Antoine-Sébastien Lavialle de Masmorel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antoine-Sébastien Lavialle de Masmorel
Illustration.
Fonctions
Président du Conseil général de la Corrèze

(1 an)
Prédécesseur Pierre Joseph Bédoch
Successeur Léonard-Philippe Rivet
Député français

(1 an, 2 mois et 29 jours)
Élection 4 novembre 1837
Circonscription 2e collège électoral de la Corrèze
Groupe politique Orléaniste
Prédécesseur Léonard-Philippe Rivet
Successeur Jean-Charles Rivet

(2 ans, 8 mois et 19 jours)
Élection 6 septembre 1831 (partielle)
Circonscription 2e collège électoral de la Corrèze
Groupe politique Doctrinaires
Prédécesseur Léonard-Philippe Rivet
Successeur Léonard-Philippe Rivet
conseiller général de la Corrèze

(19 ans)
Circonscription Canton de Donzenac
Prédécesseur Fonction recréee
Successeur Louis Armand
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Donzenac
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Brive-la-Gaillarde
Nationalité Drapeau de la France française
Parti politique Royaliste
Père Jean Baptiste Sébastien Lavialle de Masmorel
Mère Marguerite de Michel de Champagnac
Enfants Jules Lavialle de Masmorel
Louise Lavialle de Masmorel
Profession homme politique, magistrat
Distinctions Ordre national de la Légion d'honneur Chevalier de l'Ordre de la légion d'honneur

Antoine-Sébastien Lavialle de Masmorel (, Donzenac - , Brive) est un magistrat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Président du tribunal de Brive, depuis 1816, et conseiller général de la Corrèze sous la Restauration, il fit de l'opposition au ministère Polignac et se présenta comme candidat d'opposition, le , dans le 1er collège de la Corrèze, où il échoua face à Alexis de Noailles. Mais, à une élection partielle du , il fut élu député du 2e collège de la Corrèze (Brive), en remplacement de Rivet, dont l'élection avait été annulée.

Il échoua aux élections générales de 1834, mais fut réélu dans le même collège, le . Il avait voté cependant contre l'hérédité de la pairie, mais il avait appuyé le ministère du et s'était prononcé en faveur de la loi d'apanage.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]