Érable plane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Acer platanoides

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plane (homonymie), Plaine (homonymie) et Érable blanc.

L'Érable plane (Acer platanoides L.) est un arbre de grande taille de la famille des Sapindacées (anciennement Acéracées) fréquent dans les régions montagneuses d'Europe. Il est parfois appelé Érable de Norvège, Iseron, Plane, Main-découpée, Plaine ou Faux Sycomore.

Son nom commun lui vient de la forte ressemblance des feuilles avec celles du platane. À ne pas confondre avec l'espèce voisine Acer pseudoplatanus, érable faux-platane ou sycomore lequel a une écorce formant des plaques se détachant du tronc chez l'arbre adulte.

Description[modifier | modifier le code]

Sa couleur automnale
Feuilles et fleurs

C'est un grand arbre à tige élancée, pouvant atteindre 20 m à 30 m de haut et un diamètre d'environ 8 à 9 m1,8 m de hauteur au-dessus du sol). Le diamètre de son tronc peut atteindre 1 m. Sa durée de vie peut atteindre 200 ans. L'écorce est brune, et présente de nombreuses crevasses longitudinales peu marquées. Ce caractère permet de le distinguer du sycomore dont l'écorce grisâtre se détache en larges plaques. Les feuilles, opposées, caduques, sont palmées avec 5 nervures à lobes très pointus, à dents aiguës, séparés par des sinus arrondis. Ces feuilles, à long pétiole, sont glabres, vertes et luisantes. Elles prennent une très belle teinte jaune à l'automne. Les fleurs vert jaune, groupées en corymbes dressés, apparaissant avant les feuilles. Elles ont cinq sépales soudées, cinq pétales et 8 étamines. Les fruits sont des disamares à ailes horizontales larges très écartées, quasi opposées. En général, l'érable plane commence à fleurir à l'âge de 15-20 ans.

Feuilles

Cet arbre, de croissance très rapide pendant les premières années, rejette facilement de souche quand il est coupé. C'est une essence de lumière préférant des sols riches et pas trop acides. Il aime les sols profonds, frais à humides, calcaires et une atmosphère humide. On le rencontre en général en peuplements disséminés au milieu des autres espèces. Il atteint ses plus belles proportions dans les forêts de feuillus où le chêne, le tilleul et l'orme sont dominants[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est répandue dans presque toute l'Europe de la Scandinavie à l'Espagne et du Benelux à la Russie, ainsi qu'en Asie dans la région du Caucase, en Iran et en Afghanistan. C'est un arbre des zones montagneuses. On le rencontre jusqu'à une altitude de 1 500 m en France.

Introduit et naturalisé ailleurs. Il est considéré comme envahissant en Amérique du Nord.

Utilisation[modifier | modifier le code]

C'est un arbre cultivé comme arbre d'ornement. Il en existe de nombreuses variétés à feuilles décoratives, panachées ou plus ou moins profondément découpées. L'érable est une remarquable plante mellifère, recherchée par les abeilles, car il produit d'importantes quantités de nectar.

Il fournit un excellent bois de chauffage. Ce bois, blanc et assez dur, est utilisé en menuiserie et en tournerie.

Dans certaines régions du Canada, on le retrouve en faible proportion dans les forêts d'érables à sucre. Il peut être entaillé et se retrouver en petite quantité dans la production du sirop d'érable.

La feuille qui est sur le drapeau du Canada est la feuille d'érable à sucre.

Variétés décoratives[modifier | modifier le code]

Variété Schwedleri
  • 'Drummondii' : à feuilles marginées de blanc crème
  • 'Laciniatum' : à feuilles laciniées et crispées
  • 'Columnare' : à port fastigié et petites feuilles
  • 'Schwedleri Nigrum' ou 'Crimson King' : à feuilles plus ou moins pourpres en début de croissance
  • 'Globosum' : à port en boule et petit développement (hauteur 5 - 6 m)

Pathologies foliaires[modifier | modifier le code]

Attaque fongique de la feuille (probablement due à Rhytisma acerinum, sans/avec une co-infection fongique et/ou bactérienne), à l'automne

Les phytopathologies les plus fréquentes concernant le feuillage sont dues à des champignons, dont par exemple :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Denis Godet, Arbres et arbustes aux quatre saisons, Lausanne, Delachaux & Niestlé,

Sur les autres projets Wikimedia :