Alain Lunzenfichter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Lunzenfichter
Surnom Lulu
Naissance 10 mars 1949
Paris
Profession journaliste
Spécialité Jeux olympiques, compétitions multisports
Distinctions honorifiques Hall of Fame de l'Association des journalistes olympiques
Médias
Presse écrite L'Équipe

Alain Lunzenfichter, né le à Paris dans le 12e arrondissement, est un journaliste sportif et écrivain français, spécialiste des Jeux olympiques et des compétitions multisports. Surnommé "Le meilleur Vidyiste de l'histoire" par le président du CIO Jacques Rogge (2001-2013) pour sa connaissance profonde de l'histoire de l'olympisme.

Ancien rédacteur en chef adjoint du journal L'Équipe de 1975 à 2013, il était chargé des questions liées à l'olympisme. En 2006, il devient le président de l'Association mondiale des journalistes olympiques[1] (2006-2014) puis président d'honneur (2006).

S’occupe du développement du journalisme à travers le monde en faisant de nombreuses conférences notamment en Afrique.

Collabore aujourd’hui avec le CIO et son Centre d’études. Il est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes mondiaux de l'histoire olympique.

Carrière sportive

De 1963 à 1975, plusieurs fois champion de France d'athlétisme interclubs avec le Racing Club de France. Cinq fois vainqueur (1969 à 1973) du Challenge Nungesser attribué par le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français) pour récompenser le meilleur athlète complet durant douze ans de carrière. Prix du meilleur Racingman en 1971.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien athlète spécialisé dans les courses de fond dans les années 1970, il crée dès la fin de sa carrière sportive une revue spécialisée, Courir. En 1975, il devient rédacteur au journal L'Équipe et couvre essentiellement les épreuves d'athlétisme ainsi que les Jeux olympiques. En 1981, il est un des fondateurs de l'Association des organisateurs de marathon à Honolulu.

Investi dans le syndicalisme, Alain Lunzenfichter devient membre de l'Union syndicale des journalistes de sport français en 1977 et en devient le secrétaire général (1993-1999) puis Premier vice-président (1999-2005). En 1993, il entre à l'Association internationale de la presse sportive et en devient le vice-président en 1997 puis le Premier vice-président en (2001-2005) et membre d'honneur (2005-).

Depuis les Jeux olympiques d'été de Rome en 1960, où il s'était rendu en compagnie de son père, Alain Lunzenfichter a assisté à 25 éditions des Jeux olympiques[2]. Il participe au relais de la flamme olympique à cinq reprises, portant le flambeau lors des Jeux d'Athènes (2004), Turin (2006), Pékin (2008), Londres (2012)[3] puis à Rio de Janeiro (2016).

Il est membre de 4 Hall of Fame : par la fédération internationale d’haltérophilie à Melbourne (1993).Il est admis au Temple de la renommée des journalistes olympiques par le président du Comité international olympique, Thomas Bach[2] (2015) à Kuala Lumpur. De la fédération internationale du cinéma et télévision sportive (FICTS) à Milan (2016) et aux gloires du sport français (2016). Il est également nommé au sein d'une des commissions olympiques du CIO depuis de longues années, aux côtés de Guy Canivet, Tony Estanguet et Guy Drut[4].

Carrière de dirigeant

- Membre de la commission ministérielle (arrêté du directeur des sports, Jacques Perrilliat du 19 octobre 1978) de développement de la course sur route durant le ministère Soisson (quatre courses  sur route en 1972... près de 6000 aujourd'hui.

- Membre du Comité d'organisation des "Soirées Perrier" pour le développement de l'athlétisme de masse à partir de 1973. Deux records du monde y furent améliorés dont celui de Guy Drut sur 110m haies.

- Organisateur de plusieurs grandes épreuves internationales dont le cross et le semi-marathon de "L'Équipe" mais surtout participe à la montée en puissance du marathon de Paris avec Raymond Lorre (1976-1992).

- Membre de la Commission des médias du CIJM (Comité International des Jeux Méditerranéens) (2002-) puis conseiller du président Addadi (2010-)

- Membre du Comité exécutif du CIFP (Comité International pour le Fair Play) (2002-2009).

- Membre de la commission Ad-Hoc d’étude sur le développement du pentathlon moderne (2002-).

- Membre de la Commission marketing et communication de la fédération internationale du Cinéma et de la télévision sportives (2014-)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Marathon, Denoël 1981.
  • Le huitième ciel, Ed. Niçoise 1987.
  • 40 ans de caricatures à “ L'Équipe ”, Laffont 1989.
  • Les grandes dates du sport, Laffont 1990.
  • La musculation pour tous les sportifs, Laffont 1992.
  • 50 ans de sports à L'Équipe - en collaboration - (Paris-Calmann Levy 1995)  avec plus de 360.000 exemplaires vendus (Grand Prix de la littérature sportive 1995),
  • Le roman du marathon, Le Musée olympique, , 156 p. (ISBN 9291600253)
  • L'Équipe, la Coupe du Monde de football - en collaboration -(Paris-Calmann Levy 1997) vendu à plus de 167.000 exemplaires,
  • De Marathon au marathon, Atlantica, , 320 p. (ISBN 978-2843943607)
  • Et le flambeau traversera le globe, Atlantica, (ISBN 978-2843944598)
  • D'Athènes à Athènes - en collaboration - (Paris-Calmann Levy 2003) vendu à plus de 97.000 exemplaires.
  • L'or français en athlétisme, Atlantica, , p. 108
  • avec Marie Lunzenfichter, La politique et l'olympisme moderne, Atlantica, , 288 p.
  • Jacques Rogge, pour la beauté du sport, prolongations, 2008. Traduit en Chinois, en Flamand, en Portugais,
  • D’Athènes (1896) à Rio (2016), les élections des villes olympiques, Atlantica, 2010.
  • Dictionnaire culturel du sport - en collaboration, Armand Colin, 2010.
  • Athlétissima, une ville, un grand meeting, une passion – en collaboration, IRL plus SA, Lausanne, 2013.
  • L’Équipe raconte L’Équipe – en collaboration, Denoël, Paris 2015).
  • Jeux olympiques culturels, 1912-1948, Centre d'études du CIO, Lausanne 2017.
  • Modern Pentathlon from the past to the future, en collaboration, UIPM Darmstadt 2017.

Carrière d’officiel

- Membres depuis de nombreuses années de commissions du Comité international olympique pour la lutte contre le dopage, la réforme du CIO, la presse, la culture et la communication.

- Responsable des relations entre l'AIPS, la FIFA et le CFO dans l'organisation de la presse pour la Coupe du monde de football France 98. (1997-1998)

- Membre de la commission de terminologie sportive du ministère de la Jeunesse et des Sports (1995-2001).

- Membre de l'Agence de prévention sportive de lutte contre le dopage du CNOSF (1997-1998).

- Président du challenge de la ville la plus sportive de L’Équipe (2007-2014).

- Membre de la (FISF) Fédération des Internationaux de Sport Français (2015-2017), vice-président (2017-)

Distinctions

Titulaire de l’ordre olympique (1996) et de la Médaille Pierre de Coubertin (2007) attribués par le CIO.

Docteur Honoris Causa en philosophie de l’Université Yongin en Corée du Sud.

Il est médaille d’or du Sénat Français (1991), de l’Académie des sports (2004), des fédérations internationales d’haltérophilie (1991), de lutte (2008) et de pentathlon moderne (2014).

Médaille d'argent de la ville de Paris (1994).

Diplôme du Fair Play de l'A.F.S.V.F.P (1995).

Membre d'honneur du CNO de Roumanie (2011)

Médaille d’or du CNO du Kazakhstan (2017).

Médaille d'or de la Fédération Française d'Athlétisme (2018).

Décorations

- Chevalier de la Légion d’Honneur (2002).

- Chevalier dans l'Ordre National du Mérite (1987), Officier (1996).

- Chevalier dans l'Ordre des Palmes Académiques (1990).

- Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres (1996).

- Médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports française (1981).

- Médaille d'argent de la Jeunesse et des Sports française (1986).

- Médaille d'or de la Jeunesse et des Sports française (1995).

- Médaille d'argent de l’éducation physique et des Sports monégasque (1988).

- Médaille de vermeil de l’éducation physique et des Sports monégasque (2004).

- Chevalier de l’ordre de Saint-Charles de la principauté de Monaco (2016).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ian McPherson, « Alain Lunzenfichter on Peace and Sport », sur sportspromedia.com, (consulté le 9 juillet 2016)
  2. a et b « Alain Lunzenfichter honoré », sur L'Équipe, (consulté le 9 juillet 2016)
  3. Alain Lunzenfichter, « J'ai porté la flamme », sur L'Équipe, (consulté le 9 juillet 2016)
  4. « Alain Lunzenfichter CIO », sur sportetsociete.org, (consulté le 10 juillet 2016)