Traité de Greenville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 06′ 28″ N 84° 37′ 54″ O / 40.10782, -84.63155

Première page du Traité de Greenville.

Le Traité de Greenville fut signé à Fort Greenville (actuellement Greenville (Ohio)) le 3 août 1795 entre une coalition d'Amérindiens et les États-Unis suite à la perte par les Indiens de la bataille de Fallen Timbers. Cela mit fin à la Guerre amérindienne du Nord-Ouest. Les États-Unis étaient représentés par le général Anthony Wayne qui remporta la bataille contre les amérindiens après avoir détruit leurs villages un an plus tôt à Fallen Timbers. En échange de marchandises diverses (couvertures, ustensiles, animaux domestiques, ...) d'une valeur approximative de 20 000 dollars, les Amérindiens offrirent un territoire couvrant l'État actuel de l'Ohio, un site couvrant l'actuel centre de Chicago et une portion de la ville de Détroit.

Peinture du traité par un des officiers d'Anthony Wayne.

Les leaders amérindiens ayant signé le traité comportaient des membres des tribus :

Le traité a établi la "Frontière du traité de Greenville" qui fit office de frontière durant plusieurs années entre les terres colonisées par les blancs et les terres amérindiennes. La limite fut néanmoins souvent franchie par les colons blancs qui bafouaient les termes du traité. La frontière commençaient à Cleveland jusque Carrollton (Kentucky) en passant par Bolivar.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]