Élections présidentielle et législatives mexicaines de 2006

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections présidentielle et législatives mexicaines de 2006
Voir et modifier les données sur Wikidata
Corps électoral et résultats
Inscrits 71 374 373
Participation
58,55 %
Felipe Calderon H.jpg Felipe Calderón – Parti action nationale
Voix 15 000 284
35,89 %
Andres manuel lopez obrador oct05.jpg Andrés Manuel López Obrador – Parti de la révolution démocratique
Coalition pour le bien de tous
Voix 14 756 350
35,33 %
Roberto Madrazo.jpg Roberto Madrazo – Parti révolutionnaire institutionnel
Alliance pour le Mexique
Voix 9 301 441
22,26 %
Carte
  •      PAN: Parti Action nationale
  •      PRD: Parti de la révolution démocratique
  • Président
    Sortant Élu
    Vicente Fox Felipe Calderón Hinojosa

    Les élections de 2006 ont eu lieu le dimanche 2 juillet et ont été controversées[1]. Les électeurs devaient désigner :

    • un nouveau président de la république pour une période de six ans et pour succéder à Vicente Fox ;
    • 500 députés dont 300 par un scrutin majoritaire et dont 200 par scrutin proportionnel ;
    • 128 sénateurs : 3 sénateurs par État et 32 sur les listes nationales des partis politiques.

    Élection présidentielle[modifier | modifier le code]

    Huit partis politiques ont participé à l’élection présidentielle de 2006 ; cinq d’entre eux formèrent deux coalitions.

    Le patronat mexicain mène contre Andrés Manuel López Obrador, le candidat du PRD, une campagne médiatique de dénigrement principalement diffusée par les deux grands groupes médiatiques Televisa et TV Azteca : « Si López Obrador devenait président, il nous endetterait encore plus et nous subirions crise économique, dévaluation, chômage. (…) Vous pourriez perdre votre maison et votre emploi... Ne votez pas pour la crise », ou tente de l’assimiler à la révolution bolivarienne vénézuélienne dans des vidéos associant son image à celle du président vénézuélien Hugo Chávez, dans une atmosphère anxiogène de violence[2].

    Candidats[modifier | modifier le code]

    Parti/Coalition Candidat Slogan
    PAN (Mexico).svg Parti Action Nationale Felipe Calderón Hinojosa Para que Vivamos Mejor (« Pour que nous vivions mieux »)
    Logotipo Alianza por el Bien de Todos.png Coalition pour le Bien de Tous (PRD, PT, Convergence) Andrés Manuel López Obrador Por el bien de todos, primero los pobres (« Pour le bien de tous, d'abord les pauvres »)
    Alianza por México.png Alliance pour le Mexique (2006) (PRI, PVEM) Roberto Madrazo Pintado Mover a México para que las cosas se hagan (« Bouger le Mexique pour que les choses se fassent »)
    PASC party.png Alternative sociale-démocrate et paysanne Patricia Mercado Castro Palabra de mujer (« Parole de femme »)
    Nueva Alianza logo.png Nouvelle Alliance Roberto Campa Cifrián Uno de tres (« Un de trois »)

    Résultats[modifier | modifier le code]

    Résultats officiels de l'élection présidentielle mexicaine du [3]
    Inscrits 71 374 373
    Abstentions 29 583 051 41,45 %
    Votants 41 791 322 58,55 %
    Bulletins enregistrés 41 791 322
    Bulletins nuls 904 604 2,16 %
    Suffrages exprimés 40 886 718 97,84 %
    Candidat Parti Suffrages Pourcentage
    Felipe Calderón Hinojosa Parti action nationale 15 000 284 36,69 %
    Andrés Manuel López Obrador Coalition pour le bien de tous (PRD, PT, Convergence) 14 756 350 36,09 %
    Roberto Madrazo Pintado Alliance pour le Mexique (PRI, PVEM) 9 301 441 22,75 %
    Patricia Mercado Castro Alternative sociale-démocrate et paysanne 1 128 850 2,76 %
    Roberto Campa Cifrián Parti nouvelle alliance 401 804 0,98 %
    Candidats non-inscrits Néant 297 989 0,73 %
  •      PAN: Parti Action nationale
  •      PRD: Parti de la révolution démocratique
  • 42 249 541 Mexicains ont voté ; les suffrages ont été décomptés dans 130 477 bureaux de vote par 909 575 citoyens (non fonctionnaires). Le résultat, annoncé par l’IFE (Institut Fédéral Électoral), apparaît très serré : Andrés Manuel López Obrador, le candidat de la Coalition pour le Bien de Tous menée par son parti le Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche), a été déclaré battu, à 0,57 % près, soit 240 822 voix, par son rival du Parti Action nationale (PAN, conservateur), Felipe Calderón Hinojosa.

    Controverse[modifier | modifier le code]

    Plus de la moitié des 130 000 bureaux de vote installés dans le pays présentent des irrégularités, notamment de possibles bourrages d'urnes[4]. En guise d’exemple un représentant du PRD explique que « Dans le 11ème district, dans l’État de Nuevo León, au bureau de vote numéro 397, le procès-verbal mentionne 961 suffrages exprimés. (...) Tout a l'air normal, sauf que la loi prévoit qu'il ne peut y avoir plus de 760 bulletins par bureau de vote. On peut d'ailleurs observer que Felipe Calderón obtient à lui tout seul 786 voix »[4].

    Des observateurs filment des scellés violés, des bulletins valides annulés, des procès-verbaux affichant des taux de participation de plus de 300 %[2]. Selon l'Université nationale autonome du Mexique, « un million et demi de bulletins de vote sont apparus d'on ne sait où, ou bien se sont volatilisés ». Des dizaines de milliers d'électeurs ont été désinscrits des listes électorales, ce qui entraine une nouvelle controverse lorsque des journalistes révèlent que les autorités ont confié la gestion des bases de données électorales à une entreprise proche du Parti action nationale, appartenant au beau-frère de Felipe Calderón[2].

    Andrés Manuel López Obrador a contesté le résultat en raison de fraudes supposées et d’une campagne électorale trop biaisée. Il a demandé un recompte total des voix, ce que la législation mexicaine ne prévoit pas : seul un recompte des bureaux de votes contestés peut être mené. Jusqu’au 13 juillet, 359 recours de non-conformité ont été introduits devant le TEPJF (Tribunal Électoral du Pouvoir Judiciaire de la Fédération), 227 présentés par la Coalition pour le Bien de Tous (PRD-PT-Convergence), 131 par le PAN et 1 par l’Alliance pour le Mexique (PRI-PVEM). Ces recours ont conduit au recompte d’environ 9 % des suffrages.

    Le TEPJF a rejeté le 28 août les accusations de fraude du candidat de la gauche Andrés Manuel López Obrador, laissant quasiment inchangé l’écart de voix, et a validé l’élection le 5 septembre[5]. Il a toutefois admonesté le président sortant Vicente Fox pour avoir mis en péril l’élection en intervenant de manière partisane dans la campagne[6], ce qui est formellement interdit par la Constitution.

    L'Union européenne, par la voix du président de la Commission européenne José Manuel Barroso a exprimée sa "grave préoccupation"[7]. Le ministre néerlandais des affaires étrangère a déclaré qu'« il est important que nous transmettions de la manière la plus claire possible l’inquiétude de l’Union européenne et celle de tous les États membres sur le résultat de l’élection présidentielle"[7]. Avec le recompte de 9 % des bureaux de vote, le résultat final est quasiment inchangé :

    Durant plusieurs mois, une partie du centre-ville est occupée par des manifestants - deux millions de personnes au plus fort de la mobilisation - qui demandent un recomptage des bulletins[2].

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. Élection présidentielle controversée au Mexique
    2. a, b, c et d « Au Mexique, les uns votent, les autres trichent », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
    3. Instituto Federal Electoral, « (es)Estadística de las Elecciones Federales de México 2006 », sur ine.mx (consulté le 2 juin 2015)
    4. a et b John M. Ackerman, Más allá del acceso a la información: transparencia, rendición de cuentas y estado de derecho, Siglo XXI,
    5. (es) TEPJF declara a Calderón presidente electo
    6. (es) Fox puso en riesgo la elección: TEPFJ
    7. a et b Le mexique fracturé sur le site monde-diplomatique.fr

    Voir aussi[modifier | modifier le code]

    Articles connexes[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]