Église protestante française au Liban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'ancien temple (1958-2014)
L'ancien temple (1958-2014) construit d'après les plans de l'architecte français Michel Ecochard.
L'ancien temple (1958-2014) construit d'après les plans de l'architecte français Michel Ecochard.
Présentation
Nom local Eglise protestante française de Beyrouth
Culte Protestant de langue française
Rattachement Fédération protestante de France et CEEEFE
Site web www.epfb.net
Géographie
Pays Drapeau du Liban Liban
Région Koreïtem
Ville Beyrouth
Coordonnées 33° 53′ 31″ nord, 35° 28′ 37″ est

Géolocalisation sur la carte : Liban

(Voir situation sur carte : Liban)
L'ancien temple (1958-2014)

L'Église protestante française de Beyrouth est la seule église protestante d'expression francophone au Liban. Les autres communautés protestantes, nombreuses et diverses sont d'expression arabe et anglophone. L'Eglise protestante française se situe à Koreïtem (Ras Beyrouth). Autrefois, avant la construction des haut buildings du bord de mer, du bas de la corniche, on pouvait voir son temple dit "des Hauts de la Colline". Aujourd'hui, depuis avril 2014, l’Église protestante française attend la construction de son nouveau temple.

Historique[modifier | modifier le code]

Le protestantisme au Liban est riche d'une histoire relativement récente. Les missions presbytériennes américaines fondèrent les premières communautés protestantes au milieu du XIXe siècle ainsi que l'American University of Beirut qui demeure jusqu'à aujourd'hui l'une des institutions universitaires les plus demandées au Liban[1].

Bien que de petits foyers de protestants français existaient à Beyrouth dès la fin du XIXe siècle, c'est à l'issue de la Première Guerre mondiale[2] que l'Église protestante française au Liban vint s'installer au Liban avec l'appui de la Fédération protestante de France avec en parallèle la naissance d'une école : le Collège protestant français[3]. En parallèle, l'église se voit confier la propriété et la gestion du Cimetière protestant français de Beyrouth par le biais de l'article 438[4] du Traité de Versailles (1919)[5].

La cloche qui après la destruction du temple, attendant sa reconstruction, est abritée au Collège protestant français

Depuis, la communauté protestante française portée par le mandat et aussi plus généralement francophone se regroupe dans divers endroits de Beyrouth avant que la paroisse des Hauts de la Colline ne se fixe finalement à Koreytem[3].

Durant l’épisode de la Guerre du Liban (1975-1990), la communauté a continué son ouverture avec le ministère du pasteur Robert Sarkissian de 1970 à 2013[3].

Depuis le début des années 2000, la communauté compte de nombreuses travailleuses domestiques issues du continent africain ainsi que des ressortissants français, suisses ou encore libanais[6].

L’Église agit dans ses missions de diaconat aux côtés des réfugiés syriens depuis 2013 et au quotidien sur le terrain social auprès des travailleuses domestiques[3].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le ministère pastoral est assuré par le pasteur Pierre Lacoste depuis 2013 assisté par un conseil presbytéral dont il est le Président[7].

Offices[modifier | modifier le code]

Tous les dimanches du second dimanche de septembre au premier dimanche de juillet à 10h30.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Elle est membre de:

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]