Tresivio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tresivio
Blason de Tresivio
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lombardy.svg Lombardie 
Province Sondrio 
Code postal 23020
Code ISTAT 014070
Code cadastral L392
Préfixe tel. 0342
Démographie
Gentilé tresiviaschi ou Tresiviesi
Population 2 024 hab. (31-12-2010[1])
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 00″ N 9° 57′ 00″ E / 46.16667, 9.95 ()46° 10′ 00″ Nord 9° 57′ 00″ Est / 46.16667, 9.95 ()  
Altitude Min. 520 m – Max. 520 m
Superficie 1 500 ha = 15 km2
Divers
Saint patron San Pietro et San Paolo
Fête patronale 29 juin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

Voir sur la carte administrative de Lombardie
City locator 14.svg
Tresivio

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Tresivio

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Tresivio
Liens
Site web http://www.comune.tresivio.so.it

Tresivio est une commune de la province de Sondrio dans la région Lombardie en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la Valteline, au nord de la plaine du , Tresivio se trouve au pied des montagnes (massif de la Bernina) qui séparent la Suisse (canton des Grisons - en italien : Grigioni et canton du Tessin - en italien : Ticino -)

Histoire[modifier | modifier le code]

Tresivio est un village dont les origines remontent au temps des civilisations Étrusques, vers la fin du VIIe siècle av. J.-C. : la stèle trouvée en 1871, en contrebas de la butte du Calvario, et les répertoires romains sont là pour l’attester.

En 1016, le village est nommé Trecive (du latin tres viae = trois rues) et en 1022, il porte le nom de Tresivi (du mot lombard-oriental qui signifie mangeoire). Le toponyme de Tresivio est cité dans des documents datant du XIe siècle.

Le conflit opposant les Guelfes (Guelfi) et les Gibelins (Ghibellini) (1125-1300) entraînèrent le déclin de toute la région, avec de nombreuses destructions d’édifices.

À la fin du Moyen Âge (1395-1500), le village connut un essor important, il était capoluogo (chef-lieu) du Valtellina, vaste province, qui comprenait les communes de Montagna, de Faedo, de Poggiridenti, de Boffetto, de Piateda, de Ponte, de Sazzo, de Castionetto, de Chiuro et de Castello dell’Acqua, sous le contrôle des familles Visconti (1395-1447) et Sforza (1450-1500) : seigneurs du Valtellina, et qui fut pendant trois ans contrôlée par la République ambrosienne (1447-1450).

L’archevêché de Côme possédait des grandes propriétés dans la région, et chaque archevêque se devait de résider trois mois par an dans le palais Vescovile à Tresivio.

De 1487 à 1513, à l’occasion de la deuxième invasion des Grisons, le village est pillé et subit de nouvelles destructions.
Ce n’est qu’en 1620, à la suite des révoltes contre les Grisons, épisodes sanglants (« Sacro Macello » = sacrée boucherie) dans toute la région, que le village fut libéré par Giovanni Guicciardi (19/07/1620).

Les ravages de la peste en 1630 seront à l’origine de la construction du sanctuaire de Santacasa qui devient le symbole de la dévotion de la communauté du Valtellina à la Vierge Marie.

Après la guerre de Trente Ans, et de nombreux conflits dans toute la région, ce n’est qu’en 1807, lorsque Napoléon rattacha de façon autoritaire la Valteline à la République cisalpine, que la région connut, enfin, une stabilité politique.

Économie[modifier | modifier le code]

L’activité économique de la région est basée sur l’élevage (porcs) et la culture (vigne, pommes, kiwis récemment introduits dans l’agriculture)

Monuments[modifier | modifier le code]

Tresivio
Santa Casa

Les monuments sont avant tout marqués par l’influence de la religion catholique avec de nombreuses chapelles et calvaires. L’intérêt touristique peut être accentué par les fresques qui décorent certains monuments (fresque al Torchio, fresque Via Foppa, fresque Via Rodola). On peut citer parmi les édifices : l’église Sant Tomaso, le sanctuaire Santa Casa, le Calvario.


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 juin 2004 en cours Vittorio Giumelli    
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Ruelle de Piedo

Centro, Sant Antonio, Piedo, Sant Tomaso, Santa Casa, Calvario, Cà Masotti, Sant Abondio

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montagna in Valtellina, Piateda, Poggiridenti, Ponte in Valtellina, Chiuro

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.