Affaire du bébé Lindbergh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche pour la disparition de Charles Augustus Lindbergh Jr.

Le kidnapping de Charles Augustus Lindbergh Jr., fils du célèbre aviateur Charles Lindbergh et d'Anne Morrow Lindbergh, fut l'un des crimes les plus médiatisés du XXe siècle. Le nourrisson de 20 mois fut enlevé de la maison de ses parents à East Amwell dans le New Jersey, située à côté de la ville d'Hopewell, le soir du . Plus de deux mois après, le , son corps fut retrouvé à peu de distance du domicile des Lindbergh. Un examen médical détermina que la cause de la mort était une importante fracture du crâne.

Après une enquête qui dura plus de deux ans, Bruno Hauptmann fut arrêté et accusé du crime. Après un procès qui dura du au , Hauptmann fut reconnu coupable du meurtre et condamné à mort. Il fut exécuté sur la chaise électrique à la prison d'État du New Jersey, le , à h 44. Hauptmann clama son innocence jusqu'à la fin. Le journaliste H. L. Mencken nomma le kidnapping et le procès qui en découla « l'histoire la plus intéressante depuis la Résurrection ». À la suite de ce crime, le congrès vota le Federal Kidnapping Act, communément appelée la « loi Lindbergh », qui reconnut le kidnapping comme un crime fédéral.

Le crime[modifier | modifier le code]

À 20 h, le soir du , la nourrice de la famille, Betty Gow, mit Charles Lindbergh Jr. alors âgé de 20 mois dans son lit d'enfant. Elle fixa la couverture la recouvrant avec deux grosses épingles pour éviter qu'il ne bouge pendant son sommeil. Vers 21 h 30, Lindbergh entendit un bruit qui lui fit penser que les lattes de la caisse pleine d'oranges se trouvant dans la cuisine s'étaient cassées. À 22 h, Betty Gow découvrit que le bébé n'était plus dans son berceau. Elle demanda à Mme Lindbergh, qui sortait juste de son bain, si le bébé était avec elle.

Ne trouvant pas Charles Lindbergh Jr. avec sa mère, la nourrice descendit parler avec M. Lindbergh, qui se trouvait dans la bibliothèque juste en dessous de la chambre du bébé, dans le coin sud-est de la maison. Charles Lindbergh monta tout de suite à la chambre de l'enfant pour constater par lui-même que le bébé n'y était plus. Tandis qu'il fouillait la chambre, il découvrit une enveloppe blanche sur le rebord de la fenêtre, au-dessus du radiateur.

Lindbergh prit son arme et fit le tour de la maison à la recherche d'intrus. En vingt minutes, la police locale était sur la route de la maison des Lindbergh, ainsi que les médias et l'avocat de la famille. Une seule empreinte de pneu fut découverte un peu plus tard, dans la boue causée par les conditions climatiques pluvieuses de ce jour-là. Peu après que la police eut commencé à chercher dans le périmètre proche de la maison, elle découvrit dans un buisson proche trois morceaux d'une échelle intelligemment conçue mais rudimentaire.

L’enquête[modifier | modifier le code]

Le premier sur la scène du crime fut le chef de la police d'Hopewell, Harry Wolfe. Il fut bientôt rejoint par la police d'État du New Jersey. La police fouilla la maison et les alentours sur des kilomètres.

Après minuit, un expert en empreintes digitales arriva à la maison des Lindbergh pour examiner la note laissée sur le rebord de la fenêtre ainsi que l'échelle. Celle-ci avait plus de 400 empreintes digitales partielles et quelques empreintes de pas furent relevées aux alentours. Cependant, la majeure partie n'avait aucune valeur à cause de la quantité de journalistes et de policiers présents entre les premières 30 et 60 minutes après l'appel à l'aide. Pendant la recherche d'empreintes, aucune ne fut découverte dans la chambre. Ni celles de M. et Mme Lindbergh, ni celles du bébé, ni celles de Betty Gow. Ils s'aperçurent bientôt qu'aucune preuve tangible ne pourrait être trouvée à l'extérieur de la maison. La note trouvée par Lindbergh fut ouverte et lue par la police après leur arrivée. La lettre, brève et écrite à la main, contenait beaucoup de fautes d’orthographe et de grammaire.

Demande de rançon laissée sur les lieux du kidnapping du bébé Lindbergh.

Dear Sir!

Have 50.000$ redy 25.000$ in
20$ bills 15.000$ in 10$ bills and
10.000$ in 5$ bills After 2–4 days
we will inform you were to deliver
the mony.

We warn you for making
anyding public or for notify the Police
The child is in gut care.
Indication for all letters are
Singnature
and three hohls[1].

Cher Monsieur !

Tenez 50 000 $ prês 25 000 $ en
billets de 20 $ 15 000 $ en billets de 10 $ et
10 000 $ en billets de 5 $ Après 2-4 jours
nous vous informerons où déposer
l'argent.

Nous vous mettons en garde de ne
rien rendre public ou notifier à la police
L'enfant est entre de bonnes mains.
Les indications pour toutes les lettres sont
Singnature
et trois trous.

Représentation du dessin retrouvé en bas du message.

Il y avait deux cercles interconnectés (colorés en rouge et en bleu) en bas du message, avec un trou fait au milieu du cercle rouge et deux autres trous en dehors des cercles. La nouvelle du kidnapping se répandit rapidement et beaucoup de personnes influentes se rendirent chez les Lindbergh. Des colonels de l'armée offrirent leur aide, bien qu'un seul d'entre eux ait eu l'expertise de l'application de la loi : Norman Schwarzkopf, Sr. (en), super-intendant de la police d'État du New Jersey. Les autres colonels étaient Henry Skillman Breckinridge (en), un avocat de Wall Street, et William J. Donovan (alias « Wild Bill » Donovan, un héros de la première guerre mondiale qui dirigerait plus tard l'OSS). Lindbergh et ces hommes étaient persuadés que le kidnapping avait été perpétré par une figure du crime organisé. Ils pensèrent également que la lettre avait été écrite par quelqu'un dont la langue maternelle était l'allemand. Charles Lindbergh, à ce moment, utilisa son influence pour contrôler la direction de l'enquête.

Ils contactèrent Mickey Rosner, une petite frappe de Broadway dont il se murmurait qu'il connaissait des truands. Rosner, à son tour, apporta à l'enquête les noms de deux propriétaires de bars clandestins : Salvatore « Salvy » Spitale et Irving Blitz. Lindbergh approuva rapidement le duo et leur présenta ses intermédiaires. Inconnus de Lindbergh, cependant, Blitz et Spitale étaient en réalité de mèche avec le Daily News de New York, un journal qui espérait utiliser les deux compères pour devancer les autres journaux dans la course au scoop.

Quelques grandes figures du crime organisé – notamment Al Capone – depuis leurs prisons, offrirent leur aide pour retrouver le bébé en échange d'argent ou de remise de peine. Plus précisément, Capone offrit son aide en échange de sa libération, prétextant qu'il serait plus efficace en liberté. Cette offre fut rapidement rejetée par les autorités.

Le lendemain du kidnapping, au matin, le président Herbert Hoover fut informé du crime. Bien que le cas n'autorise normalement pas une implication au niveau fédéral (le kidnapping était alors classifié comme crime local), Hoover déclara qu'il remuerait « ciel et terre » pour retrouver l'enfant disparu. Le Bureau d'investigation (pas encore appelé FBI), fut autorisé à enquêter sur le cas, pendant qu'on laissait entendre à l'USCG, à l'United States Customs Service, à l'Immigration and Naturalization Service (en) et à la police de Washington que leur aide serait peut-être requise. Un haut fonctionnaire du New Jersey annonça une récompense de 25 000 $ si « Little Lindy » était rendu sain et sauf. La famille Lindbergh y ajouta 50 000 $. La récompense totale de 75 000 $ était encore plus impressionnante du fait qu'elle fut faite durant les premiers temps de la Grande Dépression.

Quelques jours après l'enlèvement, une nouvelle lettre de demande de rançon arriva chez les Lindbergh par la poste. Postée depuis Brooklyn, elle portait les marques rouges et bleues perforées. La police voulut examiner la lettre mais Lindbergh la confia à Rosner, qui lui dit vouloir la donner à ses supposés associés. En vérité, la note alla au Daily News, où quelqu'un la photographia. En quelques heures, les copies de la demande de rançon étaient vendues à chaque coin de rue de New York pour la modique somme de 5 $. Chaque lettre de demande de rançon reçue après celle-ci fut automatiquement déclarée suspecte.

Une seconde lettre de demande de rançon arriva alors par courrier, également postée de Brooklyn. Ed Mulrooney, commissaire de la police de New York, suggéra que, étant donné que les deux lettres venaient de Brooklyn, les ravisseurs avaient probablement travaillé à cet endroit. Mulrooney dit à Lindbergh que ses officiers pouvaient surveiller les boites aux lettres de Brooklyn, et qu'un dispositif pourrait être installé dans chaque boîte pour passer une par une les lettres lorsqu'elles seraient jetées dedans, pour aider à traquer toute personne qui pourrait être liée à l'affaire. Si Lindbergh Jr. était détenu à Brooklyn, Mulrooney insista sur le fait qu'un tel plan aiderait à localiser l'enfant. Mulrooney était prêt à aller très loin, y compris organiser un raid pour sauver le bébé. Lindbergh désapprouva fortement ce plan. Il eut peur pour la vie de son fils et avertit Mulrooney qui si un tel plan était exécuté, il userait de sa considérable influence pour ruiner la carrière de Mulrooney. Réticent, Mulrooney acquiesça.

Le lendemain du jour où Lindbergh rejeta le plan de Mulrooney, une troisième lettre était envoyée. Elle venait également de Brooklyn. La lettre prévenait que puisque la police était dorénavant impliquée dans l'affaire, la rançon s'élevait à 70 000 $.

John Condon alias « Jafsie »[modifier | modifier le code]

Pendant tout ce temps, une personnalité bien connue du Bronx, un maître d'école à la retraite, John F. Condon — connu sous le surnom de Jafsie (pseudonyme basé sur la prononciation phonétique à l'américaine de ses initiales « J.F.C. ») — écrivit une lettre au journal du Bronx Home News, proclamant son intention d'aider les Lindbergh de n'importe quelle façon qu'il pourrait, et ajouta 1 000 $ de ses propres économies à la récompense. Condon reçut une lettre provenant d’Home News, écrite par les ravisseurs. Elle était signée par les ronds rouges et bleus, et autorisait Condon à être l'intermédiaire entre eux et Lindbergh. Ce dernier authentifia la lettre, puisqu’aucun homme à ce moment ne semblait savoir que des copies de la première lettre s'étaient vendues par centaines.

Une rencontre entre « Jafsie » et les présumés ravisseurs fut organisée dans le cimetière de St. Raymond, dans le Bronx. Jafsie rapporta avoir parlé avec un homme à l'accent étranger caché dans l'ombre qui disait s'appeler John. L'homme assura que le petit Lindbergh était sain et sauf et gardé dans un bateau par les autres membres de la bande, deux hommes et deux femmes, mais s'inquiétait des conséquences d'une mort éventuelle du petit. Cependant, pour donner la preuve de la validité de ses avances, John promis de faire parvenir un bout du pyjama de l'enfant. Un paquet contenant un pyjama et une lettre arriva chez Condon le 16 mars 1932[2]. Lindbergh reconnut le pyjama comme celui de son fils et ordonna à Jafsie d'envoyer un nouveau message aux ravisseurs. Condon passa une annonce dans le Home News disant : « Money is ready. No cops. No secret service. I come alone, like last time. » (« L'argent est prêt. Pas de police. Pas de services secrets. Je viendrai seul, comme la dernière fois. »).

Un mois après l'enlèvement, le 1er avril 1932, Condon reçut une lettre dans laquelle les ravisseurs se disaient prêts à encaisser la rançon.

Le paiement de la rançon[modifier | modifier le code]

La rançon fut mise dans une boite en bois artisanale, dans l'espoir que celle-ci puisse être identifiée ultérieurement. La rançon elle-même était composée de certificats-or devant être retirés de la circulation dans un futur proche. On espérait alors que quelqu'un qui serait vu avec une telle quantité d'argent aiderait à identifier les ravisseurs. De plus, si les billets eux-mêmes n'étaient pas marqués, les numéros de série de chacun étaient enregistrés, certaines sources créditent Frank J. Wilson de cette initiative alors que d'autres portent celle-ci au crédit de Elmer Lincoln Irey.

Le soir suivant, le 2 avril, un chauffeur de taxi non identifié donna un message à Condon. Celui-ci rencontra l'expéditeur secret et lui dit que seuls $50,000 avaient pu être réunis. L'inconnu accepta l'argent et remis un message à Condon qui expliquait que l'enfant était supposé être sous la garde de deux femmes qui, selon le message, n'étaient pas liées au rapt.

La découverte du corps[modifier | modifier le code]

Le 12 mai, un chauffeur livreur , William Allen, stationna son camion sur le bord de la route à environ 7 km au sud du domicile des Lindbergh, près du hameau de Mount Rose, au voisinage du comté de Hopewell. Alors qu'il se rendait dans un bosquet pour se soulager, il découvrit le corps d'un bébé. Allen avertit la police qui emmena le corps à la morgue à Trenton dans le New Jersey. Le corps était en état de décomposition avancé, on découvrit également que le crâne était sévèrement fracturé. Le corps semblait avoir été abimé et attaqué par plusieurs animaux, il semblait également qu'on ait commencé de l'enterrer à la va vite. La nurse Gow identifia rapidement le bébé comme étant l'enfant kidnappé, ceci basé sur le chevauchement particulier de deux orteils droit dont était porteur l'enfant, et grâce à la chemise qu'elle avait elle-même confectionné pour l'enfant. Un témoignage nouvellement porté à la connaissance du public précise que Lindbergh, alors qu'il était à la morgue, utilisa une "brochette" pour ouvrir la bouche de son fils et ainsi pouvoir l'identifier grâce à sa dentition. On supposa que l'enfant avait été tué par un coup porté à la tête. Le père insista pour que le corps soit incinéré.

Une fois que le Congrès appris que l'enfant était mort, la législation fut modifiée en faisant désormais du kidnapping un crime fédéral. Le FBI pourrait maintenant participer au cas directement (dans l'affaire Lindbergh, la victime n'ayant pas franchi de frontière entre deux États, cette loi ne pouvait donc pas techniquement s'appliquer alors).

En juin 1932, les enquêteurs commencèrent à suspecter un crime commis par un proche des Lindbergh en qui ils avaient confiance. Les soupçons se portèrent alors sur Violet Sharp, une gouvernante britannique. Elle avait donné des témoignages contradictoires concernant son emploi du temps la nuit du kidnapping. Il fut indiqué qu'elle apparaissait en outre nerveuse, et inquiète pendant ses interrogatoires. Elle se suicida le 10 juin 1932 en ingérant un produit ménager contenant du cyanure de potassium, juste avant qu'elle soit interrogée pour la quatrième fois. Après finalement que son alibi fut confirmé, il fut admis que la peur de perdre son travail et le stress des interrogatoires qu'elle subit, l'aient conduite au suicide. Les enquêteurs de la police furent alors critiqués pour leurs méthodes autoritaires.

Après le décès de Violet Sharp, John Condon fut également interrogé par la police, son domicile fut perquisitionné, mais rien ne fut trouvé qui puisse relier Condon au crime. Charles Lindbergh soutint néanmoins Condon durant toute cette période.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert Zorn, Cemetery John: The Undiscovered Mastermind of the Lindbergh Kidnapping, The Overlook Press, (ISBN 9781590208564), p. 68
  2. The Lindbergh Kidnapping in FBI History – Famous Cases, Federal Bureau of Investigation

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :