École d'économie de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École d'économie de Paris
Image illustrative de l'article École d'économie de Paris
Devise La science économique au service de la société
Nom original École d'économie de Paris
Informations
Fondation 2006
Type Fondation de coopération scientifique
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 21″ Nord 2° 19′ 52″ Est / 48.822444, 2.331222
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Campus Boulevard Jourdan, Paris
Direction
Président Jean-Pierre Danthine
Directeur Pierre-Yves Geoffard
Chiffres clés
Chercheurs 150
Postgraduates 300
Niveau Master
Doctorat
Divers
Site web www.parisschoolofeconomics.eu

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
École d'économie de Paris

L’École d’économie de Paris (EEP), aussi appelée par sa traduction anglaise Paris School of Economics, est un réseau thématique de recherche avancée créée en 2006 sous la forme juridique d'une fondation de coopération scientifique. Elle a pour vocation de former des économistes, et de contribuer à la recherche en économie en France.

Statut et mission[modifier | modifier le code]

Fondée par l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’École normale supérieure de la rue d'Ulm, l’École nationale des ponts et chaussées, l’université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), elle est située sur le campus de Jourdan dans le 14e arrondissement de Paris et sur une partie du campus Centre d'Économie de la Sorbonne, dans le 13e arrondissement de Paris.

Annoncée fin septembre 2005, la création de l’École d’économie de Paris (EEP) s’inscrit dans un mouvement de coordination de plusieurs centres de recherche en sciences sociales de la région parisienne, qui vise à accroître leur visibilité internationale. Elle est dirigée par un conseil d'administration[1], et son conseil scientifique réunit des chercheurs réputés.

L’École d’économie de Paris se spécialise dans les domaines de l’économie, de l’analyse des politiques publiques, de l'économie théorique et comportementale, de la macroéconomie internationale, de l'histoire économique et des problématiques liées à la mondialisation et au développement. Parmi ses objectifs, "ouvrir la science économique vers l'extérieur"[2] par l'exploration de ses frontières avec d'autres disciplines, notamment la psychologie et l'histoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de PSE-École d’économie de Paris est l’aboutissement d’un long processus de rapprochement de fusion d’unités de recherche et d’enseignement, initié au durant les années 1980.

  • 1988: Création du DELTA, réunion du Centre d’Économie Quantitative et Comparative de l’EHESS et du Laboratoire d’Économie Politique de l’ENS. Différents laboratoires rejoignent le DELTA sur le campus Jourdan : Le Laboratoire d’économie appliquée de l’INRA (1998), puis le Laboratoire des Sciences Sociales de l’ENS (1998), le CEPREMAP (2001 - créé en 1967) et le CERAS (2002).
  • 2005: Quatre unités de recherche en économie présentes sur le campus Jourdan (DELTA, CERAS, Unités de recherche du Cepremap) fusionnent pour devenir une seule Unité Mixte de Recherche, le laboratoire Paris-Jourdan Sciences Economiques (PSE). C'est également l'année de la naissance de l’Association de Préfiguration de l’École d’Économie de Paris, qui fédère l’ensemble des entités du campus Jourdan ainsi que le futur Centre d’Économie de la Sorbonne. Son directeur est Thomas Piketty.
  • 2006: Les unités de recherche de l’université Paris I se regroupent dans une UMR commune, le Centre d’économie de la Sorbonne (CES). Le Centre Maurice Halbwachs qui abrite plusieurs équipes de chercheurs en sociologie et anthropologie s’installe sur le campus Jourdan. Le décret portant création de la Fondation École d’économie de Paris paraît le 21 décembre.
  • 2007: Après trois années consacrées à la création de PSE, Thomas Piketty choisit de retourner à la recherche. Il est remplacé en tant que Directeur par François Bourguignon, jusqu’alors Vice-Président, Chief Economist de la Banque mondiale.
  • 2013: Le 1er février 2013, Pierre-Yves Geoffard est devenu le nouveau directeur de PSE-École d’économie de Paris, à la suite de François Bourguignon. La fondation est présidée par Roger Guesnerie.
  • 2015: Le 3 septembre 2015, Roger Guesnerie, professeur au Collège de France et président de PSE depuis sa création en décembre 2006, quitte ses fonctions à la tête de l’institution. Jean-Pierre Danthine, ancien vice-président de la Banque Nationale Suisse, prend sa succession.

Approche[modifier | modifier le code]

Ne souhaitant pas constituer une école à part entière et ne pouvant délivrer ses propres diplômes (elle organise la préparation de 3 masters et deux doctorats délivrés par l'EHESS ou l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)[3], l’École d’économie de Paris s'est, dès sa création positionnée pour constituer un centre de recherche de réputation mondiale, par trois approches:

  • réunir des enseignants réputés à l'international (par exemple, parmi ses fondateurs, François Bourguignon, directeur d'études à l'EHESS, ancien économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale, Roger Guesnerie, professeur au Collège de France et directeur d'études à l'EHESS, Daniel Cohen, professeur à l'École normale supérieure, et Thomas Piketty, directeur d'études à l'EHESS.
  • s'appuyer sur une équipe de professeurs ayant fait leur doctorat dans les meilleures universités américaines[4].
  • l'enseignement dans les masters est dispensé presque entièrement en anglais, pour faciliter les candidatures internationales : 70 % des candidats et 30 à 40 % des étudiants de masters sont étrangers, proportion qui monte à 50 % en doctorat[5].
  • travailler avec des masters cohabilités par les meilleures écoles d'ingénieurs ou scientifiques: École normale supérieure de la rue d'Ulm, École polytechnique, École nationale des ponts et chaussées, HEC Paris, l'École des hautes études en sciences sociales, ENSAE.

Offre de formations[modifier | modifier le code]

Masters[modifier | modifier le code]

Master Analyse et Politique Économique (APE)[modifier | modifier le code]

Ce diplôme[6] est labellisé par l'École d'économie de Paris et co-habilité par :

Le programme de master APE propose une formation généraliste à la recherche en économie théorique et appliquée.

Master Économie Théorique et Empirique (ETE)[modifier | modifier le code]

À partir de septembre 2016, ETE est désormais conduit au sein du programme APE. Ce diplôme[7] est labellisé par l'École d'économie de Paris et l'Université Paris 1 : Panthéon Sorbonne. Il offre à une soixantaine d'étudiants une formation à la recherche économique par la recherche et propose des spécialisations en macroéconomie, microéconomie ou économie internationale. Le Master ETE s’appuie sur le Magistère d’Économie de Paris 1, est co-habilité par l'École normale supérieure de Cachan (ENS Cachan) et tire parti d’une convention renforcée avec l’ENSAE.

Master Politiques Publiques et Développement (PPD)[modifier | modifier le code]

Ce diplôme[8] est labellisé par l'École d'économie de Paris et co-habilité par :

Le master PPD propose une formation dans le domaine de l'évaluation de l’action publique dans les pays développés ou en développement.

Ce programme est principalement financé par l'Institut des Recherche pour le Développement et bénéficie de l'appui du J-PAL Europe et du Cepremap.

Doctorat[modifier | modifier le code]

Le programme doctoral[9], d’une durée moyenne de 3 ans, est dédié à la rédaction d’une thèse au sein d’une des unités de recherche de PSE. Ce programme est organisé au sein de l’École Doctorale d’Économie (ED465)[10] qui rassemble les équipes de recherche dans le domaine de l’économie et des disciplines connexes (mathématiques, statistiques et sociologie) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, de l’EHESS, de l’ENS et de l’École des Ponts-ParisTech.

Durant la préparation de leurs thèses, les étudiants s’initient à la recherche en rédigeant plusieurs articles sur des thèmes choisis parmi le large éventail de spécialités représentées à l’École et en participant aux séminaires et à la vie scientifique de la fondation.

Les étudiants peuvent accéder à ce programme doctoral après avoir validé l’un des trois masters labellisés par PSE : APE, ETE ou PPD.

Partenariats internationaux[modifier | modifier le code]

L'école d'économie de Paris possède des accords bi-latéraux d'échanges, accessible aux élèves en Master et en Doctorat, avec New York University et Berkeley[11].

Elle est également membre de nombreux réseaux d'échanges tel que :

  • Economic Behavior and Interaction Models (EBIM)

Partenaires : Université de Bielefeld

  • European Doctorate in Economics Erasmus Mundus (EDEEM)

Partenaires : Universités d’Amsterdam, Bielefeld, Nova de Lisboa, Louvain, Foscari Venezia

  • Programme doctoral européen en économie quantitative (EDP)

Partenaires : IUF Florence, London School of Economics (LSE), Universités de Bonn, Louvain, Tel-Aviv, Pompeu Fabra

  • Policy Design and Evaluation Research in Developing Countries (PODER)

Partenaires : Bocconi, London School of Economics (LSE), Stockholm, N-D de la Paix, Pompeu Fabra, Cape Town

  • Quantitative Economics Doctorate (QED)

Partenaires : Universités d’Alicante, d’Amsterdam, Bielefeld, Copenhague, Nova de Lisboa, Venise, Vienne

Reconnaissances[modifier | modifier le code]

L'école est classée 7e département d'économie du monde par REPEC et considérée comme le 2e en Europe et premier en France. Les deux médailles John Bates Clark décernées à des Français l'ont été en 2009 et 2010 à des anciens élèves et désormais intervenants à l'école : Esther Duflo et Emmanuel Saez.

Sélection d'enseignants[modifier | modifier le code]

Conseil scientifique[modifier | modifier le code]

  • Robert Allen (Oxford University)
  • Jess Benhabib (New-York University)
  • Francesco Billari (Nuffield College Oxford University)
  • Pierre-André Chiappori (Columbia University)
  • Rodolphe Dos Santos (Université de Strasbourg)
  • Jordi Gali (CREI Barcelone – University of Pompeu Fabra)
  • Duncan Gallie (Nuffield College Oxford University)
  • Oliver Hart (Harvard University)
  • Naomi Lamoreaux (University of California)
  • Sir James Mirrlees (Chinese University of Hong Kong)
  • Patrick Rey (Institut d’Économie Industrielle de Toulouse)
  • Dani Rodrik (J.F. Kennedy School of Government – Harvard University)
  • Amartya Sen (Harvard University)
  • Viviana A. Zelizer (Princeton University)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paris school of economics (PSE) - École d'économie de Paris (EEP)
  2. Coopération PSE avec le laboratoire OSE, dans l'approche pluridisciplinaire [1]
  3. parisschoolofeconomics [PDF]
  4. http://www.parisschoolofeconomics.eu/fr/chercheurs-et-enseignants/membres-associes/
  5. Pierre-Yves Geoffard, directeur de l’École d’économie de Paris, interviewé par Olivier Rollot dans Le Monde du 18 avril 2014 [2]
  6. « APE - Analyse et Politique Economiques - PSE-Ecole d'économie de Paris », sur www.parisschoolofeconomics.eu (consulté le 2 décembre 2015)
  7. « ETE - Economie Théorique et Empirique - PSE-Ecole d'économie de Paris », sur www.parisschoolofeconomics.eu (consulté le 2 décembre 2015)
  8. « PPD - Politiques Publiques et Développement - PSE-Ecole d'économie de Paris », sur www.parisschoolofeconomics.eu (consulté le 2 décembre 2015)
  9. « Doctorat - PSE-Ecole d'économie de Paris », sur www.parisschoolofeconomics.eu (consulté le 2 décembre 2015)
  10. « Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Économie (ED 465) », sur www.univ-paris1.fr (consulté le 2 décembre 2015)
  11. « Programmes d'échanges internationaux - PSE-Ecole d'économie de Paris », sur www.parisschoolofeconomics.eu (consulté le 2 décembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]