Æthelberht II de Kent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ethelbert.

Æthelberht II
Illustration.
L'ascendance d'Æthelberht II est retracée jusqu'au dieu Woden et son père Frealeaf dans cette recension de l'« Anglian collection ».
Titre
Roi de Kent
Avec Eadberht Ier (et Alric ?)
Prédécesseur Wihtred
Successeur Eadberht II ?
Biographie
Dynastie Oiscingas
Date de décès
Père Wihtred
Fratrie Alric
Eadberht Ier
Enfants Eadberht II ?
Liste des rois de Kent

Æthelberht II est roi de Kent de 725 à sa mort, en 762.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'après l'Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable, Æthelberht est l'un des trois fils et héritiers du roi Wihtred, aux côtés de ses deux frères Alric et Eadberht Ier[1]. Il s'agit de la dernière mention du royaume de Kent dans le texte de Bède[2]. Les trois princes pourraient être montés sur le trône ensemble à la mort de leur père, en 725, mais contrairement à Eadberht et Æthelberht, Alric n'est mentionné dans aucune autre source[2],[3]. Il est possible que le partage se soit seulement effectué entre Eadberht et Æthelberht, ce dernier régnant sur la moitié orientale du Kent, autour de Canterbury, et possédant l'ascendance sur son frère, dont le domaine couvre la moitié occidentale du Kent, autour de Rochester[4]. Une charte de 738 témoigne de la prééminence d'Æthelberht : l'évêque de Rochester Eardwulf, ayant reçu des terres en don d'Eadberht, vient chercher confirmation de ce don auprès d'Æthelberht[5],[6].

Bien qu'il soit contemporain du puissant roi de Mercie Æthelbald (r. 716-757), Æthelberht ne semble jamais lui avoir été soumis[5],[7]. La Chronique anglo-saxonne rapporte la mort d'Æthelberht en 762[8]. Il est possible qu'il soit le père d'Eadberht II, qui apparaît comme roi du Kent occidental peu après[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bède le Vénérable 1995, livre V, chapitre 23.
  2. a et b Yorke 1990, p. 30.
  3. Kirby 1992, p. 7.
  4. a et b Kelly 2004.
  5. a et b Kirby 2000, p. 112-113.
  6. (en) « S 27 », sur anglo-saxons.net (consulté le 22 février 2018).
  7. Yorke 1990, p. 31.
  8. Swanton 1996, p. 50-51.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]