Amberloup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Amberloup
Amberloup
L’église Saint-Martin, à Amberloup
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Bastogne
Commune Sainte-Ode
Code postal 6680
Zone téléphonique 061
Démographie
Gentilé Amberlouvier, -ière
Géographie
Coordonnées 50° 01′ nord, 5° 31′ est
Superficie 2 082 ha = 20,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg

Voir sur la carte administrative de Province de Luxembourg
City locator 14.svg
Amberloup

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Amberloup

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Amberloup

Amberloup (en wallon Amberlou) est un village au cœur de l'Ardenne belge, en rive droite de l'Ourthe supérieure. Il fait administrativement partie de la commune belge de Sainte-Ode située en Région wallonne dans la province de Luxembourg dont il abrite la maison communale'. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'ancienne commune d'Amberloup comptait plusieurs petits villages et hameaux: Aviscourt, Fosset, Herbaimont, Ménil, Sprimont et Tonny, Ce dernier fusionna avec Amberloup le 1er octobre 1823.

Éléments d'histoire[modifier | modifier le code]

Dans La Meuse et le pays mosan en Belgique, Félix Rousseau mentionne que le roi Arnoul confirme à l'Église d'Aix-la-Chapelle une donation faite par Lothaire II de 44 villas, parmi lesquelles Amberloup, Paliseul, Chevigny, Bastogne et Ortho[1].

L'église Saint-Martin aurait été édifiée là où se trouvait un temple païen du IIIe siècle. Le domaine d'Amberloup a vraisemblablement été détruit par les invasions barbares des IVe et Ve siècles. On peut encore voir, surmontant la porte de l'édifice, une pierre portant l'inscription « Curia Arduenn... » (C.I.L., XIII, 3631 = I.L.B., 61)[2]. Elle a été utilisée initialement pour émettre l'hypothèse que, pendant la pax romana, Amberloup ait été un fisc impérial forestier où des fonctionnaires réglaient la gestion de la forêt ardennaise. Mais une étude plus récente par Chr.-B. Rüger[3] de l'ensemble des curiae connues dans les domaines gaulois et germanique propose d'y voir plutôt une confrérie masculine organisée autour du culte d'un ancêtre mythique.

Pendant le Haut Moyen Âge, le domaine fut à nouveau un centre important qui a pu être à l’occasion la résidence des Pipinnides.

L’intérieur de l'église paroissiale Saint-Martin

En 1737, trois ans après son édification, l'église Saint-Martin d'Amberloup fit l'objet de travaux importants. Néanmoins, c'est en 1828 que le bâtiment prit son aspect actuel. On a retrouvé à cette époque, lors d'une restauration, un monolithe représentant quatre divinités, rappelant l'origine très ancienne du sanctuaire et du village.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rousseau Félix: La Meuse et le pays mosan en Belgique, A.S.A.N, tome XXXIX, 1930.
  2. Albert Deman et Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Les inscriptions latines de Belgique (ILB), Université de Bruxelles, Bruxelles, 1985, pp. 100-103.
  3. Citée par Albert Deman et Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Les inscriptions latines de Belgique (ILB), Université de Bruxelles, Bruxelles, 1985, p. 107.

Sur les autres projets Wikimedia :