Alexeï Khomiakov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexeï Khomiakov
ХомяковАС.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
Ivanovskoïe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Хомяков, Алексей СтепановичVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Ekaterina Khomiakova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Dmytry Khomjakov (d)
Nikolaï Khomiakov (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de

Alexeï Stepanovitch Khomiakov (en russe : Алексе́й Степа́нович Хомяко́в), né le 1er mai 1804 ( dans le calendrier grégorien) à Moscou et mort le 23 septembre 1860 ( dans le calendrier grégorien) à Ivanovskoïe (gouvernement de Riazan), est un théologien, poète et philosophe russe. Il est un des chefs de file du mouvement slavophile[1].

Œuvre et pensée[modifier | modifier le code]

Dans ses Lettres à propos de l'Église latine et du protestantisme vus de l'Église orthodoxe, il s’attache à mettre en évidence les partis pris et les idées toutes faites du monde occidental à l’égard de l’orthodoxie. Ces Lettres sont une des premières présentations « de l'intérieur » de ce qu'est l'Église orthodoxe.

Ses poésies les plus remarquées sont composées pendant la guerre de Crimée et offrent à la vue un recueil de dissertations sur la thèse de l'union de tous les peuples slaves et de la répudiation du joug occidental.

Ce poète est un raisonneur. La théologie le réclame. Il y verse entièrement après 1855, avec une série d'ouvrages et d'opuscules publiés à l'étranger, en français et en anglais, tels que :

  • Quelques mots sur les communions occidentales, par un chrétien orthodoxe, Leipzig, 1855 («Несколько слов православного христианина о западных вероисповеданиях.») ;
  • L'Église latine et le protestantisme au point de vue de l'Église d'Orient, Leipzig, 1858, et Lausanne, 1872.

Samarine, qui en fut l'éditeur, traitait l'auteur de « docteur de l'Église ». Khomiakov en méritait l'honneur à sa façon. Au monde mourant de la civilisation romano-germaine (catholique et protestante), il opposait « l'idée » en développement du monde gréco-slave, fondatrice prochaine d'une communauté religieuse qui abriterait dans son sein tous les enfants de l'Europe; instrument providentiel d'une fusion où s'harmoniseraient tous les antagonismes exaspérés de la vie européenne.

Khomiakov, qui condamnait la réforme de Pierre le Grand, endossait le caftan et coiffait la mourmolka, symboles dont ses amis Valouïev et Samarine lui avaient fait apprécier la valeur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marlène Laruelle, Le berceau aryen : mythologie et idéologie au service de la colonisation du Turkestan, Cahiers d’Asie centrale, 17/18, 2009, p. 107-131.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]