Émile Bernard (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émile Bernard
Description de l'image Emile Bernard.jpg.
Nom de naissance Jean Émile Auguste Bernard
Naissance
Marseille, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 58 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale organiste et compositeur
Lieux d'activité orgue de Notre-Dame-des-Champs à Paris
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres François Benoist, Antoine-François Marmontel

Divertissement
Émile Bernard, Divertissement pour double quintette à vent, op. 36
1 : Andante et 2 : Allegro
3 : Vivace
4 : Andante et 5 : Allegro
par le Soni Ventorum Wind Quintet (en) et autres artistes
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Émile Bernard, né à Marseille le et mort à Paris le , est un organiste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Émile Auguste Bernard naît le à Marseille[1],[2].

Il fait sa première éducation musicale auprès de sa mère au piano et de son oncle au violon[3]. Il entre ensuite au Conservatoire de Paris, où il obtient un premier prix de piano en 1861, un deuxième prix d'harmonie en 1863, un premier accessit de contrepoint et fugue en 1865 et un premier prix d'orgue en 1867[4]. Il est l'élève d'Antoine-François Marmontel pour le piano et de François Benoist pour l'orgue[1].

Émile Bernard commence sa carrière comme altiste au théâtre du Gymnase, puis est organiste et maître de chapelle dans diverses églises parisiennes avant de devenir titulaire des grandes orgues de Notre-Dame-des-Champs à partir de 1887, poste qu'il occupe jusqu'en 1895[5]. Il a également été un temps secrétaire à l'école Niedermeyer.

Il meurt le à Paris (9e arrondissement)[6],[1].

Comme compositeur, il est l'auteur de plusieurs ouvrages symphoniques et vocaux, de pièces pour piano et d'orgue, et s'est particulièrement distingué dans le domaine de la musique de chambre. Il est d'ailleurs lauréat en 1889 du prix Chartier de l'Institut pour sa production dans le genre[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Virgo singularis, motet à la Sainte Vierge, duo pour ténor et baryton ou basse et chœur avec accompagnement d'orgue, op. 5.
  • La Captivité de Babylone, cantate biblique pour voix de baryton ou mezzo-soprano solo, chœurs et orchestre, paroles de Leon Reed, op. 8.
  • Trois cantiques, pour 1, 2 ou 3 voix égales avec accompagnement d'orgue ad libitum, op. 22.
  • Guillaume le Conquérant, épisode lyrique en deux parties pour baryton et ténor soli, chœur d'hommes et orchestre, paroles de Henri Brière.

Musique symphonique[modifier | modifier le code]

  • Suite pour orchestre no 1, op. 23.
  • Béatrice, ouverture symphonique (d'après Dante), op. 25.
  • Romance pour violon et orchestre (ou piano), op. 27.
  • Concerto pour violon, op. 29, qui est dédié à et a été créé par Pablo de Sarasate en 1884[8].
  • Romance pour flûte et orchestre (ou piano), op. 33.
  • Vénitienne pour violoncelle ou violon et piano, op. 35.
  • Suite pour orchestre no 2, op. 38.
  • Concertstück pour piano et orchestre, op. 40.
  • Andante et rondo pour violoncelle et orchestre (ou piano), op. 43.
  • Nocturne pour piano et orchestre, op. 51.
  • Fantaisie pour piano et orchestre.
  • Hymne pour orgue et orchestre.

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Trio avec piano, op. 30[9].
  • Suite pour piano et violon, op. 34, créée en 1881[10].
  • Divertissement, pour double quintette à vent, op. 36, qui a été écrit pour la Société de musique de chambre pour instruments à vent en 1888[11], et qualifié par Henri Maréchal de « absolument remarquable et d'effet délicieux »[12].
  • Aria pour alto et piano, op. 41, créé en 1892[13].
  • Sonate pour violoncelle et piano, op. 46, créée en 1896[14].
  • Sonate pour piano et violon, op. 48, créée en 1898[15].
  • Quatuor avec piano, op. 50, créé en 1900[16].
  • Quatuor à cordes, op. 52.
  • Quatuor à cordes no 2, op. 57.

Musique instrumentale[modifier | modifier le code]

Piano[modifier | modifier le code]

  • Souvenance, nocturne pour piano op. 9.
  • Trois morceaux caractéristiques pour piano, op. 13.
  • Prélude et Fugue (en sol mineur) pour piano, op. 14.
  • Scherzo, étude de concert pour piano, op. 15.
  • Caprice-Étude pour piano, op. 16.
  • Agitato, étude pour le piano, op. 17.
  • Fête napolitaine, tarentelle pour piano à 4 mains, op. 18.
  • Ronde féerique pour piano, op. 19.
  • Prélude et Fugue en mi mineur pour orgue ou piano, op. 20.
  • Caprice-Polka pour piano, op. 21.
  • Étude et Valse pour piano, op. 28.
  • Deux Impromptus pour piano, op. 32.
  • Album de 5 pièces pour piano, op. 37.
  • Quatre morceaux caractéristiques pour piano à 4 mains, op. 39.
  • Valse-Fantaisie pour piano, op. 42.
  • Plein air, 2 esquisses pour piano op. 49.
  • Deux feuillets d'album pour piano.
  • Preludio e Fugato (en ré mineur) pour piano.

Orgue[modifier | modifier le code]

  • Prélude et Fugue en mi mineur pour orgue ou piano, op. 20.
  • Fantaisie et Fugue (en fa majeur) pour orgue, op. 24, qui a obtenu en 1877 le prix de la Société des Compositeurs de musique[17].
  • Suite (en mi majeur) pour orgue (1881).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Baker et Slonimsky 1995, p. 389.
  2. « Archives numérisées d'état civil des Bouches-du-Rhône, commune de Marseille, 1843, acte de naissance no 1155, vue 38/43 » (consulté le ).
  3. « Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical », sur Gallica, (consulté le ).
  4. Constant Pierre, Le Conservatoire national de musique et de déclamation, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 698
  5. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  6. « Archives numérisées d'état civil de Paris, 1902, 9e arr., acte de décès no 1258, vue 12/31 » (consulté le ).
  7. « Séance publique annuelle / Académie des beaux-arts », sur Gallica, (consulté le ).
  8. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  9. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  10. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  11. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  12. Henri Maréchal, Paris, souvenirs d'un musicien, Paris, Hachette, (lire en ligne), p. 160.
  13. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  14. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  15. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  16. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  17. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :