Andreas Krieger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krieger.
Andreas Krieger
Bundesarchiv Bild 183-1986-0826-036, Stuttgart, Leichtathletik-EM, Kugelstoßerin Heidi Krieger errang den ersten Titel für die DDR.jpg
Heidi Krieger en 1986.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Heidi KriegerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Activité
Autres informations
Distinction

Andreas Krieger, né Heidi Krieger le à Berlin, est un athlète allemand spécialiste du lancer du poids. Il a remporté les championnats d'Europe d'athlétisme 1986 dans l'équipe SC Dynamo Berlin avant sa transition de genre.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Heidi Krieger a commencé l'athlétisme à l'âge de 13 ans, en RDA et fut traitée à son insu avec des anabolisants par des responsables et médecins sportifs est-allemands[1]

La médaille d'or obtenue aux championnats d'Europe de 1986[2] avec un jet de 21,10 mètres a été rendue plus tard mais figure encore dans les bilans officiels de l'athlétisme européen.

La Médaille Heidi Krieger est attribuée à des personnes combattant le dopage.

Coming out[modifier | modifier le code]

En 1997, à la suite de la prise de stéroïdes anabolisant ayant favorisé l'apparition de traits masculins, la sportive prend la décision de changer officiellement de sexe en 1997[1] en effectuant une chirurgie de réattribution sexuelle, déjà confuse quant à son identité sexuelle[2],[3].

Avec d'autres victimes du système sportif mis en place en RDA, Andreas Krieger a poursuivi le président des Fédérations Sportives de RDA, Manfred Ewald (en), pour dommages corporels[4] et réclament la somme de 10 000  chacun[1]. Ce dernier a été condamné à une peine de prison avec sursis.

Heidi Krieger avait une taille de 1,87 m et un poids de 100 kg.

Course de la flamme pour les droits de l'Homme[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la Course de la flamme pour les droits de l'homme Andreas Krieger et sa femme Ute Krieger-Krause (épousée en 2002) se sont prononcés contre le déroulement des Jeux olympiques à Pékin en 2008 si la Chine ne changerait pas significativement sa politique contraire aux Droits de l'homme.

Andreas Krieger aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Andreas Krieger est entrepreneur à Magdebourg. Il est marié avec l'ex-nageuse Ute Krause qui avait été contrainte au dopage par ses entraîneurs. Andreas Krieger a des problèmes de santé depuis son retrait du sport. Un film documentaire ukrainien réalisé en 2008 Dopage, la fabrique des champions (Допинг. Фабрика чемпионов), retrace l'histoire d'Andreas Krieger, d'Ute Krause-Krieger et de leur fille.

Depuis 2000 la médaille Heidi-Krieger est attribuée par l'association d'aide aux victimes du dopage à des personnes qui se sont illustrées dans le combat contre le dopage dans le sport.

Krieger se bat aujourd'hui pour que ses records, surtout ceux qu'il a établi lorsqu'il était junior, soient effacés des listes officielles[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Heidi Krieger: The price of victory », sur The Independent, (consulté le 23 décembre 2017).
  2. a et b « "Les stéroïdes ont tué Heidi" », sur Courrier international, (consulté le 23 décembre 2017).
  3. (en) « Heidi Krieger: The price of victory », sur The Independent, (consulté le 23 décembre 2017), « I was totally confused. I didn't know whether I was a man or a woman ».
  4. « "Les stéroïdes ont tué Heidi" », sur Courrier international, (consulté le 23 décembre 2017), Andreas Krieger : « Les gens devraient savoir ce qui s’est passé, quels sont les effets secondaires », « Ils ont tué Heidi ».
  5. (de)Dopingopfer gegen Leichtathletikverband: Schummel-Rekorde bleiben, Thomas Purschke, taz.de, 13 septembre 2012. Consulté le 2 février 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :