André Hallays

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Hallays
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Père
Victor Hallays-Dabot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Marie Riguet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

André Hallays (1859-1930) est un journaliste et écrivain français.

Très attaché au patrimoine français, il rédigea durant des années une chronique hebdomadaire dans le Journal des débats, appelée En flânant, où il décrivait dans des promenades virtuelles les hauts lieux de la France. Ses chroniques étaient préparées par de grands voyages de prospection à travers le pays. Elles ont été publiées par la suite en dix volumes sous le titre « En flânant - À travers la France » chez Perrin.

André Hallays signe un article virulent à charge dans l'illustration du 5 juin 1920 contre le plan d'urbanisme de la reconstruction de Reims, projet Ford qui a été soumis à la Commission supérieure qui en vertu de la loi Cornudet[note 1] est chargée d'approuver les plans d’extension[1].

Ses relations privilégiées avec la Société de Port-Royal en ont fait un fervent admirateur de Port-Royal des Champs. Durant de longs mois, il sillonna la France à la recherche de l'iconographie janséniste qui permit à Augustin Gazier de publier en 1909 un Port-Royal au XVIIe siècle d'une grande qualité.

Il avait pour amis ses trois anciens camarades de la faculté de Droit, Raymond Poincaré, Alexandre Millerand et Alphonse Deville[2].

En 1924, il est président de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (17e division)[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

  • Beaumarchais, Hachette, 1897.
  • En flânant en France, Perrin, 1899-1923.
  • Le charme de Versailles, 1900.
  • La maison de la Schola, 1900.
  • Le couvent des Carmes (1613-1913), 1900.
  • Nancy, 1906.
  • Avignon et le Comtat-Venaissin, 1909.
  • Autour de Paris, 1921.
  • Essais sur le XVIIe siècle, Perrin, 1921-1926.
  • L'Alsace aujourd'hui, 1922.
  • Jean de La Fontaine, Perrin,1922.
  • Les Perrault, Perrin 1926.
  • Viviers, en collaboration avec le Dr Jos Jullien, édition du Pigeonnier, Saint Félicien en Vivarais, 1926.
  • Strasbourg (1929).


Sur Port-Royal des Champs :

  • Le Pèlerinage de Port-Royal, Perrin, 1909.
  • Port-Royal au XVIIe siècle, 1909.
  • Les Solitaires de Port-Royal, Plon, 1927.

Décorations[modifier | modifier le code]

« Officier de la Légion d'honneur », base Léonore, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La loi Cornudet du 14 mars 1919 ordonnait aux villes de plus de 10 000 habitants d'établir dans les trois ans un projet d'aménagement, d'embellissement et d'extension. Ce plan, une fois déclaré d'utilité publique par le Conseil d'Etat, deviendrait la référence obligée pour tous les travaux publics et privés. La loi visait avant tout la reconstruction des villes détruites du Nord et de l'Est.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Illustration N°4031 du 5 juin 1920 page 349
  2. Fernand Payen, Raymond Poincaré – L'homme, le parlementaire, l'avocat, Paris, Bernard Grasset, , p. 50
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 403

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :