Ahmed Sefrioui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sefrioui.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ahmed Sefrioui
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
écrivain, romancier, autobiographeVoir et modifier les données sur Wikidata

Ahmed Sefrioui (en arabe : أحمد الصفريوي), dit le « Loti marocain »[1], né à Fès en 1915 et décédé à Rabat le 25 février 2004, est le premier écrivain marocain d'expression française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sefrioui fut conservateur du musée à Fès, ville que l'on retrouve dans la plupart de ses écrits. De l’école coranique aux écoles de Fès, en passant par la découverte de la langue française, se fait un cheminement que l'on retrouve dans ses écrits « historiques ».

Il devient journaliste à L'Action du Peuple, puis assure des fonctions dans la gestion et la protection du patrimoine de la ville de Fès. Il entre ensuite à la Direction du tourisme à Rabat. En 1949[1], il se voit décerner le grand prix littéraire du Maroc (« que le roi Mohammed VI lui remettra une seconde fois un demi-siècle plus tard, [le prix ayant été] rebaptisé prix du Maroc indépendant »)[1], attribué pour la première fois à un Marocain[1], pour le manuscrit du Chapelet d'ambre[1]. La majorité de ses écrits feront l'objet de rééditions ou de traductions.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ahmed Sefrioui a publié des ouvrages de fiction et plusieurs ouvrages documentaires sur le Maroc.

Liste non exhaustive
  • Le Chapelet d'ambre, Paris, Le Seuil,‎
    Recueil de nouvelles mystiques dans lequel il évoque la médina de Fès.
  • La Boîte à merveilles, Le Seuil,‎
    Roman autobiographique qui raconte les souvenirs d'un enfant nommé Sidi Mohammed.
  • La Maison de servitude, Alger, Société nationale d'édition et de diffusion,‎
    Roman métaphysique, suite informelle de La Boîte à Merveilles. Rééd. Rabat, Marsam, 2000.
  • Le Jardin des sortilèges, ou le Parfum des légendes, L'Harmattan,‎
    Recueil de contes puisés dans le fond de littérature orale des milieux populaires traditionnels. Rééd. Rabat, Marsam, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Universalis, « SEFRIOUI AHMED (1915-2004) », sur Universalis.fr (consulté le 2 octobre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]