Allan Davis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davis.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Alan Davis.
Davis
Allan Davis 2.jpg

Allan Davis lors de la présentation des équipes du Tour Down Under 2009.

Informations
Naissance
Nationalité
Spécialité
Frère
Équipes professionnelles
01.2001-12.2001[n 1] Mapei-Quick Step (stagiaire)
2002 Mapei-Quick Step-Latexco
2003 ONCE-Eroski
2004 Liberty Seguros
01.2005-06.2006[n 2] Liberty Seguros-Würth
05.2006-06.2006[n 3] Würth
06.2006-07.2006[n 4] Astana-Würth
07.2006-12.2006[n 5] Astana
2007 Discovery Channel
03.2008-09.2008[n 6] Mitsubishi-Jartazi
09.2008-12.2009[n 7] Quick Step
2010-2011 Astana
01.2012-04.2012[n 8] GreenEDGE
05.2012-12.2013[n 9] Orica-GreenEDGE
Principales victoires
Victoire d'Allan Davis sur le Tour Down Under 2006.

Allan Davis, né le à Ipswich, est un coureur cycliste australien. Spécialiste des sprints massifs, il a remporté plus de 20 victoires au cours de sa carrière, et terminé sur le podium de Milan-San Remo, de Paris-Tours et de la Classique de Hambourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Allan Davis débute le cyclisme à l'âge de dix ans. En 1998, il est élu cycliste junior australien de l'année. Sélectionné en équipe nationale espoirs, il se classe septième puis sixième du championnat du monde dans cette catégorie en 2000 et 2001[1].

2002-2003 : les débuts[modifier | modifier le code]

Après deux années dans l'équipe United Water-AIS, Davis devient professionnel en 2002, dans l'équipe Espoirs de la Mapei-Quick Step, avec laquelle il prouve ses compétences de sprinteur, remportant notamment une étape du Tour du Cap.

Il rejoint l'année suivante l'équipe espagnole ONCE-Eroski. Il obtient la deuxième place du championnat d'Australie, puis termine deuxième du Trofeo Mallorca et remporte le Trofeo Alcudia et une étape du Circuit de la Sarthe. Sélectionné pour les championnats du monde, il y prend la douzième place.

2004-2005 : la confirmation[modifier | modifier le code]

La saison 2004 commence bien pour Davis, qui remporte successivement le Trofeo Mallorca et le Trofeo Manacor, puis participe pour la première fois à Milan-San Remo, qu'il termine à la 25e place. En juin, il remporte une étape du Tour d'Allemagne. Sur le Tour de Pologne, en septembre il remporte une étape, mais prouve aussi qu'il n'est pas qu'un sprinteur en prenant la cinquième place du classement final. Quelques semaines plus tard, il se révèle au plus haut niveau : il est dans le groupe qui se dispute la victoire aux championnats du monde, et termine cinquième. Il prend dans la foulée la quatrième place de Paris-Tours, puis remporte le Tour du Piémont. À la fin de 2004, le jeune coureur est devenu un sprinteur reconnu.

L'année suivante commence aussi bien pour Davis. Il termine deuxième du Tour Down Under, remporte deux étapes du Tour de Murcie, puis une étape du Tour d'Aragon, qu'il termine sixième, et en août, une étape de l'Eneco Tour. Il participe également pour la deuxième fois au Tour de France, où il prend quelques places d'honneur dans les sprints. Mais il s'illustre surtout sur les classiques. Sur sa lancée du Tour, il termine troisième de la HEW Cyclassics, derrière Filippo Pozzato et Luca Paolini. Quelques mois plus tard, il termine à nouveau troisième de Paris-Tours, derrière Erik Zabel et Daniele Bennati.

2006-2008 : l'affaire Puerto[modifier | modifier le code]

En janvier 2006, Davis remporte deux étapes du Tour Down Under, mais réalise par la suite une première moitié de saison un peu décevante. En juin, son nom est cité dans l'affaire Puerto, mais est blanchi par la justice espagnole le 26 juillet[2]. Cette affaire entache cependant la carrière de Davis : son équipe disparait, et malgré son talent, il a de grandes difficultés à trouver une équipe. Il est finalement recruté par l'équipe Discovery Channel en janvier 2007.

Il prouve rapidement à sa nouvelle équipe qu'elle a fait le bon choix en obtenant la deuxième place de Milan-San Remo. Il remporte ensuite une étape du Tour de Catalogne mais n'est pas sélectionné pour le Tour de France. Il court donc en juillet le Tour du lac Qinghai, dont il remporte cinq étapes. Davis participe ensuite sans succès à la Vuelta, mais termine cinquième de Paris-Tours.

Malgré ces excellents résultats sur les classiques, Davis, victime de sa réputation, peine à retrouver une équipe après la disparition de Discovery Channel. Il participe dans les rangs de l'équipe UniSA-Australia au Tour Down Under, où il remporte une étape et termine deuxième du classement final. Malgré cela, il doit attendre la fin du mois de mars pour trouver un contrat chez l'équipe belge Mitsubishi-Jartazi pour la saison[3]. De nouveau à son meilleur niveau à partir d'août, il termine deuxième du Tour du Limousin puis quatrième du Grand Prix Ouest-France. Ces bons résultats lui permettent d'obtenir un contrat de deux ans dans la formation Quick Step. Avec cette nouvelle équipe, il termine pour la deuxième fois troisième de la Vattenfall Cyclassics, derrière ses compatriotes Robbie McEwen et Mark Renshaw, puis quatrième du Tour de Pologne, dont il remporte une étape.

2009-2010 : le retour au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

En 2009, pour la première fois depuis 2006, Davis ne passe pas le début de saison à chercher une équipe. Il remporte alors trois étapes et le classement final du Tour Down Under, auquel il participe pour la onzième fois. Continuant sa saison en Europe, il éprouve quelques difficultés, mais revient en forme au bon moment et termine quatrième de Milan-San Remo.

Il s'engage en 2010 chez Astana où après un début de saison contrarié par des blessures, il termine troisième du Tour de Picardie au moi de mai et ramène une médaille de bronze du championnat du monde sur route, disputé en Australie. La semaine suivante, il remporte la course en ligne des Jeux du Commonwealth.

Il s'engage le 20 septembre 2011 chez GreenEDGE[4]. Il reste dans cette équipe jusqu'en fin de saison 2013 où son contrat n'est pas prolongé. Ne retrouvant pas d'équipe, il annonce la fin de sa carrière professionnelle en février 2014[5].

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement ProTour 44e[6] 126e[7] 36e[8] 12e[9]
Classement mondial UCI 11e[10] 90e[11]
UCI World Tour 149e[12] 112e[13] nc
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er septembre 2001 au 31 décembre 2001
  2. Du 1er janvier 2005 au 24 mai 2006
  3. Du 25 mai 2006 au 21 juin 2006
  4. Du 22 juin 2006 au 3 juillet 2006
  5. Du 4 juillet 2006 au 31 décembre 2006
  6. Du 20 mars 2008 au 1er septembre 2008
  7. Du 1er septembre 2008 au 31 décembre 2009
  8. Du 1er janvier 2011 au 30 avril 2012
  9. Du 1er mai 2012 au 31 décembre 2013

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Allan Davis », sur cycling.org.au,‎ (consulté le 24 janvier 2009)
  2. (es) Beloki, Nozal, Davis, Contador y Paulinho, exculpados, Diaro Vasco, 26 juillet 2006.
  3. Davis chez Mitsubishi-Jartazi
  4. (en) « Commonwealth Champion joins GreenEDGE », sur http://www.greenedgecycling.com/,‎
  5. Alexandre Mignot, « L'Australien Allan Davis raccroche le vélo », sur cyclismactu.net,‎
  6. « Classement ProTour 2005 », sur uciprotour.com (consulté le 14 juin 2011)
  7. « Classement ProTour 2006 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  8. « Classement ProTour 2007 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  9. « Classement ProTour au 20 septembre 2008 », sur http://www.memoire-du-cyclisme.eu/,‎ (consulté le 6 avril 2013)
  10. « Classement Mondial UCI 2009 », sur uci.ch, UCI,‎ (consulté le 24 mars 2012)
  11. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  12. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 février 2012)
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :