Antoine-Félix Bouré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Antoine Bouré)
Aller à : navigation, rechercher
Antoine-Félix Bouré
Antoine-Félix Bouré.jpg

Détail du portrait de groupe de la Société libre des beaux-arts par Edmond Lambrichs.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
IxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Antoine-Félix Bouré, aussi connu sous les noms de Félix Bouré ou Antoine Bouré, est un sculpteur belge, né à Bruxelles le et décédé à Ixelles le . Il est essentiellement connu pour des œuvres colossales et des lions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève dans l'atelier privé d'Eugène Simonis en 1845, il s'incrit à l'Académie de Bruxelles en 1846 où il fréquente la classe de Louis Jehotte après avor suivi des cours d'ornement et d'architecture. Il va, comme l'avait fait son frère ainé, Paul Bouré, également sculpteur, se perfectionner à Florence dans l'atelier d'Aristodemo Costoli où il remporte un premier prix de composition en bas-relief en 1856[1].

En 1861-1862 il décroche des commandes officielles pour l'hôtel de ville, la Cour de Cassation et le Palais de la Nation à Bruxelles. C'est à cette époque qu'il fut initié à la loge bruxelloise, Les Vrais Amis de l'union et du progrès réunis, où il côtoye le sculpteur Charles-Auguste Fraikin. Par la suite il réalise presque exclusivement des œuvres colossales et des lions[1].

Bouré produit peu de sculptures pour intérieurs bourgeois. Son œuvre la plus connue L'enfant au lézard présenté au Salon de Bruxelles en 1872 et conservé aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique[2],[3] fait cependant partie de celles-ci.

Il est membre de la Société libre des beaux-arts de 1868 à 1875, où il représenta la sculpture avec Charles Van der Stappen[2].

Il fréquente Auguste Rodin lors du séjour de ce dernier à Bruxelles et témoigne en sa faveur lorsque celui-ci fut accusé d'avoir pratiqué le moulage sur nature pour son Âge d'airain[2].

En 1882, il se porte candidat à l'Académie de Bruxelles pour succéder à Eugène Simonis, mais c'est Charles Van der Stappen qui est choisi[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Buste de Joseph Poelaert ornant son tombeau
  • Les lions au Palais des Académie de Bruxelles
  • Le lion du barrage de la Gileppe
  • Les deux lions ("Totor et Tutur") du Palais de Justice de Charleroi

Tant les Musées de Bruxelles que d'Anvers conservent de lui des œuvres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]