Abel Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Abel Thomas.

Abel Thomas
Fonctions
Député de la 2e circonscription de Paris
Législature 6e (Ve République)
Prédécesseur Jacques Dominati
Successeur Pierre Dabezies
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Fontenay-le-Comte (Vendée)
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Courbevoie (Hauts-de-Seine)
Parti politique UDF

Abel Thomas ( à Fontenay-le-Comte - à Courbevoie), est un haut fonctionnaire puis homme politique français, député de la deuxième circonscription de Paris de 1978 à 1981. Dans les années 1950, il joue un rôle majeur dans le programme nucléaire israélien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Polytechnicien, Abel Thomas est d’abord conseiller technique du ministre de l’armement Maurice Bourgès-Maunoury en 1952. Il suit ensuite Bourgès-Maunoury au ministère de l’Industrie en 1954, où il devient son directeur de cabinet, puis à la Défense en 1956-1957, période où il est nommé commissaire général à l’industrialisation de l’Algérie. Il devient enfin son directeur adjoint comme président du Conseil en 1957, puis son directeur de cabinet au ministère de l’Intérieur en 1957-1958.

Contact privilégié de Shimon Peres à partir de 1954, Abel Thomas organise la livraison de 9 avions de chasse Marcel Dassault à l’Etat d’Israël à la fin 1955, et joue un rôle clé dans l’opération de Suez en 1956. Il convainc alors Guy Mollet de faire expédier 270 avions de chasse en Israël. Il le convainc aussi, en 1957, aux côtés de Francis Perrin, directeur du Commissariat à l'énergie atomique, de sceller un accord entre les deux pays incluant la livraison de matériel à la centrale de Dimona.

Après l’arrivée des gaullistes au pouvoir, Abel Thomas est relégué comme commissaire à l’Aménagement du Territoire, poste qu’il occupe jusqu’en 1963. Il est ensuite conseiller ou administrateur de plusieurs sociétés, dont la Société de l'Aérotrain. Suppléant de Jacques Dominati à l'Assemblée nationale, il occupe son siège lorsque ce dernier est maintenu dans le gouvernement Barre II comme Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, après les législatives de 1978, et termine son mandat de la législature, jusqu’à la dissolution de l'Assemblée.

Notes et références[modifier | modifier le code]