Élections régionales de 2003 en Hesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 2003 en Hesse
110 députés du Landtag
Majorité absolue : 56 députés
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 330 792
Votants 2 798 534
64,62 %  −1,8
Votes exprimés 2 734 992
Votes nuls 63 542
RKoch.jpg CDU – Roland Koch
Voix 1 333 863
48,77 %
 +5,4
Députés élus 56  +6
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
SPD – Gerhard Bökel
Voix 795 576
29,09 %
 −10,3
Députés élus 33  −13
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Grünen – Tarek Al-Wazir et Evelin Schönhut-Keil
Voix 276 276
10,10 %
 +2,9
Députés élus 12  +4
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
FDP – Ruth Wagner
Voix 216 110
7,90 %
 +2,8
Députés élus 9  +3
16e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Roland Koch
CDU
Roland Koch
CDU
election.de

Les élections régionales de 2003 en Hesse (en allemand : Landtagswahl in Hessen 2003) se tiennent le , afin d'élire les 110 députés de la 16e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans.

Le scrutin est marqué par une victoire de la CDU, qui remporte la seule et unique majorité absolue de son histoire régionale, et la première pour un parti en Hesse depuis . Le ministre-président Roland Koch est reconduit pour un deuxième mandat.

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales du , la CDU de Roland Koch déjoue tous les sondages et arrive en tête avec 43,4 % des suffrages exprimés, soit 50 députés sur 110.

Le SPD du ministre-président Hans Eichel, au pouvoir depuis , reste donc la deuxième force politique du Land avec 39,4 % des voix et 46 parlementaires. Les Grünen, partenaires du SPD, reculent en conservant la troisième place, réunissant 7,2 % des suffrages et huit sièges. Ils sont suivis du FDP de Ruth Wagner, qui manque de peu de se faire bouter hors du Landtag puisqu'il rassemble seulement 5,1 % des exprimés, ce qui lui donne six élus.

Koch peut donc accéder au pouvoir en formant une « coalition noire-jaune » bénéficiant de l'exacte majorité absolue, dans laquelle Wagner est vice-ministre-présidente, ministre de la Science et de la Culture.

Le , quelques heures après avoir quitté le pouvoir, Eichel est appelé au gouvernement fédéral et prend le poste vacant de ministre fédéral des Finances. Il conserve un temps la présidence régionale du Parti social-démocrate, tandis qu'Armin Clauss reste président du groupe parlementaire. Toutefois en , ils cèdent tous les deux leurs responsabilités à l'ancien ministre de l'Intérieur Gerhard Bökel.

Lors d'un référendum convoqué le , les électeurs approuvent l'allongement d'un an de la législature, qui passe donc à cinq ans à partir des élections de .

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag est constitué de 110 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (en allemand : Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 55 circonscriptions ; la seconde voix (en allemand : Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 110 sièges est répartie à la proportionnelle sur la base des secondes voix uniquement, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultat en 1999
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Roland Koch
(Ministre-président)
43,4 % des voix
50 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Gerhard Bökel 39,4 % des voix
46 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis90/Die Grünen
Tarek Al-Wazir et
Evelin Schönhut-Keil
7,2 % des voix
8 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Ruth Wagner
(Ministre de la Science)
5,1 % des voix
6 députés

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages en vue des élections régionales de 2003 en Hesse[1]
Institut Date CDU SPD Verts FDP
Forsa 31/01/2003 49 % 29 % 11 % 8 %
Forsa 27/01/2003 51 % 29 % 10 % 7 %
Forsa 22/01/2003 50 % 31 % 10 % 5 %
Infratest dimap 19/01/2003 48 % 31 % 11 % 7 %
Forschungsgruppe Wahlen 17/01/2003 48 % 32 % 10 % 7 %
Forsa 15/01/2003 48 % 33 % 10 % 5 %
Infratest dimap 09/01/2003 47 % 33 % 10 % 5 %
Forsa 07/01/2003 47 % 32 % 12 % 5 %
Infratest dimap 06/12/2002 49 % 32 % 11 % 5 %
Dernières élections 07/02/1999 43,4 % 39,4 % 7,2 % 5,1 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Résultats des élections de 2003 en Hesse
Partis Circonscriptions Listes Total des sièges
Votes % Sièges +/− Votes % Sièges Total +/−
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 1 411 800 51,99 53 en augmentation 19 1 333 863 48,77 3 56 en augmentation 6
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 898 813 33,10 2 en diminution 19 795 576 29,09 31 33 en diminution 13
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 230 261 8,48 0 en stagnation 276 276 10,10 12 12 en augmentation 4
Parti libéral-démocrate (FDP) 148 632 5,47 0 en stagnation 216 110 7,90 9 9 en augmentation 3
Autres 26 183 0,96 0 en stagnation 113 167 4,14 0 0 en stagnation
Votes valides 2 715 689 97,04 2 734 992 97,73
Votes blancs et nuls 82 845 2,96 63 542 2,27
Total 2 798 534 100 55 en stagnation 2 798 534 100 55 110 en stagnation
Abstentions 1 532 258 32,55 1 532 258 32,55
Nombre d'inscrits / participation 4 330 792 64,62 4 330 792 64,62

Analyse[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Sonntagsfrage – Hessen (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le 10 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]