Unité spéciale de la garde nationale (Tunisie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unité spéciale de la garde nationale
Période 1982
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Allégeance Garde nationale tunisienne
Type Force spéciale
Rôle Lutte antiterrorisme
Fait partie de Direction générale de la garde nationale
Garnison Bir Bouregba
Ancienne dénomination Unité commandos
Couleurs Selon le terrain d'activité
Devise « Celui qui ose gagne »

L'unité spéciale de la garde nationale (USGN) est l'unité d'élite de la garde nationale tunisienne spécialisée dans des opérations paramilitaires, particulièrement contre le terrorisme. Son rôle est l'intervention et l'action dans diverses situations armées et prises d'otage sur différentes plateformes (bateaux, avions, zones urbaines, etc.).

L'USGN est basée à l'école de la garde nationale de Bir Bouregba. L'adhésion à l'unité impose des efforts physiques très importants et rares sont ceux qui réunissent les aptitudes physique, psychologique et psychotechnique nécessaires. L'unité recrute à partir des meilleurs éléments de la garde nationale.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée sous la présidence de Habib Bourguiba en 1982, avec une aide du gouvernement américain, cette unité se spécialise dans la lutte antiterroriste et la résolution des prises d’otages, autant dans les zones urbaines que dans les milieux ruraux ou forestiers, voire maritimes. Le but, à l’époque, est de créer une petite unité entraînée et bien équipée d’une cinquantaine d’hommes pour traiter les cas de terrorisme sur le modèle SWAT (Special Weapons And Tactics)[1].

Chefs de l'USGN[modifier | modifier le code]

  • Colonel Khemaïs Ben Khedher : 1980-1982
  • Colonel Mohamed Mhamdi : 1983-2007
  • Colonel Arbi Lakhal : 2007-2012
  • Colonel Gharbi Houssine : à partir de 2012

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kamel Abdelhamid, « Tunisie : qui sont les « Ninjas » qui ont mené l’assaut de vendredi ? », sur http://www.impact24.info,‎ 29 octobre 2014 (consulté le 30 octobre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]