Adolphe Jullien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adolphe Jullien
Biographie
Naissance
Décès
(à 70 ans)
Paris
Nom de naissance
Pierre-Alexandre Adolphe Jullien
Nationalité
française
Activité
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Distinctions
Œuvres principales

Adolphe Jullien, né le à Amiens[1] et mort le à Paris, est un ingénieur des ponts et chaussées français.

Il a été directeur de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest et l'un des promoteurs des chemins de fer en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du pédagogue Marc-Antoine Jullien, et fils de Jullien de Paris, commissaire du Comité de salut public pendant la Terreur, il fut, avec ses frères Auguste et Alfred, élève de Pestalozzi à Yverdon[2].

En 1837, il est attaché au service du canal latéral à la Loire, lorsqu’il est chargé du service de la navigation de l'Aisne, le . À ce poste, il remplit les fonctions d'ingénieur en chef[3].

En mai 1843, il est nommé ingénieur en chef de première classe à Orléans, lors de l'inauguration de la ligne de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans[4].

En 1846, il passe ingénieur en chef à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon, créée le [5]. Chargé notamment de la construction de la ligne, il a, entre autres, sous ses ordres l'ingénieur ordinaire de deuxième classe Jules Poirée[6].

Il conserve ses attributions lors du retour de la ligne dans le giron de l'État, par nationalisation, après la faillite de la compagnie[5]. Le dimanche , le président de la république Louis-Napoléon Bonaparte lui remet la croix de commandeur de la Légion d'honneur[7], lors de son arrivée au débarcadère parisien pour l'inauguration de la première section jusqu'à Sens du chemin de fer de Paris à Lyon dont il est l'ingénieur en chef[8].

Lors de la reprise de la ligne par la nouvelle compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon, il est confirmé dans ses fonctions de directeur de l'exploitation et de la construction[9].

À sa mort, au no 133 de l'avenue de Malakoff, ses obsèques ont lieu le mercredi , à midi, en l'église de Notre-Dame-de-Lorette[10]. La rue Adolphe-Jullien, située dans le 1er arrondissement de Paris, a reçu son nom.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Note sur les pouzzolanes artificielles employées dans la construction des ponts aqueducs de Guétin sur l'Allier, et de Digoin sur la Loire, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 2e semestre 1834, p. 30-44 (lire en ligne)
  • Observations sur la jurisprudence du conseil d'état, relativement aux indemnités pour dommages occasionnés à des usines, par des travaux d'utilité publique, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1er semestre 1837, p. 20-36 (lire en ligne)
  • Notes sur quelques propriétés du polygone qu'affecte la chaîne d'un pont suspendu, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1er semestre 1837, p. 133-167 (lire en ligne) et planche CXXVI (voir)
  • Note sur la jurisprudence du conseil d'état en matière d'indemnités, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1er semestre 1838, p. 94-119 (lire en ligne)
  • Du prix des transports sur les chemins de fer, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 2e semestre 1844, p. 1-68 (lire en ligne)
  • Notes diverses sur les chemins de fer, en Angleterre, en Belgique et en France, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1er semestre 1845, p. 145-224 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jullien Pierre Alexandre Adolphe (Fiche Légion d'Honneur numéro d'ordre des matricules) », sur Base Léonore (consulté le 20 octobre 2016).
  2. Auguste Jullien, Adolphe Jullien et Alfred Jullien, Lettres des enfants Jullien, 1812-1816, élèves chez Pestalozzi : onze lettres des enfants Jullien, alors âgés de sept à douze ans, adressées à leurs parents depuis l’Institut Pestalozzi d’Yverdon, Paris, Centre de documentation et de recherches Pestalozzi, , 111 p., 24 cm (OCLC 601459498, lire en ligne).
  3. Ministère des travaux publics et Administration générale des ponts et chaussées, « Annales des ponts et chaussées : Lois, décrets, arrêtés et autres actes concernant l'administration des ponts et chaussées », Annales des ponts et chaussées, Carilian-Goeury,‎ , p. 367 (lire en ligne).
  4. César Daly, « Ouverture des chemins de fer d'Orléans et de Rouen », Revue générale de l'architecture et des travaux publics, Paulin et Hetzel,‎ , p. 88-89 (lire en ligne).
  5. a et b Auguste de Laveleye, Histoire financière des chemins de fer français, Paris, Lacroix et Baudry, , 69 p. (lire en ligne), p. 39}.
  6. Charié-Marsaines, « Notice nécrologique sur M Poirée [Charles Antoine François] : Appendice », Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur,‎ , p. 19-20 (lire en ligne).
  7. « Jullien, Pierre Alexandre Adolphe », base Léonore, ministère français de la Culture
  8. « Inauguration du chemin de fer de Paris à Lyon », La Presse, no 4820,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  9. « Paris : le service du chemin de fer de Paris à Lyon vient d'être constitué ainsi qu'il suit », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  10. « Jullien (Avis de décès)) », sur Base Léonore (consulté le 20 octobre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]