AE&T

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
AE&T
Image illustrative de l'article AE&T

Création 1976
Fondateurs Robert Joseph
Personnages clés Jean-Yves Joseph, Claude Andrieux
Slogan L’innovation au service de la sécurité
Siège social Drapeau de la France Jurançon Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Activité Fabricant et distributeur de matériel de sécurité pour l’industrie et pour les monuments
Produits Alarmes optiques et sonores
Effectif 35

AE&T (ou AET) est une entreprise française située dans les Pyrénées-Atlantiques, dans la commune de Jurançon. Cette entreprise fabrique et fournit des équipements de sécurité, et principalement des avertisseurs optiques et sonores destinés à l'évacuation incendie dans le secteur industriel, notamment dans les zones à risque d’explosion.

Historique[modifier | modifier le code]

Dates Événements
1976 Fondation de l’entreprise[1].
1976 Robert Joseph devient directeur.
1981 Premier autre salarié de l’entreprise.
1986 Jean-Yves Joseph devient directeur.
1987 Le tunnel sous la Manche[2].
1990 Locaux à Jurançon.
1994 Illumination du Pont de Normandie[2].
1997 AE&T reçoit le trophée des As de l’entreprise en Béarn et Soule.
1997 Prix de la productique.
1999 AE&T reçoit le trophée des As de l’entreprise en Béarn et Soule[3].
2003 Illumination de la Tour Eiffel[1],[4],[5],[6].
2003 Trophée DCF de la semaine de performance commerciale[7].
2005 Ouverture de l’entrepôt à Lons.
2005 AE&T reçoit le trophée des As de l’entreprise en Béarn et Soule.
2007 Illumination de la Tour de Tbilissi[8].
2011 Illumination de la Makkah Clock Royal Tower [9]
2012 Illumination du Palais des Congrès, Paris [1]
2015 Réseau de sirènes PPI de Port Jérôme, Lillebonne (76)

AE&T fut fondée en 1976 par Robert Joseph. Cette petite entreprise vendait des lampes flash stockées dans son garage[1]. En 1986, Robert Joseph partit à la retraite ; l’entreprise fut reprise par son fils Jean-Yves Joseph. Actuellement, Claude Andrieux est le Directeur général d'AE&T.

Les locaux d’AE&T vus depuis le ciel

Lorsqu’AE&T eut les moyens d'avoir plus d'employés, elle déménagea avenue Joliot-Curie située dans la zone industrielle de Jurançon.

En juin 2003, AE&T reçut la commande de son plus grand projet jusqu’alors : 20 000 feux à éclats pour illuminer la Tour Eiffel[10]. AE&T a conçu spécialement pour cette occasion le feu flash quadro, d’une puissance de 10 joules et capable de résister aux conditions extrêmes, avec une longue durée de vie. Aujourd’hui encore, le scintillement de la tour est le fruit du travail d'AE&T[1],[4],[5],[6]. AE&T inaugura en 2005 un stock dans la commune de Lons afin de réduire les délais de livraison.

Réalisations notables[modifier | modifier le code]

  • Scintillement de la tour Eiffel[1],[4],[5],[6]
  • Sirènes de défaut et de danger pour la salle des machines du Queen Mary 2[5]
  • Show lumineux pour le pavillon de la France à l’exposition universelle de Hanovre
  • Illumination du tablier du pont de Normandie[2]
  • Diverses animations lumineuses pour Eurodisney Paris
  • Signalisation lumineuse durant plusieurs travaux de tunnels (tunnel sous la Manche, tunnel de Wuhase, tunnel Prado, tunnels Ouest Parisiens…)
  • Alarmes sonores et optiques dans 16 centrales nucléaires EDF (Civaux, Chooz…)[11]
  • Alarme évacuation incendie du palais des festivals de Cannes, du stade Louis II de Monaco
  • Avertisseurs optiques et sonores sur le porte-avions Charles de Gaulle[5],[12]
  • Toutes alarmes pour l’industrie automobile en France (Peugeot, Renault, Ford, Smart…)
  • L’illumination de la tour de Tbilissi[8]en 2007
  • L'illumination de la Makkah Clock Royal Tower[9]en 2009
  • L'illumination et le scintillement du Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot en 2012
  • Réseau de sirènes PPI de forte puissance de la zone industrielle de Port Jérôme (Lillebonne) en 2015

Secteurs d’activité[modifier | modifier le code]

Sécurité dans l'industrie[modifier | modifier le code]

À l'international, AE&T vend plusieurs catégories de produits, garantissant la sécurité en milieu industriel, tels des lampes flash et sirènes d'alertes pour l'évacuation ou la signalisation. Certains de ces produits sont conformes à la règlementation ATEX pour pouvoir être utilisés dans des zones explosives. L'entreprise s'engage dans la prévention des risques et la protection de la vie des personnes travaillant sur des sites exposés ou vivant à proximité de ces sites. Il s'agit du cœur de métier de l'entreprise.

Éclairage de monuments[modifier | modifier le code]

Le second fer de lance d’AE&T est la mise à disposition de son expertise en avertisseurs optiques pour l'éclairage de monuments, tels la tour Eiffel[1],[4],[5],[6], le pont de Normandie[2] ou la tour de Tbilissi[8] en Géorgie.

L'équipe[modifier | modifier le code]

AE&T est composée de commerciaux, à la fois sur le terrain et au siège, d'une équipe de marketing, d’un bureau d'étude technique et d'une équipe chargée de la préparation, de la programmation, du packaging et de l’expédition des produits dans toute la France et dans le monde entier depuis Lons : AE&T distribue ses produits en France et Dom-Tom, en Espagne, au Portugal, en Italie, au Benelux, mais aussi en Afrique de l’Ouest, au Maroc, en Algérie et en Tunisie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sud Ouest, quotidien, le 30 octobre 2004, Béarn et Soule page 3
  2. a, b, c et d La République des Pyrénées, 26 janvier 1995, page 2
  3. La République des Pyrénées, no 16563 le14 avril 1999, page 28
  4. a, b, c et d Chef d’entreprise magazine, , page 18
  5. a, b, c, d, e et f Sud Ouest: Béarn et Soule, quotidien, 18 décembre 2003, page 3.
  6. a, b, c et d Sud Ouest: Béarn et Soule, 28 juin 2003.
  7. Sud Ouest Béarn et Soule, quotidien, 22 février 2007, page 9
  8. a, b et c La République des Pyrénées, le 2 septembre 2008, page 3
  9. a et b Sud Ouest, quotidien, le 20 janvier 2011, Béarn et Soule page 1,10 et 11
  10. Sonomag, Reportage:Le scintillement de la tour Eiffel
  11. La République des Pyrénées no 15954, 9 avril 1997, page 26
  12. Sud Ouest: Béarn et Soule, quotidien, le 30 octobre 2004, page 3

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]