Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines
Fondation
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Ville Abidjan
Langue Français
Président Aïdara Daouda
Affiliation Conseil international pour la science[1]
Union académique internationale
Site web www.ascad.ci

L'Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines (ASCAD), créée le à Abidjan, est une institution culturelle ivoirienne ayant pour objectif de contribuer au développement et à l'influence des sciences, des arts, de la culture africaine et de celle de la diaspora africaine. Elle vise également la croissance économique et le progrès social. Parmi ses membres, figurent des scientifiques, des philosophes, des écrivains, des artistes, des inventeurs.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ASCAD a été créée à la suite de la Fédération des associations scientifiques de la Côte d'Ivoire, qui, depuis 1992, était le membre national du Conseil international pour la science (ICSU)[2]. En 2013, l'ASCAD a été élue à l'Union académique internationale[3].

Le siège provisoire de l'Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines est à Abidjan, dans le quartier du Plateau[4].

Structuration[modifier | modifier le code]

L’Académie est divisée en plusieurs domaines, doté chacun d’un ou d'une secrétaire : sciences exactes, sciences naturelles, sciences sociales, sciences juridiques et art[5]. Elle est, sur le plan administratif, rattachée à la Présidence ivoirienne[6].

Présidents successifs[modifier | modifier le code]

Prix et bourses de l'ASCAD[modifier | modifier le code]

Prix de la recherche[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, l'ASCAD propose chaque année un concours dont le vainqueur reçoit le « Prix d'excellence ASCAD pour la recherche » assorti d'une somme d'argent[10],[11].

Bourses de recherche[modifier | modifier le code]

En 2013, la première édition des bourses de recherche de l'ASCAD a vu le jour[12]. Ces bourses sont destinées à des chercheurs dont les activités scientifiques, culturelles ou artistiques sont d'un intérêt stratégique national[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Page traitant de l'ASCAD sur le site du Conseil international pour la science. Consulté le 22 janvier 2013.
  2. [(en) Côte d'Ivoire, Académie des Sciences, des Arts, des Cultures d'Afrique et des Diasporas Africaines (ASCAD) (page consultée le 21 janvier 2013)].
  3. Y. Sangaré, Le Patriote, « Reconnaissance internationale : L’ASCAD rejoint l’Union Académique Internationale », sur http://news.abidjan.net, (consulté le 13 décembre 2013)
  4. [Academie des sciences et des arts - ASCAD - Les chanceliers de l`Uemoa rencontrent des immortels (page consultée le 21 janvier 2013)].
  5. [(fr) Structuration à la première assemblée en 2008 (page consultée le 21 janvier 2013)].
  6. [(fr) décret de création par la présidence (page consultée le 22 janvier 2013)].
  7. [(fr) Premier bureau de l’ASCAD\date=21 janvier 2013] et [(fr) Obsèques de Memel Fôté : L'hommage à l'Immortel incorruptible (page consultée le 21 janvier 2013)].
  8. [(fr) Premier bureau de l’ASCAD (page consultée le 21 janvier 2013)].
  9. [(fr) élection à l’ASCAD (page consultée le 21 janvier 2013)].
  10. « Côte d'Ivoire: Le CSRS, lauréat du Prix d'excellence pour la Recherche Ascad 2012 », sur http://www.africanouvelles.com, (consulté le 24 janvier 2014)
  11. Diallo Yaya (Fraternité Matin), « Côte d'Ivoire : Concours - L'Ascad lance la 3e édition du prix de la recherche », sur http://fr.allafrica.com, (consulté le 24 janvier 2014)
  12. LS/hs/APA, « Deux enseignants chercheurs lauréats des bourses de l'ASCAD », sur http://www.koffi.net, (consulté le 24 janvier 2014)
  13. « Côte d’Ivoire : Les premières bourses Ascad pour la recherche attribuées. », sur http://www.lebabi.net, (consulté le 24 janvier 2014)