Abraham Ruchat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abraham Ruchat
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Abraham Ruchat, né le à Vevey et mort le à Lausanne, est un théologien protestant et historien suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fait des études de théologie à l'Académie de Lausanne, il fut consacré pasteur en 1702. Entre 1704 et 1709, il poursuivit sa formation à Berne, Berlin et Leyde. À son retour, il exerça le ministère pastoral à Aubonne et à Rolle de 1709 à 1721, avant d'être nommé professeur de rhétorique et gymniasarque à l'Académie de Lausanne. Il fut recteur de 1736 à 1739 et enseigna la théologie jusqu'à sa mort.

Abraham Ruchat est parfois considéré comme le premier historien vaudois. Pour ses travaux, il a notamment entretenu des correspondances avec Johann Jakob Scheuchzer[1].

Dans l'affaire du Major Davel (qui fut condamné à mort pour avoir lutté contre le pouvoir bernois), Ruchat s'est plutôt positionné du côté de l'oligarchie bernoise et des collaborateurs vaudois[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Délices de la Suisse (1714), par Abraham Ruchat, avec une introd. de Marcus Bourquin Genève : Slatkine, 1978.
  • État et Délices de la Suisse, ou, Description historique et géographique des treize cantons suisses et de leurs alliés, Neuchâtel : S. Fauche, 1778.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Santschi, Charles Roth, Catalogue des manuscrits d'Abraham Ruchat, Lausanne : Payot : Libr. de l'Université, 1971.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article Abraham Ruchat dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. L'historien Ruchat (Maxime Reymond, Revue historique vaudoise, 1926)