Lalitā

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tripurasundari)
Aller à : navigation, rechercher
Statue en basalte de Lalitā (British Museum).

Lalitā (sanskrit IAST), la « Bien aimée, Charmante[1] », aussi appelée Tripurasundarī, « Splendeur des trois villes (au delà du mirage de Māyā)[1] » est dans le shaktisme une manifestation tantrique de la déesse Durgā[2] ou Pārvatī[3], symbolisant la « Joie Divine imprégnant l'Univers[1] ».

Lalita est aussi le nom d'une gopi[4].

Textes[modifier | modifier le code]

Le Brahmanda Purana (en) consacre pratiquement tout le livre IV à l'histoire de Lalitā[3].

Le Lalitā Trishati (Les 300 noms de Lalitā[5]) est un commentaire attribué à Adi Shankara[3].

Culte[modifier | modifier le code]

Le culte de Lalitā est réalisé par l'intermédiaire d'offrandes (pūjā), méditations sur un shri yantra et récitations d'un mantra[6].

En tant que Devī, par rapport à la déesse Kālī, l'adoration de Lalitā serait plus répandue dans les milieux hindous cultivés et orthodoxes[3].

Elle est fêtée durant Navratri.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Représentation populaire dans les années 1920.

La déesse a quatre bras qui tiennent un arc en canne à sucre (symbole du manas), des flèches de fleurs (symbole du monde sensible), un filet (symbole du désir) et une massue (symbole de la colère)[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) V. R. Ramachandra Dikshitar (en), The Lalitā Cult, Motilal Banarsidass Publishers,‎ 1942 (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Dictionnaire Héritage du Sanscrit de Gérard Huet (en ligne).
  2. Louis Frédéric, Dictionnaire de la civilisation indienne, Robert Laffont,‎ 1987 (ISBN 2-221-01258-5).
  3. a, b, c et d (en) V. R. Ramachandra Dikshitar, The Lalitā Cult, Motilal Banarsidass Publishers,‎ 1942 (lire en ligne).
  4. (en) « Lalita (gopi) » sur en.wikipedia.org.
  5. [PDF] Lalitā trishati en sanskrit devanagari.
  6. a et b Jan Gonda, Les religions de l'Inde, II : L'Hindouisme récent, Payot,‎ 1985, p. 68-69.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]