8.8 cm Raketenwerfer 43

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8,8-cm Raketenwerfer 43
Image illustrative de l’article 8.8 cm Raketenwerfer 43
88 mm puppchen
Caractéristiques de service
Type lance-roquettes, canon antichar
Utilisateurs Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Conflits Seconde Guerre mondiale
Production
Année de conception 1943
Production 1944-1945
Exemplaires produits ≈ 3 000
Caractéristiques générales
Poids du canon et de l'affût 143 kg
Longueur du canon seul 1,6 m
Longueur du canon et de l'affût 2,972 m
Calibre 88 mm
Vitesse initiale 140 m/s
Portée pratique 500 m
Portée maximale 750 m
Munitions roquette RPzB.Gr.4312
Alimentation manuelle
Hausse +23°, -14°
Azimut 28°
Mécanisme culasse fermée
Pas de rayure aucun

Le 8,8-cm Raketenwerfer 43 « puppchen » (lanceur de roquettes de 88 mm modèle 1943 « petite poupée ») est un canon antichar léger déployé par l'Allemagne dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale. Il tire une roquette semblable (mais non identique) à celle du Raketenpanzerbüchse 43, à une distance trois fois supérieure. Son utilisation au front, à partir de la seconde moitié de 1944, demeura restreinte.

Intérêt tactique[modifier | modifier le code]

Alors qu'au milieu de la guerre dominaient les champs de batailles étendus (plaines russes, nord de l'Afrique), propices au combat de chars à longue distance, la situation stratégique dans les derniers mois du conflit imposa des compartiments de combat beaucoup plus restreints. Les canons antichars (Pak 40 et 88 mm) ne profitaient plus de leur allonge et leur faible mobilité les condamnaient à la destruction ou la capture. Leur déploiement en milieu urbain s'avérait difficile et inadéquat. Des armes antichars individuelles d'infanterie étaient disponibles (panzerfäuste, lance-roquettes panzerschreck), mais leur efficacité était amoindrie par une portée très courte, qui exposait dangereusement le servant. La stielgranate du Pak 36 s'avérant trop imprécise, les ingénieurs allemands développèrent alors (entre-autres) deux canons, compromis en termes de portée, légèreté, coût et efficacité, entre les deux systèmes d'armes mentionnés plus haut. D'une part le 8-cm PAW 600/8H63, léger, utilisant une munition déjà existante modifiée, efficace mais seulement à courte et moyenne portée (en deçà de 750 m) ; d'autre part le raketenwerfer 43, partageant les mêmes caractéristiques, et plus léger (masse avoisinant celle du sPzB 41).

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le puppchen tirait une roquette à empennage arrondi RPzB. Gr. 4312 (mise à feu par percussion)[1],[2], la queue propulsive étant plus courte que celle du panzerschreck (490 mm contre 650 mm pour la RPzB. Gr. 4322 à allumage électrique)[3]. Lors du tir, la jante-amorce se désolidarise de la base du projectile et sera extraite de la chambre[2]. L'ogive et la fusée sont identiques, la charge creuse de 660 g assurant une pénétration de 160 mm de blindage incliné à 30°[4],[5]. Le poids total du projectile est de 2,6 kg[2],[4]. Moins discret (bien que d'une hauteur restreinte de 90 cm) et mobile (roues métalliques pour le trajet sur de courtes distances)[6], le raketenwerfer 43 bénéficiait d'une stabilité accrue, d'organes de visée plus précis, d'une portée utile au moins deux fois supérieure à celle du lance-roquettes portatif. Il demandait toutefois la présence d'au moins deux servants entrainés pour le servir et le déplacer[7].

Références[modifier | modifier le code]

Un puppchen capturé en août 1944 dans la région de Montélimar. La plupart des clichés alliés présentent des munitions de panzerschreck, nettement plus longues.
  1. (en) Gordon L Rottman, Johnny Shumate et Alan Gilliland, Panzerfaust and Panzerschreck, Osprey Publishing, , 29–30 p. (ISBN 978-1-78200-790-6, lire en ligne)
  2. a b et c (en-US) « 8.8 cm R. Pz. B. Gr. 4312: Antitank Rocket Grenade », sur "Catalog of Enemy Ordnance", "U.S. Office of Chief of Ordnance", (consulté le 6 août 2015)
  3. 8.8 cm Raketenwerfer 43
  4. a et b « Armes antichars de la Seconde Guerre mondiale » [PDF],
  5. Une valeur moindre que celle du panzerfaust (à moins de 100 m de portée) mais supérieure à celle du 7,5-cm KwK 42 du Panther, à 500 m, distance moyenne d'engagement. La munition W.Gr.Hl 4462 du PAW 600 est créditée d'une pénétration de 140 mm de blindage à 30°.
  6. « Lone Sentry: Germany's Rocket and Recoilless Weapons (U.S. WWII Intelligence Bulletin, March 1945) », sur www.lonesentry.com (consulté le 17 juin 2018)
  7. « Panzerknacker : Histoire du combat antichar allemand 1939-1945 », Batailles & blindés, no HS n°21,‎ mars-avril 2013 (ISSN 1950-8751)

Lien externe[modifier | modifier le code]