Andreas Alföldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

András (Andreas) Ede Zsigmond Alföldi (né le à Pomáz et mort le à Princeton dans le New Jersey) est un historien, un archéologue et un numismate hongrois. À son époque, il est l'un des plus prolifiques spécialistes de l'Antiquité romaine et considéré comme une autorité dans le domaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Andreas Alföldi était le fils d'un médecin d'Autriche-Hongrie. Il effectua ses études secondaires au lycée classique de Budapest, et bien que la mort prématurée de son père, en 1910, laissât sa famille dans une situation financière difficile, il put commencer ses études en histoire ancienne à l'université de Budapest. Il se consacrait simultanément à la numismatique, science encore embryonnaire dans la Hongrie de l'époque[1].

Lorsqu’éclata la Première Guerre mondiale, Alföldi fut mobilisé comme officier. Grièvement blessé en 1917, il fut cité à l'ordre de l'armée et rendu à la vie civile. Il conserva toute sa vie une immense fierté de ses actions militaires. En cette fin des années 1910, il reprit ses études à l'université et se passionna pour tout ce qui touchait aux questions militaires et stratégiques. Le démembrement de l'empire qui suivit le Traité de Trianon renforça son attachement à son pays et il concentra désormais ses recherches historiques sur la Hongrie[2]. Il soutint sa thèse de doctorat[3] en 1919 sous la direction de Valentin Kuzsinszky. Il se consacra ensuite à l'archéologie de l’Europe danubienne, sujet encore pratiquement vierge, et qui jusque-là dépendait des subsides de différents pays. Dans les négociations entre la Hongrie et la ROumanie sur le rattachement de la Transylvanie, Alföldi défendit le point de vue hongrois : de plus en plus souvent, l'archéologie et les monuments historiques étaient mis à profit pour justifier les revendications nationales[4].

Nommé professeur à l'université de Debrecen en 1923, puis à celle de Budapest en 1930, il acquiert une réputation internationale. En 1947, il émigre en Suisse où il enseigne dans les universités de Berne, puis de Bâle. En 1956, il est nommé à l'Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey), où il termine sa carrière en 1981. Son épouse est décédée en 1992.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Karl Christ: Andreas Alföldi, pp. 8–9.
  2. Karl Christ: Andreas Alföldi, p. 9.
  3. Sa thèse, intitulée « Moules céramiques de Pannonie et iconographie impériale » a été publiée dans (« Pannoniai agyagminták es vonatkozásaik a császárokra », Archaeologiai Értesitő, no 38,‎ 1918-19, p. 1–36.
  4. Karl Christ: Andreas Alföldi, pp. 9–10.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Géza Alföldy, « Andreas Alföldi † », Gnomon, no 53,‎ , p. 410–414.
  • Maria R.-Alföldi, « Andreas Alföldi † », Historische Zeitschrift, no 233,‎ , p. 781–786.
  • Karl Christ, Neue Profile der Alten Geschichte., Wissenschaftliche Buchgesellschaft, , 8–62 p. (ISBN 3-534-10289-4), « Andreas Alföldi (1895–1981) ».
  • Karl Schefold, « Andreas Alföldi (1895–1981). », Eikasmós, no 4,‎ , p. 97–98.
  • Institute for Advanced Study, Andrew Alföldi 1895–1981., Princeton, (avec bibliographie complète).
  • Martin Dennert et Stefan Heid (dir.), Personenlexikon zur Christlichen Archäologie, vol. 1 : Forscher und Persönlichkeiten vom 16. bis zum 21. Jahrhundert, Ratisbonne, Schnell & Steiner, (ISBN 978-3-7954-2620-0), « Andreas Alföldi. », p. 63 et suiv.
  • James H. Richardson et Federico Santangelo (dir.), Andreas Alföldi in the Twenty-First Century, vol. 56, Stuttgart, Steiner, coll. « Heidelberger Althistorische Beiträge und Epigraphische Studien. », (ISBN 978-3-515-10961-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]