la Salle de Bains, 2013.
  • Petites Vies d'écrivains du XXe siècle, poésie, Louise Bottu, 2013.
  • Roman dormant, poésie, Le Quartanier, 2014[23].
  • Récit d'un avocat, roman, Le Quartanier, 2016 - rééd. Le Seuil (Cadre Noir), 2017[24],[25],[26].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « "Récit d'un avocat" dans le catalogue Le Quartanier », sur www.lequartanier.com, (consulté le 1er novembre 2016)
  2. Julie Sergent, « Édition en ligne : Écran magique », Voir.ca,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)
  3. Hache, consulté le 6 juin 2017
  4. « Le Quartanier », sur www.lequartanier.com (consulté le 12 avril 2017)
  5. Émilie Folie-Boivin, « Littérature française - Ruptures en eaux troubles », Le Devoir,‎ (ISSN 0319-0722, lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)
  6. Éric Paquin, « Antoine Brea : Méduses », Voir.ca,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)
  7. « Échos céliniens... », sur www.lepetitcelinien.com (consulté le 12 avril 2017)
  8. Philippe Chauché, « Roman dormant, Antoine Brea », sur La Cause littéraire, (consulté le 14 novembre 2016)
  9. « Antoine Brea - Méduses & Roman dormant », sur escalier-des-aveugles.blogspot.fr (consulté le 1er novembre 2016)
  10. « Note de lecture : « Roman dormant » (Antoine Brea) », sur Charybde 27 : le Blog, (consulté le 1er novembre 2016)
  11. « Antoine Bréa : dire l'horreur derrière le Code pénal », L'Autre Quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2016)
  12. Romain Verger, « Antoine Brea : Récit d'un avocat », Membrane,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2016)
  13. Editions Seuil, « Récit d'un avocat, Antoine Brea, Policier / Thriller - Seuil », sur www.seuil.com (consulté le 12 avril 2017)
  14. Frédéric Potet, « Tribun de la peine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2016)
  15. Dominic Tardif, « Dans l’angoisse de la procédurite », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2016)
  16. Jérôme Leroy, « Absurde comme la vie d’un avocat », Causeur,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mai 2017)
  17. « "Cadre noir" : les sombres émois du Seuil », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)
  18. « « Cadre noir », c'est nouveau et très angoissant », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)
  19. « Cadre Noir, la nouvelle collection polar du Seuil », sur www.bepolar.fr (consulté le 12 avril 2017)
  20. Christine Marcandier, « Quand le chien aboie, La Mer gèle », sur Diacritik, (consulté le 4 novembre 2016)
  21. Alban Lefranc, « Ne dominez pas vos rats », sur Raison Publique, (consulté le 4 novembre 2016)
  22. Gabrielle Caron, « Personnage à identité multiple chez Antoine Brea », sur Penser la narrativité contemporaine, (consulté le 14 novembre 2016)
  23. Marie-Paule Grimaldi, « 33e Marché de la poésie de Paris : Le Québec doit-il prendre sa place par l’exotisme? », Magazine Spirale,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2016)
  24. Yan, « Récit d’un avocat, d’Antoine Brea », ENCORE DU NOIR !,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)
  25. « RÉCIT D’UN AVOCAT d’Antoine Brea / Le Seuil / Cadre Noir + un entretien avec Antoine Brea. – Nyctalopes », sur www.nyctalopes.com (consulté le 12 avril 2017)
  26. « Récit d'un avocat d'Antoine Brea », Fondu au noir,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]