Salim Jay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jay.
image illustrant un écrivain image illustrant marocain
Cet article est une ébauche concernant un écrivain marocain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Au 22e Maghreb des Livres, Paris, 13 et 14 février 2016.

Salim Jay, auteur franco-marocain né le 30 juin 1951 à Paris d'un père marocain (qui fut le poète officiel du Roi Hassan II) et d'une mère française d'origine roumaine dont une partie de la famille a été assassinée par l'Allemagne nazie. Il a vécu au Maroc jusqu'en 1973. Après une plus de vingt-cinq ans d'absence, Salim Jay retourne très régulièrement au Maroc où il est invité à faire des conférences dans les instituts culturels, les universités et les librairies.

Il a écrit une vingtaine d'ouvrages, dont le Dictionnaire des écrivains marocains, paru en 2005 aux éditions EDDIF (Maroc) et Paris-Méditerranée (France),ouvrage de référence pour qui veut connaître la littérature marocaine.

Personnalité incontournable des lettres marocaines, il a contribué à la redécouverte de l'œuvre de Mohamed Leftah.

Producteur d'une série d'entretiens avec Mohammed Dib sur France Culture, c'est également un journaliste de radio.

Son livre L'oiseau vit de sa plume est une plongée dans le milieu littéraire à Saint-Germain-des-Près. Tu ne traverseras pas le détroit est un ouvrage puissant sur le drame des harragas, souvent adapté au théâtre, notamment en Afrique. Embourgeoisement immédiat et Victoire Partagée, ses ouvrages de fiction les plus récents, inspirés par ses déboires d'écrivain sans-le-sou ont suscité un nouvel engouement pour cette œuvre multiple, volubile, où l'oralité est très présente.

Salim Jay est également critique littéraire dans le trimestriel Qantara

Depuis la mi-février 2010, il écrit chaque jour, le plus souvent depuis Paris, une chronique qui paraît dans le quotidien casablancais Le Soir Échos.

Plume acide, mais toujours sincère, et souvent très tendre, il est aujourd'hui considéré par la jeune génération des écrivains marocains comme un modèle d'intégrité pour avoir résisté à la complaisance et aux connivences.

Il est le frère jumeau de feu Farid Al Jay, poète marocain.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brèves notes cliniques sur le cas Guy des Cars Barbare, 1979
  • La Semaine où Madame Simone eut cent ans La Différence, 1979
  • Le Fou de lecture et les quarante romans Confrontation, 1981
  • Tu seras Nabab, mon fils, (sous le pseudonyme d’Irène Refrain) Rupture, 1982
  • Bernard Frank Rupture 1982
  • Romans maghrébins L’Afrique littéraire, 1983
  • Romans du monde noir L’Afrique Littéraire, 1984
  • Portrait du géniteur en poète officiel Denoël, 1985, réédité en poche, dans la collection Minos en 2008.
  • Idriss, Michel Tournier, et les autres La Différence, 1986
  • Cent un Maliens nous manquent Arcantère, 1987. Roman qui évoque les premiers charters de Maliens de Charles Pasqua.
  • L’Afrique de l’Occident (1887-1987) L’Afrique littéraire, 1987
  • L’Oiseau vit de sa plume Belfond, 1989
  • Avez-vous lu Henri Thomas ? Le Félin, 1990
  • Les Écrivains sont dans leur assiette « Point Virgule », Seuil, 1991
  • Starlette au haras, (sous le pseudonyme d’Alexandra Quadripley) Editions de Septembre, 1992
  • Du côté de Saint-Germain-des-Prés Jacques Bertoin, 1992
  • Pour Angelo Rinaldi Belles Lettres, 1994
  • Jean Freustié, romancier de la sincérité Le Rocher, 1998
  • Sagesse du milieu du monde Paris Méditerranée, 1999
  • Tu ne traverseras pas le détroit Mille et une nuits, 2001, raconte les difficultés rencontrées par les jeunes Marocains qui veulent franchir le détroit de Gibraltar.
  • Dictionnaire des écrivains marocains Paris Méditerranée - Eddif, 2005
  • Embourgeoisement immédiat La Différence, 2006
  • Victoire partagée La Différence, 2008
  • Anthologie des écrivains marocains de l'émigration La Croisée des chemins, 2010
  • Merci, Roland Topor, Librairie Arthème Fayard, 2014

Liens[modifier | modifier le code]

voir le blog consacré à Salim Jay : http://salimjay.canalblog.com/


Liens externes[modifier | modifier le code]