James Houra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
James Houra
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
Sépulture
Adiaké Department (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

James Kadjo Houra est un peintre ivoirien né le à Mélékoukro[1] (Adiaké) et mort le [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

James Hourra effectue ses études des arts à l'École nationale des Beaux-Arts d'Abidjan de 1968 à 1972. Il les poursuit à l'École des Beaux-Arts de Paris de 1972 à 1975 d'où il est titulaire d'un diplôme supérieur d'art plastique (spécialité peinture). Il s'inscrit à l'Université de Paris I et obtient son doctorat de 3e cycle en histoire de l'art[1]. Il revient en Côte d'ivoire où il enseigne l'Histoire de l'Art à l'Institut National des Arts (INA) aujourd’hui INSAAC de 1978 à 1984. Il préside aussi l'Association nationale des Artistes Plasticiens de Côte d'Ivoire de 1980 à 1982[1]. Ancien directeur de l'école des beaux arts d'Abidjan, James Houra est connu pour ses tableaux en damier, qu'il qualifie lui-même de « figuratif informel »[3]. Un tableau du peintre, l'Offrande, est exposé dans la salle des ambassadeurs du Palais présidentiel d'Abidjan[4]. Un autre de ses tableaux, offert au ministre de l'Intérieur français, Claude Guéant, par le président ivoirien lors d'une visite officielle, est au cœur d'une polémique sur la non restitution du tableau par le ministre à la fin de ses fonctions[5].

Ses œuvres sont évaluées entre 2 500 et 25 000 euros[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Raymond Borremans, Le grand dictionnaire encyclopédique de la Côte d'Ivoire, Tome 3 : E-F-G-H, Abidjan, NEA, 1987, 269 p. (ISBN 2-7236-1405-0), p. 252
  2. [1]
  3. Abidjan.net - Qui est qui?
  4. AllAfrica - Cote d'Ivoire: Palais présidentiel : James Houra honoré
  5. Une « affairette » dans l’affaire ? – Pourquoi le tableau offert à Guéant par Ouattara pose problème
  6. « Claude Guéant doit-il rendre son tableau africain ? », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]