Alexander Wienerberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexander Wienerberger
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
SalzbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Alexander Wienerberger (, Vienne - , Salzbourg) était un ingénieur chimiste autrichien qui a travaillé pendant 19 ans dans les entreprises chimiques de l'URSS. Alors qu'il travaillait à Kharkiv, il a créé une série de photographies de l'Holodomor de 1932-1933, qui sont des preuves photographiques de la famine massive du peuple ukrainien à cette époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexander Wienerberger est né en 1891 à Vienne, dans une famille d'origine mixte. En dépit du fait que son père était juif et sa mère était tchèque, Alexandre lui-même se considérait comme un Autrichien et athée [1]. ± De 1910 à 1914, il étudie à la faculté de philosophie de l'université de Vienne.

Pendant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé dans l'armée austro-hongroise et capturé en 1915.

En 1917, il fut autorisé à s'installer à Moscou où il fonda un laboratoire de chimie avec des amis. À l'automne 1919, il tenta de fuir la Russie soviétique pour se rendre en Autriche via l'Estonie en utilisant de faux documents, mais échoua: à Pskov, il fut arrêté par la Tchéka. Wienerberger a été trouvé coupable d'espionnage. Il passa une partie importante des années 1920 dans la prison de Loubianka à Moscou [2] . Pendant son séjour en prison, ses compétences en tant que chimiste ont été appréciées par le gouvernement soviétique, qui employait des prisonniers étrangers dans la production. Wienerberger a travaillé comme ingénieur pour la production de vernis et de peintures, puis dans des usines de fabrication d'explosifs [3].

En 1927, son mariage avec Josefine Rönimois, d'origine germano-balte, se brise. L'ex-épouse, ainsi que sa fille Annemarie et son fils Alexander, sont restés en Estonie (Annemarie a ensuite déménagé en Autriche dans les années 1930).

En 1928, pour la première fois après son emprisonnement, Wienerberger rend visite à ses proches à Vienne et se marie avec Lilly Zimmermann, fille d'un fabricant de Schwechat. Elle s'installe ensuite en Union soviétique. En 1931, son épouse est autorisée à retourner brièvement à Vienne, où elle donne naissance à leur fille Margot.

Au début des années 1930, la famille Wienerberger vivait à Moscou, où Alexander occupait un poste dans une usine de produits chimiques. En 1932 il fut envoyé à Lyubuchany (Oblast de Moscou) au poste de directeur technique d'une usine de plastique et transféré en 1933 à un poste équivalent à Kharkiv.

Preuve photographique de la famine de 1932-1933.[modifier | modifier le code]

Une photo d'une fille affamée de Kharkov est l'une des photographies les plus célèbres de l'Holodomor (par Alexander Wienerberger).

Vivant à Kharkiv, alors capitale de l'Ukraine soviétique, Wienerberger a été témoin d'une famine massive et a photographié les scènes qu'il a vues dans les rues de la ville, malgré la menace d'une arrestation par le NKVD[2].

Il a secrètement créé une centaine de photographies de la ville pendant l'Holodomor. Ses photographies représentent des files de personnes affamées dans les épiceries, d'enfants affamés, de cadavres de personnes mortes de faim dans les rues de Kharkiv et de fosses communes contenant des victimes de la famine. L'ingénieur a créé ses photographies à l'aide de l'appareil photo allemand Leica, qui lui a probablement été transmis par des amis de l'étranger[1].

Parti pour l'Autriche en 1934, Wienerberger envoya des négatifs par courrier diplomatique avec l'aide de l'ambassade d'Autriche, afin d'éviter la fouille d'objets personnels à la frontière, car une découverte de photographies pouvait mettre sa vie en danger. À son retour à Vienne, Wienerberger a remis les images au cardinal Theodor Innitzer qui, avec le secrétaire général du Comité international des minorités nationales, Ewald Ammende, les a remises à la Société des Nations [1].

En 1934, le Front patriotique autrichien a publié les photos de Wienerberger dans une petite brochure intitulée «Rußland, wie es wirklich is» (La Russie, comme elle est réellement), mais sans attribution [4] .

Les photographies de Wienerberger ont été mises à la disposition du public pour la première fois en 1935 grâce à la publication dans le livre La Russie doit-elle mourir de faim ? (Muss Russland hungern?) d'Ewald Ammende ; les photos n'ont pas été créditées pour des raisons de sécurité pour leur créateur[5]. En 1939, Alexander Wienerberger a publié en Autriche son propre livre de mémoires sur la vie en Union soviétique, dans lequel deux chapitres sont consacrés à l'Holodomor [6]. Des photos ont également été incluses dans ses mémoires publiés en 1942[7].

En 1944, Wienerberger servit en tant qu'officier de liaison de l'Armée de libération russe. Après la guerre, il réussit à éviter le transfert aux troupes soviétiques. Il se retrouva dans la zone d'occupation américaine à Salzbourg, où il mourut en 1955[8].

À l'heure actuelle, les photos de Wienerberger ont été republiées dans de nombreuses autres œuvres et sont notamment exposées au Musée canadien des droits de la personne à Winnipeg.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « "Це був геноцид": історія британської фотохудожниці, яка ширить пам'ять про Голодомор », BBC Україна,‎ 23 листопада 2018 (consulté le 23 novembre 2018)
  2. a et b «Рискуя попасть в застенки НКВД, мой прадед фотографировал жертв Голодомора», Факты,‎ 14 лютого 2018 (consulté le 23 novembre 2018)(ru)
  3. « Александр Вінербергер у спогадах доньки », Меморіал жертв Голодомору,‎ 7 лютого 2016 (consulté le 23 novembre 2018)
  4. Rußland, wie es wirklich ist!, hrsg. v. der Vaterländischen Front, für den Inhalt verantwortlich: Dr. Ferdinand Krawiec, Wien 1934, 16 S.
  5. Dr. Ewald Ammende, Muß Rußland hungern? Menschen- und Völkerschicksale in der Sowjetunion, Wien 1935, XXIII, 355 Seiten. Mit 22 Abb
  6. Alexander Wienerberger, Hart auf hart. 15 Jahre Ingenieur in Sowjetrußland. Ein Tatsachenbericht, Salzburg 1939
  7. Alexander Wienerberger, Um eine Fuhre Salz im GPU-Keller. Erlebnisse eines deutschen Ingenieurs in Sowjetrussland, mit Zeichnungen von Günther Büsemeyer, Gütersloh [1942], 32 S.
  8. Josef Vogl. Alexander Wienerberger — Fotograf des Holodomor. In: Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstandes (Hrsg.), Feindbilder, Wien 2015 (= Jahrbuch 2015), S. 259—272

Liens externes[modifier | modifier le code]

En russe[modifier | modifier le code]

En ukrainien[modifier | modifier le code]

Dans d'autres langues[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :