André d'Ormesson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ormesson.
André d'Ormesson
Fonctions
Ambassadeur de France au Brésil
-
Ambassadeur de France en Roumanie
à partir d'
Titre de noblesse
Marquis
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Famille
Père
Conjoint
Marie Anisson du Perron (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Distinctions

Charles Olivier François de Paule André Lefèvre, marquis d'Ormesson, né le dans le 7e arrondissement de Paris et mort dans cette ville le , est un diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille Le Fèvre d'Ormesson.

Il est le fils d'Olivier d'Ormesson (1849-1923) et de la comtesse, née Marguerite Dubreuil-Hélion de La Guéronnière.

Frère du comte Wladimir d'Ormesson (1888-1973), homme de lettres, ambassadeur de France et membre de l'Institut, lui-même père de l'homme politique Olivier d'Ormesson, tous deux hauts fonctionnaires et diplomates français, il épouse en 1920 Marie Henriette Isabelle Anisson du Perron (1892-1975) et sera le père d'Henry d'Ormesson (1921-1995), ancien élève de l'ENA, inspecteur général des finances, et de Jean d'Ormesson (1925-2017), romancier et journaliste, ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de philosophie, membre de l'Académie française.

André d'Ormesson, sitôt ses études achevées est sur les traces de son père, en décembre 1898 stagiaire au ministère des Affaires Etrangères puis, en mars 1899, attaché à la direction politique du ministère.

À partir d'avril 1903, il est attaché d'ambassade successivement à Athènes, Berlin et Munich.

Devenu ministre plénipotentiaire en 1925, il est envoyé à Munich puis en avril 1933 comme ambassadeur à Bucarest, et le 30 mai 1936 il est élevé à la dignité d'ambassadeur de France par le gouvernement de son ami Léon Blum, qui l'envoie à Rio de Janeiro.

En juillet 1940, en désaccord avec le gouvernement dit de Vichy, il présente sa démission et est admis à la retraite du corps diplomatique ; il devient président-directeur général des Agences Maritimes Réunies.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]