Île Matthew

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire image illustrant la France image illustrant la Nouvelle-Calédonie
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire, la France et la Nouvelle-Calédonie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Île Matthew
L'île Matthew vue d'avion
L'île Matthew vue d'avion
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Revendication par Drapeau du Vanuatu Vanuatu
Archipel Nouvelle-Calédonie
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 22° 20′ 40″ S, 171° 21′ 20″ E
Superficie 0,7 km2
Point culminant non nommé (177 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Statut Souveraineté française contestée par le Vanuatu

Collectivité sui generis Nouvelle-Calédonie
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC+11:00

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Calédonie)
Île Matthew
Île Matthew
Îles en France

L'île Matthew (parfois francisé en île Matthieu) est une petite île inhabitée du Sud Pacifique, située à 300 km à l'est de la Nouvelle-Calédonie et au sud-est de l'archipel de Vanuatu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du Vanuatu et de la Nouvelle-Calédonie avec l'île Matthew au sud-est.

C'est une île volcanique, partie émergée d'un stratovolcan, s'étendant sur 70 hectares. Elle est en fait constituée par deux petites îles de formes coniques reliées entre elles par un isthme rocheux de 200 mètres de large environ. Sa partie occidentale est composée de laves et de scories, dominée par un sommet dentelé appelé « soufrière Ouest[1] » et culminant à 177 mètres. Sa partie orientale est elle constituée de basalte avec un « piton Est[1] » de 142 mètres de haut.

L'île connait encore une activité volcanique et l'on estime que les deux tiers de sa superficie ont été formés au XXe siècle[1] par des successions d'éruptions (datant de 1828(?), 1849(?), 1945(?), 1966(?) et 1976(?)). Des fumerolles sulfureuses et jaunâtres s'échappent régulièrement de cratères situés au sud-ouest de l'île. La configuration de l'île serait sujette à changement puisque jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'île n'était décrite qu'avec un seul sommet.

Historique[modifier | modifier le code]

La première mention de l'île faite par un Européen est due au capitaine britannique Thomas Gilbert, commandant le navire Charlotte, qui l'aborde le et la nomme d'après le nom de son armateur.

Sa souveraineté entre Anglais et Français resta longtemps incertaine, du fait de l'indifférence pour cet îlot rocheux et aride. Il est possible que c'est l'habitude de placer l'île Matthew sur les cartes de la Nouvelle-Calédonie et de ses dépendances qui a rendu de facto l'îlot français.

Controverse de souveraineté[modifier | modifier le code]

La souveraineté de l'île Matthew, ainsi que celle de l'île Hunter (70 km plus à l'est), est aujourd'hui contestée à la France, qui la rattache à la Nouvelle-Calédonie, par le Vanuatu, qui la rattache à la province de Tafea[2].

Flore et faune[modifier | modifier le code]

La dernière mission scientifique d'envergure a été menée en mai 2013. Le recensement exhaustif des espèces a confirmé le caractère « jeune » de la colonisation de l'île par les plantes et les animaux – en raison de la jeunesse de l'île – ainsi que son mode hautement évolutif et toujours dynamique[1].

Flore[modifier | modifier le code]

Dépourvue d'arbres ou d'arbustes, elle se compose d'environ une trentaine d'espèces différentes de végétaux, dont une quinzaine serait indigène, essentiellement présents dans la partie orientale de l'île, la moins soumise à l'activité volcanique. Les deux espèces les plus fréquentes sont les graminées Chloris sp. et Urochloa subquadripara qui tapissent l'île, ainsi que Cenchrus calyculatus, des fougères Nephrolepis brownii et Microsorum grossum[1].

Faune[modifier | modifier le code]

La faune est essentiellement aviaire, avec la présence des espèces marines : Sterne fuligineuse (Onichoprion fuscata), Noddi gris (Procelsterna albivitta), Noddi brun (Anous stolidus), Puffin du Pacifique (Puffinus pacificus), Phaéton à brins rouges (Phaeton rubricauda), Fou masqué (Sula dactylatra personata), Fou brun (Sula leucogaster plotus) ; mais également terrestres : Hirondelle du Pacifique (Hirundo tahitica), Aigrette à face blanche (Egretta novaehollandiae), Martin chasseur (Halcyoninae), Busard de Gould (Circus approximans), Pluvier fauve (Pluvialis fulva), Tournepierre, Zostérops et Coucou gris (Cuculus canorus)[1].

L'île Matthew est toujours considérée, en 2013, exempte de rongeurs (rat et souris)[1].

Activité humaine[modifier | modifier le code]

L'accès par la mer est difficile et ne peut se faire que par temps calme au niveau de l'isthme central. La Marine nationale française – tout comme des missions scientifiques – visite l'île régulièrement, les accès à terre s'effectuant principalement par hélicoptère de l'armée de l'air de type Puma[3]. En juin 2015, la frégate Vendémiaire a héliporté des soldats français pour réaffirmer sa souveraineté sur l'île[4].

Par ailleurs, Météo-France a installé une station automatique sur cette île en 1979, sous la référence 98818203 (WMO 91598).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Fonfreyde, C., P. Simoni, N. Colombani, J.F. Buteau, C. Huruguen, P. Bachy, J. Baudat-Francesci, N. Vuki, C. Desgrippes et G. Hnaije, Matthew et Hunter : Mission de suivi terrestre – mai 2013, Service de la pêche et de l'environnement marin ; Direction des affaires maritimes de la Nouvelle-Calédonie, 18 juillet 2014.
  2. Un arbitrage onusien pour l’épineux dossier des îles Matthew et Hunter ? dans Tahiti infos le 1er juin 2012.
  3. Ravitaillement du plot carburant de Walpole, sur le site du Ministère de la Défense, 13 septembre 2013.
  4. Mission de souveraineté pour le Vendémiaire sur le site www.colsbleus.fr le 19 juin 2015.