Îles San Juan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Îles San Juan
San Juan Islands (en)
Les îles San Juan
Les îles San Juan
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Localisation Nord-Ouest Pacifique
Coordonnées 48° 31′ 55″ N, 123° 01′ 45″ O
Nombre d'îles 700[1]
Administration
États Washington
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Îles San Juan
Îles San Juan

Géolocalisation sur la carte : Washington

(Voir situation sur carte : Washington)
Îles San Juan
Îles San Juan
Île aux États-Unis par État

Les îles San Juan dans l’État de Washington est un archipel dans le nord-ouest des États-Unis d’Amérique.

Composé de 700 îles et îlots[1], l'archipel de San Juan se trouve dans la baie dessinée par l’île de Vancouver (Canada) et le continent à l'ouest l'île de Vancouver et au sud le détroit de Juan de Fuca et la péninsule Olympique. Reconnues par les Espagnols en 1791, occupées par les Anglais en 1792, ces terres sont finalement annexées par les États-Unis en 1872. Les trois îles les plus importantes sont Lopez, San Juan et Orcas ; elles totalisent une population de 16 000 habitants[1]. Elles sont le lieu de villégiature des chefs d'entreprise de Seattle. Le village de Friday Harbor se situe sur l'île de San Juan ; il est relié au continent par des ferries et des hydravions.

Différent frontalier[modifier | modifier le code]

En 1843, la Compagnie britannique de la Baie d'Hudson construit le Fort Camosun à proximité de l'île de Vancouver. Le Traité de l'Oregon avait établi en 1846 le 49e parallèle comme frontière entre le Canada et l’ouest des États-Unis. La frontière coupait le détroit de Géorgie en son milieu, puis, les deux parties ayant convenu que toute l'île de Vancouver resterait britannique bifurquait au sud par le chenal principal du détroit de Juan de Fuca. Le traité ne précisait pas par quel canal la frontière devrait passer entre le détroit de Georgie et le détroit de Juan de Fuca, entraînant un différend frontalier. Ce conflit s'est intensifié dans les années 1850. En 1852, le territoire de l'Oregon créa le Comté d'Island incluant les îles San Juan (ou "archipel Haro"). En 1853, le comté devint une partie du territoire de Washington nouvellement créé.

En 1855, le Territoire de Washington appliquait une taxe foncière sur les propriétés que la Compagnie de la Baie d'Hudson possédait sur l'île de San Juan, mais que celle-ci refusait de payer. Le territoire de Washington a alors vendu les propriétés pour compenser les impôts impayés. Cela a entraîné à des pourparlers entre les gouverneurs du territoire de Washington et la colonie de l'île de Vancouver. Il est vite devenu évident que les États-Unis revendiquaient le détroit de Haro comme frontière internationale, tandis que la Grande-Bretagne revendiquait celui de Rosario. L'escalade du conflit a conduit à la guerre du cochon en 1859 qui a été un affrontement diplomatique prolongé.Cette impasse, sans arguments juridiques clairs, s'est poursuivie jusqu'à ce que la question de la frontière soit finalement confiée en 1871 à l'arbitrage de l'empereur Guillaume Ier d'Allemagne. La frontière par le détroit d'Haro a finalement été établie en 1872.

Les îles San Juan[modifier | modifier le code]

Lopez, l'une des îles de l'archipel de San Juan

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Yves Eudes, « Washington State, l'état de nature », dans Le Monde du 22/07/2006, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]