Église Saint-Benoît-le-Bétourné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Benoît-le-Bétourné
Image illustrative de l'article Église Saint-Benoît-le-Bétourné
Cloître et église Saint-Benoît, en 1810
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction VIe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style dominant Gothique
Date de démolition 1831
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département / Commune Paris
Coordonnées 48° 51′ 00″ N 2° 20′ 40″ E / 48.8498847, 2.344508848° 51′ 00″ Nord 2° 20′ 40″ Est / 48.8498847, 2.3445088

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Benoît-le-Bétourné

L'église Saint-Benoît-le-Bétourné est une église dédiée aux martyrs syriens Serge et Bacchus et fondée au VIe siècle à Paris, sur la rue Saint-Jacques[1],[2] dans l'actuel 5e arrondissement. Elle fut détruite en 1831 pour faire place au théâtre du Panthéon, rasé en 1854[3] pour permettre le percement de la rue des Écoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

La tradition voulait que Denis de Paris (qui en serait le fondateur selon Raoul de Presles[Lequel ?])[réf. insuffisante] se fût arrêté en ce lieu, après son martyre et sa décapitation, lors de son périple, emportant sa tête coupée dans ses mains... Il aurait alors prononcé une bénédiction en professant le dogme de la Sainte Trinité avant de dédier le lieu au « Benoît Sire Dieu ». Par déformation sémantique, il semble acquis que dès le XIIIe siècle que le patronage de l'église passa à Benoît de Nursie.

Alors que la tradition exigeait une orientation Est-Ouest, une erreur du maître compagnon architecte-bâtisseur fût de construire le chœur de cette église à l'ouest, ce qui lui valut d'être appelée « le bétourné » (pour « mal tourné », ou « détourné »).

Vers 1280-1300, elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme Saint-Beneoit le bestourné.

François Ier rétablit au commencement du XVIe siècle le sens habituel et elle prit alors le nom de "le bistourné" (pour « tourné deux fois ») et par déformation (peut-être pour se rapprocher de son nom ancien entré dans les mœurs), elle fut aussi nommée « le bestourné ».

Pendant le règne de saint Louis, le cloître accueillait un marché public. Le roi autorise également les chanoines de Notre-Dame à percevoir dans ce marché un droit sur le pain et le vin. Les granges du vaste cloître de Saint-Benoit permettait de stocker les redevances en grains et en vins dues aux chanoines. Les propriétés provenant du chapitre Saint-Benoit ont été vendues les 5, 8 octobre 1791 et 9 vendémiaire an VII (30 septembre 1798)[4]. Elle est transformée en magasin à fourrage en 1790 par les révolutionnaires, puis détruite en 1854 lors du percement de la rue des Écoles.

Guillaume de Villon, tuteur de François Villon y fut notamment chapelain.

L'église était au Moyen Âge un lieu de dévotion à saint Mathurin qui était réputé guérir les fous et les possédés. Un autel lui était dédié. On y amenait toutes sortes de malades mentaux dans l'espoir d'obtenir leur guérison.

C'est dans l'église Saint-Benoît-le-Bétourné que Charles Perrault a été inhumé.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 43e quartier Sorbonne, îlots nos 13 et 14, échelle 1/250, F/31/93/50
  2. Le vieux Paris. Plan topographique de la montagne Ste-Geneviève à Paris du XVIe au XIXe siècle avec texte explicatif, 1874 [lire en ligne]
  3. « Théâtre du Panthéon, Paris (data.bnf.fr) » (consulté le 9 septembre 2014)
  4. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 64 [lire en ligne]