Teru Miyamoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Teru Miyamoto (宮本 輝, Miyamoto Teru?) est un écrivain japonais né le 6 mars 1947 à Kōbe, préfecture de Hyōgo.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Comme Kenji Nakagami ou Haruki Murakami, il appartient à la génération des écrivains japonais nés après la fin de la seconde guerre mondiale et dont l'enfance s'est déroulée pendant les années de reconstruction. Il fait des études universitaires dans des établissements privés d'Osaka. En 1970, il devient rédacteur publicitaire, emploi qu'il occupe cinq ans. Il commence alors à écrire. Il fréquente un cercle littéraire amateur qui, comme beaucoup d'autres, publie une revue à diffusion limitée (en l'occurrence, celle-là s'appelait « Mes amis »). Ses deux premiers romans furent publiés, à quelques mois d'intervalle, dans la revue Bungei Tenbô (Perspectives littéraires) en 1977. Un troisième texte, est publié en 1978, Dotonbori gawa, et constitue le troisième volet de la Trilogie des rivières[1].

Quelques textes de Teru Miyamoto ont été traduits en français par Philippe Deniau et Maria Grey, et sont publiés aux éditions Philippe Picquier.

Quelques titres[modifier | modifier le code]

  • Doro no kawa (« La rivière aux lucioles ») (1977)
  • Hotaru gawa (« Le fleuve de boue ») (1978)
  • Dotonbori gawa (« La Dotonbori ») (1978)
  • Kinshu (« Le brocart ») (1982)
  • Maboroshi no Hikari a été transposé au cinéma en 1995 par le réalisateur Hirokazu Kore-eda. Le titre anglais en est Maborosi.

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Informations extraites de la préface du livre La rivière aux lucioles, éd. Philippe Picquier, 1991