Agloe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Agloe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
À l'intersection de la route 206 et de Morton Hill road, Agloe apparaissait sur les cartes Esso[passage promotionnel].
Géographie
Pays
État
Coordonnées
Agloe.svg
Fonctionnement
Statut
Campement fantôme (en), copyright trap (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
GNIS
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’État de New York
voir sur la carte de l’État de New York
Red pog.svg

Agloe était dans un premier temps une ville imaginaire de l'État de New York dans les montagnes Catskill, avant que son nom soit adopté comme toponyme réel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, le fondateur de la General Drafting Corporation (en), Otto G. Lindberg, et son assistant Ernest Alpers, créent une entrée fictive sous la forme d'une ville portant le nom d'Agloe (une anagramme de leurs initiales), qu'ils ajoutent sur leur carte à l'intersection de la route 206 et de Morton Hill Road, au nord de Roscoe ; cet ajout a pour but de repérer d'éventuels plagiats de leur travail cartographique[1],[2].

Durant les années 1950, un petit supermarché ouvre à cette intersection, et prend le nom d’Agloe General Store, ce nom figurant sur les cartes d'Esso[3], client de la General Drafting[4].

Par la suite, Agloe apparaît également sur la carte de Rand McNally (en). La General Drafting l'attaque en justice, pensant pouvoir prouver le plagiat, mais McNally, qui a obtenu le nom de cette « ville » de la part de l'administration du Comté de Delaware, se défend et gagne en prouvant l'existence d'Agloe, matérialisée sur le terrain par l'Agloe General Store[4].

Après la fermeture du magasin, ce nom d'Agloe continue d'apparaître sur les cartes jusque dans les années 1990, avant d'être effacé. Mais il est toujours présent sur Google Maps[4]. En , l'United States Geological Survey l'a ajouté à sa base de données Geographic Names Information System.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

La cité d'Agloe joue un rôle important dans l'intrigue du roman La Face cachée de Margo (Paper Towns en anglais) de l'écrivain américain John Green.

L'écrivain français Olivier Hodasava est l'auteur d'un roman directement inspiré par cette pseudo-cité, intitulé Une ville de papier, ouvrage publié par Incultes Éditions le (ISBN 978-2-36084-001-4)[5] ; l'histoire y est transposée dans l'état du Maine.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le roman de John Green a été adapté au cinéma dans un film du même nom, du réalisateur américain Jake Schreier, en 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Lackie, « Copyright traps », New Scientist, vol. 192, no 2574,‎ , p. 62 (DOI 10.1016/S0262-4079(06)60797-5, lire en ligne).
  2. (en) Pamela D. Jacobsen, « Can you spot a town that isn't? », The Christian Science Monitor,‎ , p. 23.
  3. (en) Ian Byrne, « Errors on road maps(2) », Petrol Maps, ianbyrne.free-online.co.uk, (consulté le 1er septembre 2008).
  4. a b et c Camille Jourdan, « Agloe, la ville qui n'existait pas, mais en fait si, et puis finalement non », Slate.fr, (consulté le 23 mars 2014).
  5. Site babelio.com, fiche livre « Une ville de papier », par Oliver Hodosawa, consulté le .

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]