Acxiom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acxiom
Image illustrative de l'article Acxiom

Création 1969
Fondateurs Charles D. Ward
Forme juridique Société ouverte à responsabilité limitée
Action NASDAQ : ACXM
Siège social Drapeau des États-Unis Conway (Arkansas) en 1969 et Little Rock en Arkansas aujourd'hui Voir et modifier les données sur Wikidata (États-Unis)
Direction Scott Howe (PDG)
Activité Marketing interactif, business intelligence, gestion de base de données de clientèle
Effectif 6 200 (2012)
Site web www.acxiom.com

Capitalisation 2,5 milliards d'US dollars[1]
Chiffre d’affaires 1,15 milliard de $ USD (2012)

Acxiom (ou Acxiom Corporation) est une société américaine fondée en 1969, experte de la « donnée client », de l’analytique et des services marketing[2]. La société possède des locaux aux États-Unis (Chicago ; New York ; Foster City (Californie) et Nashville), en Europe (Royaume-Uni, France (société par actions simplifiée à associé unique, basée à Levallois-Perret), Allemagne, Pays-Bas, Pologne, en Asie (Chine), en Australie et en Amérique du Sud (Brésil) et ses services sont disponibles pour les entreprises d'autres pays. Sa clientèle aux États-Unis est selon le New York Times principalement constituée d'entreprises du domaine des services financiers, de l'assurance, du marketing et des médias[3].

Acxiom a été décrite comme « l'une des plus grandes entreprises dont vous n'avez jamais entendu parler[4]. », détenant des dossiers sur plus de 160 millions d'américains[5]

Son chiffre d'affaires est de 1,15 G$ USD/an, et ses ventes s'élèvent à 11 milliards de dollars.

Spécialités[modifier | modifier le code]

Acxiom vend des outils (logiciels, mainframe, serveurs et stockage dans le cloud) et services de gestion de l'information liée au marketing (dont par différents canaux, allant de la publicité ciblée au management de base de données (traitement intensif de big data dans des environnements informatiques sécurisés) relatives aux comportements de clients ou client potentiels[2].

Acxiom collecte, analyse et trie l'information concernant les clients et les entreprises pour ses clients, leur permettant de réaliser des campagnes ciblées, des listes de prospects, etc. Acxiom fournit aussi des services délocalisés de type plates-formes d'appels téléphoniques et d'envoi d'e-mails[3]. L'entreprise peut aussi fournir des prestations d'aide à la prospective : en plus de la collecte massive d'information et de service de datamining d’Acxiom s’appuient sur l’analyse de vos données pour modéliser le comportement de vos clients (produit acheté, consommation) [6], l'entreprise aide des services marketing à prévoir leurs besoins ou ceux de leurs clients, selon le documentaire The Persuaders.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

La compagnie a été créée en 1969[7] près de Conway (Arkansas) sous le nom de Demographics Inc[8]. par un industriel du nom de Charles D. Ward (également président de Ward Industries), sur Frama Wiki (Honors College de l'University of Central Arkansas)[9], avec son frère Stephen pour répondre aux besoins du Parti démocrate dont Charles D. Ward était membre ; il souhaitait créer des listes d'adresses d'adhérents politiques potentiels, en concurrence avec un autre système de traitement de données alors mis en place par Winthrop Rockefeller et le Parti républicain de l'Arkansas[8]. Dès l'année suivante (1970), son système a été testé lors de la campagne électorale où il a pu contribuer au poste de gouverneur acquis par Dale Bumpers[8]. Le rôle de Ward comme Committeeman de l'Arkansas pour le parti démocratique national aurait aussi aidé à faire avorter le projet d'élection de Wilbur D. Mills à la présidence des États-Unis en 1972.

À ce stade, l'entreprise était encore en grande partie une entreprise d'impression occupant un bâtiment abritant un ordinateur central (IBM 370/135). L'un de ses clients était la compagnie locale de bus puis en 1974, plus de cinquante entreprises étaient devenues clientes alors que la société s'agrandissait pour pouvoir répondre à d'autres types de demandes de traitement de données[8].

En 1975[modifier | modifier le code]

L'accès à des listes d'adresses établies par la société ont commencé à être vendues pour des opérations de publipostage. L'entreprise a aussi commencé à s'occuper du traitement de salaires et de facturation pour le service public local Conway Corp. À cette époque les revenus étaient d'environ 1,2 million de dollars et l'entreprise occupait plus de trente-cinq employés à temps plein, don certains encore membres de l'UAW. Les noms du conseil d'administration de la société étaient aussi ceux du conseil d'administration de la Corporation Ward Industries[8].

Difficultés financières et la vente de données géodémographiques[modifier | modifier le code]

En 1975 Ward est mis en difficulté par la faillite de l'une de ses nouvelles usines de production d'autobus scolaires. Il vend alors son entreprise de « données démographiques ». Charles D. Morgan en devient le nouveau patron. Des changements dans le système électoral américain le contraignent à réviser le business plan de la société. C.D Morgan se rend chez Direct Media Inc. (qui produisait les pages jaunes) à New York où il rencontre David Florence. Il décide de se concentrer exclusivement sur les technologies de publipostage.

Morgan revint avec les prémisses d'un concept qui deviendra le système LOFS (List Order Fulfillment System) avec Direct Media comme le seul client. Le LOFS a été présenté comme le « premier système en ligne entièrement automatisé utilisé pour générer des listes de diffusion »[8].

En 1978 la société se vante d'avoir créé la première "base de données marketing" globale aux États-Unis[8].

En 1980 Démographie, Inc. change son nom en CCX Network [Conway Communications Exchange], puis 3 ans plus tard (1983) entre en bourse[8].

En 1986, Phil Carter a rejoint la société en tant que président. Ensemble, Carter et Morgan entament une politique agressive d'acquisitions[8].

En 1988, elle se rebaptise à nouveau en adoptant son actuel Acxiom Corporation[8]

Dans les années 1990, l'entreprise a profité de l'avènement de l'Internet et plus encore du Web 2.0 pour investir le marché alors émergent de l'analyse du big data dans le monde de la consommation (dont en ligne). Acxiom se spécialise dans l'extraction de données, la création et la mise à jour de bases de données commerciales, le grid computing, la technologie de marketing direct, et le logiciel de gestion de la relation au client. L'entreprise recueille des renseignements sur plus de quatre-vingt-dix millions de ménages. Ses principaux concurrents sur ce marché sont Experian Information Solutions, D & B, et Harte-Hanks. En novembre 1997 Acxiom s'introduit dans le monde médical en achetant Buckley Dement, LP[10] puis annonce (en mai 1998) vouloir acheter son concurrent may & Speh pour 600 millions d'US dollars[11].

Années 2000 : au début de 2004, Acxiom a acquis une partie de Claritas (fournisseur européen de données)[12]. un an plus tard (2005), Acxiom achète Digital Impact et intègre ses services numériques et en ligne dans ses outils.

Début 2006, EMC Corporation achète un des logiciels d'Acxiom (30.000.000 US$)[13]

En 2007 (16 mai) Acxiom aurait accepté d'être rachetée par deux sociétés d'investissement (Silver Lake Partners et ValueAct Capital) dans une transaction au comptant évaluée à 3 milliards de dollars (en assumant l'hypothèse d'une dette d'environ $ 756 000 000)[14], mais 5 mois plus tard (le 1er octobre 2007, un communiqué de presse annonce que l'accord de reprise doit être résilié et que Charles Morgan prendrait sa retraite en tant que chef d'entreprise, Acxiom devant lui choisir un successeur.

Début 2008 (le 17 janvier), un nouveau PDG est nommé : John Meyer qui est l'ancien patron d'Alcatel-Lucent. Il entre en fonction le 4 février 2008[15]. Le 11 juillet 2008, Acxiom achète la division des solutions de marketing de base de données de ChoicePoint, et intègre sept nouveaux clients (banques, assurances, et médias)[16]. Le 9 octobre (2008) Acxiom annonce avoir conclu un contrat avec XSellNet(TM), une société privée basée à Clemmons (Caroline) pour utiliser et gérer en temps réel les données et analyses de clientèle de l'InfoBase-X(TM) de XSellNet, « pour aider les concessionnaires automobiles à vendre plus de véhicules » dans tous les États-Unis[17].

En 2010, Acxiom achète une partie de GoDigital (société brésilienne spécialisée dans le marketing direct et les données "de qualité") et créee « Acxiom Brasil »[18].

En 2011 (le 30 mars), Acxiom nomme Jerry Gramaglia (directeur pour 4 mois dans le groupe depuis 2009) en tant que PDG intérimaire[19]. Le 27 juillet, Acxiom nomme un ancien du marketing et de la publicité[20] Scott E. Howe comme nouveau PDG[21].

En 2012 (le 11 janvier), Acxiom nomme Warren C. Jenson[22] à la tête de la direction financière de l'entreprise et comme vice-président exécutif[23] et en février 2012, Acxiom a annoncé la clôture de la vente de Acxiom Information Security Services (AISS), son activité de vérification des antécédents[3].
Le 19 avril 2012, Acxiom annonce la nomination de Phil Mui (ancien chef de produit de Google Analytics, qui a mis au point au sein de Google analytics une application reliant les médias sociaux aux besoins du business[24]) à la tête du département responsable des produits et de l'ingénierie [25].

En 2014 Acxiom a annoncé avoir acheté (le 15 mai, pour 310 millions de dollars) Liveramp, une société co-fondée par Auren Hoffman, basée à San Francisco et spécialisée dans l'interconnexion de données à des fins de valorisation commerciales[26].

Forrester Research a désigné Acxiom comme étant la plus grande base de données pour des services marketing et les vendeurs de technologie au monde, et a déclaré que l'entreprise « faisait montre d'une grande souplesse dans la modernisation de son offre, et se trouve indubitablement en tête du marché, grâce à ses solutions numériques[réf. souhaitée]. ». Selon CNN, en 2004, l'entreprise était devenue la plus grande pourvoyeuse de données sur le comportement des acheteurs ou acheteurs potentiels[27]

Avec ses produits de segmentation géodémographique[28] et de segmention comportementale des acheteurs (PersonicX®), Acxiom a identifié et classé 70 types de consommateurs. En France, cet outil a abouti à une « première segmentation exhaustive des foyers français » qui selon Acxiom lui a permis d’affecter chacun des 24 millions de foyers français à l’un des 32 segments PersonicX® décrivant « les habitudes de vie, de consommation, les aspirations des foyers qui le composent ». Ce tri est fait sur la base de 600 variables de consommation étudiées et 200 catégories de produits ou marques consommés. Une mise à jour régulière de la base permet pour chacun de ces « segments » de suivre les évolutions des modes et types de consommation. De plus l'entreprise affirme pouvoir par le suivi de l'évolution des critères socio-démographiques (dont « à chacune des grandes étapes du cycle de vie (mariage, enfant…) » aider ses clients à anticiper la consommation future de leurs clients (actuels ou potentiels)[6].

Dans son ouvrage publié en 2015, intitulé « Data and Goliath: The Hidden Battles to Collect Your Data and Control Your World » (Data et Goliath ; la bataille cachée pour collecter vos données et contrôler votre monde), l'américain Bruce Schneier, expert dans le domaine de la confidentialité des données personnelles explique qu'Acxiom vend aux entreprises des listes de consommateurs inclant des « héritier potentiel », des listes d'adultes avec parents à charge ou des listes d'adresses de ménage présentant un profil diabétique ou des besoins de personnes âgées[29]

Son siège social actuel se trouve à Little Rock, dans l'Arkansas.

En France[modifier | modifier le code]

ACXIOM France, société déclarée avec un capital de 2 215 060,75 euros a actuellement son siège à Levallois-Perret et est dirigée par Gerard Smith (né en 1967) qui préside la filiale, assisté de Melvin Missen (Directeur Général) et de Steven Burden (directeur général). 83 personnes travaillent dans 6 établissements avec comme activités principales la « programmation informatique, applications logicielles bases de données » (incluant le développement, l'adaptation, les tests et la prise en charge de logiciels). Le créneau est celui de la conception ou adaptation de logiciels ou d'applications de logiciels dans le domaine des systèmes et réseaux du web.

ACXIOM France a déclaré en 2014 18 086 271 euros de chiffre d'affaires pour un résultat net de -118 889 euros[30]

Controverses[modifier | modifier le code]

Elles sont principalement liées à l'opacité de l'entreprise et à la nature de son travail de base, qui consiste à accumuler, croiser, mettre à jour et vendre ou louer des données éparses (dans le Big data), et dont un grand nombre permettent en les croisant de révéler une grande partie de la vie privée de des personnes pistées lors de leurs achats en magasin et/ou sur le Web ; ceci dans un marché émergent de la société de l'information où la donnée devient une ressource d'intérêt commerciale pour de nombreuses entreprises qui les collectent souvent sans le consentement éclairé des citoyens.

Ainsi en 2003, l'EPIC (Electronic Privacy Information Center) des États-Unis a déposé une plainte contre Acxiom et JetBlue Airways devant la Federal Trade Commission (agence chargée aux États-Unis de veiller au respect du droit de la consommation et de contrôler les pratiques commerciales anticoncurrentielle), alléguant que ces deux entreprises fournissaient de l'information sur les consommateurs à Concepts Torch, une société embauchée par l'armée américaine « pour déterminer comment de l'information provenant de dossiers publics et privés pourrait être analysée pour aider à défendre les bases militaires contre des attaques par des terroristes et d'autres adversaires » [31]. Selon les auteurs de la plainte, les activités d'Acxiom constituaient des pratiques commerciales déloyales et trompeuses, car alors qu' « Acxiom a publiquement dit sa conviction que les individus devraient pouvoir donner un avis sur la façon dont l'information les concernant est utilisée, et avoir des choix à propos de la diffusion de ces données, et qu'Acxiom ne permet pas à ses clients de mettre de l'information non-publique à la disposition d'individus », l'entreprise a vendu des informations à Concepts Torch sans le consentement des personnes concernées, ni la capacité de retirer ces informations ni même avoir averti par écrit les les consommateurs touchés.

La FTC n'a finalement pas poursuivi Acxiom, qui a répondu avoir suivi ses principes de confidentialité et ne pas avoir été trompeur dans ses pratiques commerciales. Selon un porte-parole d'Acxiom « Torch Concepts agissait sous contrat avec le Département de la Défense en cherchant des moyens d'améliorer la sécurité des sites militaires ; Notre politique stipule clairement que nous fournissons des produits d'information comprenant des informations financières, le numéro de sécurité sociale et d'autres renseignements connexes quand cela est autorisé par la loi », et que cette information est « fournie aux agences gouvernementales à fins de vérification de l'information, de screening des emplois et d'aider les forces de l'ordre »[32].

Acxiom a rendu très difficile pour les consommateurs la possibilité de se faire retirer des bases de données et listes de marketing construites par l'entreprise ou vendues à des tiers[33].

En 2005 Acxiom a été nominé pour les Big Brother Awards pour « Pire entreprise intrusive dans la vie privée pour une tradition de courtage de données (Worst Corporate Invader for a tradition of data brokering) »[34]

Sécurité[modifier | modifier le code]

En 2003, lors d'une recherche de failles de sécurité dans les pare-feux des serveurs d'Acxiom, l'entreprise découvre que plus de 1,6 milliards d'enregistrements de consommateurs ont été piratés. 137 attaques informatiques ont été faites entre janvier et juillet 2003, lors de la transmission de l'information vers et depuis les clients d'Acxiom ; les informations volées incluaient des noms, adresses et des adresses e-mail de plusieurs millions d'américains. Le coupable était un chef d'entreprise (Snipermail.com), âgé de 46 ans, vivant à Boca Raton (Floride) qui aurait agi ainsi pour gonfler la valeur de son entreprise de spamming, peut-être pour rendre son entreprise plus attrayante pour une acquisition[35],[36].

Au terme d'un mois de procès où le responsable présumé du piratage était poursuivi pour 120 chefs d'accusation (dont accès non autorisé à un ordinateur protégé, fraude de dispositif d'accès, entrave à la justice) il a été blanchi de 14 accusations (dont complot et blanchiment d'argent) mais reconnu coupable d'intrusion, de vol et revente[37] de données, et été puni de huit ans de prison par un jury de l'Arkansas en août 2006. Les procureurs chargés de cette affaire ont décrit ce piratage comme la plus grande tentative d'intrusion et de vol de données personnelles[38] jamais tenté jusqu'à ce jour[39] [40]. Une autre personne, un jeune homme (25 ans) de Cincinnati (Ohio) a aussi plaidé coupable pour cette attaque en décembre 2003. Il a été emprisonné durant 45 mois en mars de 2005.

Sur la base des résultats de leur enquête, les procureurs ont estimé qu'il n'y a pas eu de risque de vol d'identité ni de dommages à des personnes. Ils ont salué Acxiom pour avoir été agressif dans la poursuite des pirates et sa coopération avec les autorités[41].

L'entreprise a ensuite renforcé son dispositif de sécurité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. source : Google Finance, consulté le 2 décembre 2013
  2. a et b / Acxiom Names Scott Howe CEO
  3. a, b et c "Acxiom Corp." ; NYTimes.com
  4. (en) « FRONTLINE's The Persuaders », Corporation for Public Broadcasting,‎ (consulté le 1er août 2007) : « But where did all this information come from? How did political parties and advocacy groups know whom to reach with what message? The answer to that question begins here. The Acxiom Corporation of Little Rock, Arkansas, is one of the biggest companies you've never heard of. »
  5. Reidenberg, J. R. (2001). E-commerce and trans-atlantic privacy. Hous. L. Rev., 38, 717.
  6. a et b Page consacrée au Datamining et Segmentation PersonicX® par Acxiom France, consulté 2015-05-07
  7. "Acxiom" at fundinguniverse.com
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Demographics, Inc. is a former company established by Conway, Arkansas, industrialist Charles D. Ward in 1969. The company is now known as Acxiom
  9. Barry Beck, "Ward Industries, Inc.: A Historical Study, " Faulkner Facts and Fiddlings 16.4 (Winter 1974): 67-83.
  10. Acxiom(R) Corporation Acquires Buckley Dement, L.P. Acquisition Expands Acxiom's Portfolio to Provide Data and Database Solutions to Health Care and Pharmaceutical Companies, 3 novembre 1997, consulté 31 juillet 2013
  11. Acxiom to Buy May & Speh for $600 Million, 28 mai 1998 ; consulté =Jul 25, 2013
  12. |publisher=Acxiom Corporation Acxiom Completes the Acquisition of Claritas Europe communiqué de presse du 06 janvier 2004 consulté 2007-08-07
  13. EMC and Acxiom Partner to Accelerate Development and Deployment of Grid-Based Information Infrastructure, communiqué du 5 janvier 2006, consulté 2007-08-07, par Acxiom Corporation (EMC Acquires Information Grid Software from Acxiom)
  14. "Acxiom Agrees to Be Acquired by Silver Lake and ValueAct Capital for $3.0 Billion" (Communiqué de presse d'Acxiom Corporation, du 16 mai 2007. consulté 2007-08-01.
  15. "Acxiom Names John Meyer as New CEO and President" (Press release). Acxiom Corporation. publié 17 janvier 2008. Consulté 2008-01-17
  16. Chantal Todé (2008) "Acxiom acquires ChoicePoint's database marketing solutions division". Direct Marketing News.
  17. Acxiom(R) Corporation and XSellNet(TM) Partner to Deliver Real Time Consumer Analytics... ; publié 08 oct 2008 communiqué reuters
  18. Acxiom Brasil Experiência local com a força global da Acxiom Acxiom Brésil, présenté par lui-même, consulté 2015-05-08
  19. "Acxiom Names Jerry Gramaglia as interim CEO" (Press release). Acxiom Corporation. March 30, 2011. consulté 2011-03-31
  20. Executive Profile ; Scott E. Howe, bloomberg
  21. Acxiom Names Former Microsoft Exec Scott Howe As CEO, News d'Arkansas Business, 2011
  22. Warren C. Jenson, bloomberg
  23. Acxiom Names Former Amazon Exec Warren C. Jenson CFO , Arkansas Business
  24. Google Analytics Update Connects Social Marketing With The Bottom Line publié le 20 mars 2012 par Anthony Ha, dans techcrunch
  25. Googler Phil Mui Joins Acxiom As Chief Product And Engineering Officer
  26. [Acxiom Signs Agreement to Acquire LiveRamp]
  27. Richard Behar, « Never Heard Of Acxiom? Chances Are It's Heard Of You. How a little-known Little Rock company--the world's largest processor of consumer data--found itself at the center of a very big national security debate », CNN,‎ (lire en ligne)
  28. Geodemographic Segmentation with PersonicX®
  29. (en) Bruce Schneier, Data and Goliath: The Hidden Battles to Collect Your Data and Control Your World, New York, W.W. Norton & Company, (ISBN 978-0393244816)
  30. http://french-corporate.com/french-corporate/399/792/381/399792381-ACXIOM-FRANCE.php ACXIOM France], sur French Corporate 2
  31. EPIC Complaint Against JetBlue Airways and Acxiom Corp. to the Federal Trade Commission
  32. Associated Press, "Acxiom denies invading airline passengers' privacy"
  33. Acxiom Opts Out of Opt-Out News Wired publié le 17 novembre 2003, consulté 2014-07-15
  34. PI Announces U.S. Big Brother Awards winners for 2005.
  35. http://www.dmnews.com/acxiom-hacker-gets-prison-sentence/article/87117/
  36. Appeals court: Stiff prison sentence in Acxiom data theft case stands ; Snipermail owner Scott Levine was sentenced to eight years in prison, consulté 2015-05-08
  37. Le pirate a revendu une partie des données à un courtier pour une utilisation dans une campagne de spamming.
  38. en anglais : « largest ever invasion and theft of personal data »
  39. Acxiom database hacker jailed for 8 years ; The Register
  40. Chats led to Acxiom hacker bust
  41. U.S. Secret Service news release, 2004-07-21

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bambauer, D. E. (2013). Privacy Versus Security. J. Crim. L. & Criminology, 103, 667.
  • Harold B. Johnson, A History of Dave Ward and His Company, M.S.E. thesis, Arkansas State Teachers College, 1960.
  • Poole, C. (2005). Acxiom Rejects ValueAct Offer. TheDeal. com December, 20.
  • Poulsen, K. (2003). Chats led to Acxiom hacker bust. SecurityFocus, Dec, 19.
  • Scism, L., & Maremont, M. (2010). Insurers test data profiles to identify risky clients. Wall Street Journal, 19.
  • Shabelman, D. (2005). Acxiom Awaits ValueAct Offer. TheDeal. com, July, 13.
  • Shabelman, D. (2006). ValueAct, Acxiom Find Calm. TheDeal. com, August, 7.
  • Singer, N. (2012). You for sale: Mapping, and sharing, the consumer genome. New York Times, 16, 2012.
  • Singer, N. (2012). Acxiom, the Quiet Giant of Consumer Database Marketing. The New York Times, 17, 2012.
  • Singel, R. (2003). Acxiom opts out of opt-out.
  • Standridge, J., & Autrey, R. (2001). Rapid skill obsolescence in an IT company: A case study of Acxiom corporation. Journal of Organizational Excellence, 20(3), 3-9.
  • Steel, E. (2013). Acxiom to create ‘master profiles’ tying offline and online data. Financ Times.
  • Xiao, Z., Thompson, C., & Li, W. (2006). A Practical Data Processing Workflow Automation System in Acxiom Grid Architecture. In International Workshop on Workflow Systems in Grid Environments (p. 21-23).