Îles Shortland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Îles Shortland
Shortland Island NASA.jpg
Géographie
Pays
Province
Baigné par
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Groupe d'îles (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Origine du nom
John Shortland (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
TGN
Géolocalisation sur la carte : Îles Salomon
(Voir situation sur carte : Îles Salomon)
Point carte.svg

Les îles Shortland (en anglais Shortland Islands) sont un groupe d'îles volcaniques qui appartiennent à la Province occidentale des Salomon. Ainsi nommées par le lieutenant John Shortland qui les découvrit en 1788, elles sont proches de Bougainville.

La plus grande île de l'archipel s'appelle aussi l'île Shortland (initialement appelée Alu). Les autres grandes îles sont Balalae, Faisi, Fauro, Magusaiai, Masamasa, Ovau, Pirumeri et Poporang. Elles ont une superficie de 414 km².

Participation européenne précoce[modifier | modifier le code]

Le groupe d'îles, et la plus grande île, ont été nommés par l'officier de la Royal Navy John Shortland en 1788. Shortland était le commandant naval d'un voyage de 1777-79 de la Première Flotte pour établir une colonie pénitentiaire à Botany Bay, en Australie[1].

L'Allemagne a ensuite revendiqué les îles et les a possédées en tant que partie du protectorat des îles Salomon du Nord jusqu'en 1900.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 30 mars 1942, les navires de guerre japonais entrèrent dans le port de Shortland et débarquèrent deux sections de la force navale spéciale de débarquement sans rencontrer de résistance. Une section est restée dans la région pour commencer à établir la base d'hydravions de Shortland Harbor. Ils établirent la base, les amarrages d'hydravions et les fortifications dans le canal de Tuha et les terres adjacentes dans la partie sud-est de l'île de Shortland, à Faisi et dans la partie nord de Poporang[2].

Dans la nuit du 29 au 30 juin 1943, le USS Montpelier (CL-57) et trois autres croiseurs bombardent l'île de Poporang en préparation de l'invasion de la Nouvelle-Géorgie. Les Alliés envisagent d'envahir la base d'hydravions en août 1943, mais choisissent plutôt de contourner les Shortlands pour Bougainville et les îles du Trésor, laissant les Shortlands sous contrôle japonais jusqu'à la fin de la guerre. Le 1er novembre 1943, le Montpelier bombarde les défenses japonaises de Poporang et de Balalae.

Le 8 janvier 1944, une force alliée composée de deux croiseurs légers et de cinq destroyers bombarde les installations de Faisi, Poporang et les îles Shortland[3]. En mars 1944, des avions du 70e escadron de chasse de l'USAAF utilisent des photographies de reconnaissance prises par le 17e escadron de reconnaissance pour frapper la base d'hydravions, revendiquant huit hydravions et un destroyer de la Marine impériale japonaise[4]. Le 20 mai 1944, le Montpelier a subi de légers dommages par riposte lorsqu'avec deux autres croiseurs légers et huit destroyers, il a bombardé les installations côtières des îles Shortland, Poporang et Magusaiai[3]. Le 1er octobre 1944, la Special Air Task Force (SATFOR)[5] de l'US Navy a lancé quatre drones TDR sur les positions de canons antiaériens de Poporang et Balalae[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur McMartin, Shortland, John (1739 - 1803), Melbourne, Melbourne University Publishing, , 442–443 p. (ISBN 978-0-522-84459-7, lire en ligne)
  2. « Map of target area including Faisi Island and Shortland Island », sur United States Army Air Force, 13th AF, Pacific Wrecks, (consulté le 28 mars 2020)
  3. a b et c Robert Cressman, The official chronology of the U.S. Navy in World War II, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-55750-149-3, OCLC 41977179), « Chapter VI: 1944 »
  4. Kramer J. Rohfleisch, Vol. IV, The Pacific: Guadalcanal to Saipan, August 1942 to July 1944, Chicago, University of Chicago Press, coll. « The Army Air Forces in World War II », , 211–212 p. (OCLC 769332570, lire en ligne), « Chapter 7: The Central Solomons »
  5. Connor Fitzpatrick, « WWII Naval Drone Training », sur Military History of the Upper Great Lakes, Michigan Technological University, (consulté le 28 mars 2020)

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]