7,62-cm Pak 36(r)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

PanzerabwehrKanone 36 (russische)
FeldKanone 36 (russische)
Image illustrative de l’article 7,62-cm Pak 36(r)
Vue de face d'un 76,2 mm FK 36(r), sans le frein de bouche caractéristique du Pak 36(r).
Caractéristiques de service
Type Canon antichar/Canon de campagne
Utilisateurs Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Production
Année de conception 1941
Caractéristiques générales
Poids du canon et de l'affût 1 710 kg
Longueur en calibre L/51.2
Longueur du canon et de l'affût 4,18 m
Support Marder II, Marder III
Calibre 76,2 mm
Cadence de tir 12 coups/min max
Vitesse initiale 740 m/s (Pzgr. 39)
Portée maximale 4 000 m
Munitions Obus encartouchés :
Sprenggranate 34
Panzergranate 39
Panzergranate 40
Alimentation manuelle
Hausse -6° à +18°
Azimut 60°
Mécanisme Semi-automatique par culasse à bloc coulissant vertical
Syst. d'absorption du recul hydropneumatique

Le 7.62 cm FK 36(r) et le Pak 36(r) (7.62 cm Feldkanone (canon de campagne)/36 (russische) et Panzerabwehrkanone (canon Antichar) 36 (russische)) étaient des pièces d'artillerie allemandes d'origine soviétique, capturées et modifiées pour la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale. Elles sont issues des canons M1936 F-22, puis USV et ZiS-3, capturés en grand nombre sur le Front de l'Est. L'arme rechambrée se montrera efficace et sera utilisée, outre en version tractée, sur des canons automoteurs antichars, en particulier sur certains modèles de Marder.

Développement[modifier | modifier le code]

Peu après l'invasion allemande de l'URSS en 1941, les unités de la Wehrmacht rencontrèrent de nouveaux chars soviétiques innovants : le char moyen T-34 et le lourd KV. L'épais blindage incliné de ces véhicules leur a donné un fort niveau de protection contre les armes antichars. A cette époque, le canon antichar standard demeure le Pak 35/36 de 37 mm, nettement inefficace face à ces modernes blindés. Cela entraîna la demande de plus puissants canons capables de les mettre hors de combat. A côté du 5-cm Pak 38 encore insuffisant à longue distance et distribué en faible nombre, l'année 1941 voit le développement du 7,5 cm Pak 40, qui ne sera livré qu'en 1942. L'industrie allemande et le Heereswaffenamt doivent imaginer des expédients, tels les Pak 97/38 sur canon français ou la Stielgranate 41, efficients seulement à courte portée, ou l'utilisation des 76,2 mm capturés, susceptibles d'avoir leur balistique fortement améliorée.

Dans les premiers mois de l'Opération Barbarossa, les Allemands s'emparèrent d'un grand nombre (environ 1 300) de canons divisionnaires de 76,2 mm modèle 1936 (F-22). Ils sont intégrés sans modification dans l'Armée allemande comme FK 296(r). À la fin de 1941, les ingénieurs allemands envisagèrent un programme de modernisation. Les premières modifications qui aboutirent au FK 36(r) standard concernèrent le châssis et le bouclier du F-22, plus conformes aux standards allemands. Les munitions originales soviétiques, avec d'importants stocks capturés[1], sont conservées, et le tube ne comporte pas de frein de bouche[2]. La balistique des obus ne change donc pas, mais les performances sont toutefois honorables par rapport aux antichars allemands alors déployés. Ils paraissent néanmoins insuffisants, encore, pour lutter contre les engins adverses.

Un programme d'améliorations substantielles est alors lancé à la fin de 1941, avec des modifications industrielles profondes qui transformeront la pièce en un 7,62-cm Pak 36(r) original et indéniablement efficace sur les théâtres d'opérations. Celles-ci concernent les organes principaux du canon :

  • La culasse est rechambrée pour accepter la cartouche (Patrone) du 7,5-cm Pak 40, qui est près de deux fois plus longue que l'originale soviétique (715 mm contre 385.3 mm) et plus large (100 mm contre 90 mm), pour une charge propulsive augmentée de 2,4 fois.
  • Le mécanisme d'absorption du recul est revu pour tenir compte de la nouvelle puissance des munitions. Y est adjoint un frein de bouche, semblable à celui du 7,5-cm Pak 40[3].
  • Une nouvelle munition encartouchée est créée, basée sur celle du 75 mm[4].

Les nouveaux canons de 76,2 mm ZiS-3, capturés en nombre, seront réutilisés sous la nomenclature FK 297(r). Leur modification, toujours avec frein de bouche, est parfois singularisée en Pak 39(r).

Production[modifier | modifier le code]

Les premières canons ont été livrés en février 1942. À la fin de l'année, les Allemands avaient converti 358 pièces, 169 en 1943 et 33 en 1944. En outre, 894 tubes ont été préparés pour l'utilisation sur canons automoteurs. Il est probable que ces chiffres incluent les Pak 39(r) (jusqu'à 300 pièces).

Emploi[modifier | modifier le code]

Le FK36(r) et le PaK 36(r) ont vu le combat sur le Front de l'est et en Afrique du Nord. Le premier emploi du FK 36(r) a été noté dès le mois de mars 1942 à Bir Hacheim en Libye ; et, en Mai 1942, 117 sont référencés dans les effectifs de l'Afrika Korps. Le canon sera utilisé jusqu'à la fin de la guerre dans le rôle d'antichar et de pièce d'artillerie de campagne : en mars 1945, la Wehrmacht possédait encore 165 Pak 36(r) et Pak 39(r).

La pièce modifiée fût montée sur certains véhicules antichars :

Munitions[modifier | modifier le code]

Type Modèle Poids du projectile (kg) Poids total encartouché (kg)[5] Poids de la charge explosive (g) Vitesse initiale (m/s) Portée (m)
Obus antichars (panzergranate)
APCBC 7,62 cm Pzgr.39 7,6 12,7 24, RDX 740 4 000
APCR 7,62 cm Pzgr.40 4,065 8,6 - 990 700
Obus à charge creuse (holladunggranate)
HEAT 7,62 cm Gr.38 Hl/B 4,62 510 450 1 000
HEAT 7,62 cm Gr.38 Hl/С 5,05 510 450 1 000
Obus explosif (sprenggranate)
HE 7,62 cm Gr.34 6,25 9,5 550, amatol 40/60 550 10 000

Efficacité[modifier | modifier le code]

Lorsque les FK36(r) et Pak 36(r) firent leur apparition le champ de bataille, ils étaient capables de détruire tous les chars ennemis aux distances usuelles de combat. Bien que plus lourd est légèrement moins performant que le Pak 40, la modernisation du canon soviétique accrût indéniablement le potentiel antichar allemand, avec un coût de revient moindre que pour la création d'une pièce ex-nihilo.

Comparaison des performances antichars du Pak 36(r) avec les munitions standards contemporaines. Blindage incliné à 30°[6],[7],[8]
Nationalité Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Canon 7,62 cm L/51

PaK 36(r)

cm L/60

PaK 38

7,5 cm L/46

PaK 40

7,5 cm L/48

KwK 40

57 mm L/73

ZiS-2

76,2 mm

ZiS-3T

85 mm

ZiS-S-53

57 mm

OQF 6 pdr

Munition Pzgr.39 Pzgr.39 Pzgr.39 Pzgr.39 BR-271 BR-350 B BR-365K Shot Mk.8 T
V0 740 m/s 835 m/s 770 m/s 770 m/s 990 m/s 710 m/s 792 m/s 884 m/s
perforation à 100 m : 98 mm 69 mm 120 mm 106 mm 93 mm 69 mm 101 mm 88 mm
à 500 m : 90 mm 59 mm 104 mm 96 mm 84 mm 59 mm 92 mm 78 mm
à 1 000 m : 79 mm 47 mm 89 mm 85 mm 74 mm 48 mm 81 mm 67 mm
à 1 500 m : 73 mm 37 mm 76 mm 74 mm 64 mm 40 mm 72 mm 44 mm

On voit combien les performances des 76,2 mm soviétiques ont été accrues : à un kilomètre et demi, le Pak 36(r) affiche une meilleure capacité antichar que son homologue russe à bout portant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Beck, « 76,2 mm Pak 36 (r) », sur materielsterrestres39-45.fr (consulté le 9 mai 2018)
  2. (en) « Catalog of enemy ordnance », sur archive.org
  3. (en-US) « 7.62cm «  Catalog of Enemy Ordnance », sur www.lonesentry.com (consulté le 9 mai 2018)
  4. Les sources divergent sur le calibre et l'origine de la munition du Pak 36(r). Certaines mentionnent simplement l'utilisation de la munition du Pak 40, d'autres laissent croire que le tube est alésé pour tirer l'obus de 75 mm, ce qui paraît illogique. La solution serait que les granaten de 7,5 cm sont pourvues de nouvelles ceintures de rotation pour l'adapter au tube légèrement plus large.
  5. (de) « Image d'un document allemand », sur forum.axishistory.com
  6. Les valeurs sont données à titre indicatif : les critères de test (% de chance, type et dureté du blindage) divergent selon les belligérants.
  7. « Armes antichar de la Seconde Guerre mondiale » [PDF],
  8. (en) John Salt, « WW2 penetration figures » [PDF]
Canon soviétique F-22 m1936.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D 183 - 7,62 cm Panzerjägerkonone 36, 7,62 cm Panzerjägerkanone 36 (Pz. Sfl 1) 7,62 cm Panzerjägerkanone 36 (Pz Sfl 2).- Beschreibung, Bedienung und Behandlung. OKH/Heereswaffenamt, Berlin 1942 (Manuel d'utilisation du canon).
  • H. Dv. 481.85 – Merkblatt für die des Munitions der 7,62 cm Panzerjägerkanone 36 (7,62 cm Pak.36), Berlin 11.6.1942 (Description des munitions).
  • Karl R. Pawlas - Die 7,62 cm Pak 36, “Waffen” N ° 84/1992, Journal-Verlag, Nürnberg.
  • Gander, Terry et Chamberlain, Peter. ''Weapons of the Third Reich: An Encyclopedic Survey of All Small Arms, Artillery and Special Weapons of the German Land Forces 1939-1945''. New York: Doubleday, 1979.
  • Hogg, Ian V. German Artillery of World War Two. 2e édition corrigée. Mechanicsville, PA: Stackpole Books, 1997.