Tai-chi style Yang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le style Yang (楊氏, yángshì) est le style de tai-chi-chuan le plus pratiqué en Occident. La forme la plus connue est celle à quatre-vingt-huit pas, parfois appelée « forme longue », par opposition aux formes plus courtes de Pékin et de Cheng Man Ching.

Les formes du style Yang sont moins martiales en apparence, les mouvements lents. Toutefois, un enseignement complet comporte toujours des applications martiales et souvent des formes avec des armes.

Historique du tai-chi-chuan style Yang[modifier | modifier le code]

C'est pendant le règne de Qianlong (1735-1795), quatrième empereur de la dynastie Qing que l'on vit opérer Wang Zongyue, un des plus grands maîtres de tai-chi-chuan dont on nous ait transmis le nom, et, selon la tradition, auteur d'un célèbre écrit intitulé Traité classique de tai-chi-chuan.

Dans les premières décennies du XIXe siècle, le tai-chi-chuan n'était enseigné qu'à quelques élèves par les membres de la famille Chen qui vivaient à Chenjiagou, village de la province du Henan. Puisque les membres de la famille Chen n'acceptaient pas d'étrangers parmi leurs élèves, Yang Luchan eut recours à un stratagème en se faisant embaucher comme domestique dans cette famille et il épia ses leçons pendant longtemps, pour ensuite s'entraîner en cachette pendant la nuit.

Le maître finalement le découvrit mais, étonné par l'habileté montrée par le jeune et rusé domestique, il décida de l'accepter parmi ses élèves. Yang Luchang devint en peu de temps le meilleur d'entre eux et, d'après la légende, était invincible. Il s'installa ensuite à Pékin où il ouvrit une école et commença à enseigner son art. Son style avait moins de variations de vitesse que celui de ses maîtres.

La forme courte[modifier | modifier le code]

Cheng Man Ching développa la forme en trente-sept pas dans les années 1940. Elle s'est répandue surtout aux USA. Elle est plus courte que la forme traditionnelle : dix minutes pour l'exécuter au lieu de vingt-cinq à trente minutes pour la « forme longue ». IL a réduit le nombre de répétitions de mouvements.

Quand on parle de forme courte, il faut y inclure la petite forme de Pékin en 24 mouvements ainsi que les formes de compétitions, qui sont des formes dites "nouvelles" par opposition aux formes traditionnelles qui sont plus longues.

Mouvements de la forme de Pékin[modifier | modifier le code]

Le tai-chi style Yang comprend des enchaînements spécifiques dont l'une, développée au XXe siècle : la forme des vingt-quatre mouvements de Pékin.

Tableau comparatif des trois principales formes du style Yang[modifier | modifier le code]

Formes du style Yang
Forme longue

85 pas

Forme

Cheng Man Ching

37 pas

Forme de Pékin

24 pas

Préparation Préparation Préparation
Ouverture du Tai-ji Ouverture Séparer la crinière du cheval sauvage
Saisir la queue de l'oiseau Saisir la queue de l'oiseau, parer gauche La grue blanche déploie ses ailes
Simple fouet Saisir la queue de l'oiseau, parer droite Effleurer le genou gauche, droite, gauche
Elever les mains Saisir la queue de l'oiseau, roll back Jouer la guitare
La grue blanche déploie ses ailes Saisir la queue de l'oiseau, presser Reculer et repousser le singe
Pas en avant et brosser le genou gauche Saisir la queue de l'oiseau, pousser Tenir le ballon, rouler, presser, pousser, gauche, droite
Jouer guitare Simple fouet Simple fouet
Pas en avant et brosser le genou (gauche, droit, gauche) Lever les mains Mouvoir les mains comme les nuages, gauche, droite, gauche
Jouer guitare Pencher en avant Simple fouet
Pas en avant et brosser le genou gauche La grue blanche déploie ses ailes Caresser la crinière du cheval
Pas en avant, parer et donner un coup de poing Brosser le genou à gauche Séparer le pied droit
Sceller et fermer en apparence Jouer guitare Frapper des deux poings
Croiser les mains Pas en avant, parer et donner un coup der poing, parer et pousser Pivoter et séparer le pied gauche
Embrasser le tigre et retourner à la montagne Retrait et pousser Le coq d'or se tient sur une patte
Le poing sous le coude Croiser les mains S'accroupir
Reculer et repousser le singe (droite, gauche, droite) Embrasser le tigre et retourner à la montagne Le coq d'or se tient sur une patte
Le geste du vol oblique Le poing sous le coude La jolie dame tisse et lance la navette, droite, gauche
Élever les mains Reculer et repousser le singe, droite Saisir l'aiguille au fond de la mer
La grue blanche déploie ses ailes Reculer et repousser le singe, gauche L'éventail se rétracte
Pas en avant et brosser le genou gauche Vol oblique Pivoter et frapper
L'aiguille au fond de la mer Mouvoir les mains comme des nuages, droite Parer et donner un coup de poing, se retirer et pousser
Déployer l'éventail depuis le dos Mouvoir les mains comme des nuages, gauche Croiser les mains
Se retourner et lancer le poing en arrière Simple fouet clore l'enchaînement
Pas en avant, parer et donner un coup de poing Le coq d'or debout sur une patte, droite
Pas en avant et saisir la queue de l'oiseau Le coq d'or debout sur une patte, gauche
Simple fouet Séparer le pied droit
Mouvoir les mains comme des nuages Séparer le pied gauche
Simple fouet Tourner et coup de talon
Caresser l'encolure du cheval Brosser le genou à droite
Séparer les pieds à droite et à gauche Pas en avant et coup de poing
Tourner et donner un coup de talon La belle tisse la navette, droite
Pas en avant et brosser le genou (gauche, droit) La belle tisse la navette; gauche
Pas en avant et donner un coup de poing vers le bas Pas en avant avec les sept étoiles
Se redresser, tourner et lancer le poing en arrière Reculer d'un pas et chevaucher le tigre
Pas en avant, parer et donner un coup de poing Tourner le corps et balayer le lotus
Donner un coup de pied avec le talon droit Tendre l'arc et tirer sur le tigre
Frapper le tigre à gauche
Frapper le tigre à droite
Tourner et donner un coup de talon droit
Les deux pics traversent les oreilles
Donner un coup de pied avec le talon gauche
Se retourner et donner un coup de pied avec le talon droit
Pas en avant, parer et donner un coup de poing
Sceller et fermer en apparence
Croiser les mains
Embrasser le tigre et retourner à la montagne
Simple fouet diagonal
Séparer la crinière du cheval sauvage (droite, gauche, droite)
Saisir la queue de l'oiseau
Simple fouet
La fille de jade tisse la navette
Saisir la queue de l'oiseau
Simple fouet
Mouvoir les mains comme des nuages
Simple fouet
Le serpent qui rampe
Le coq d'or debout sur une patte
Reculer et repousser le singe
Le geste du vol oblique
Élever les mains
La grue blanche déploie ses ailes
Pas en avant et brosser le genou gauche
L'aiguille au fond de la mer
Déployer l'éventail depuis le dos
Tourner le corps et le serpent blanc darde sa langue
Pas en avant, parer et donner un coup de poing
Saisir la queue de l'oiseau
Simple fouet
Mouvoir les mains comme des nuages
Simple fouet
Caresser l'encolure du cheval et percer avec la paume gauche
Tourner le corps et croiser la jambe
Pas en avant et donner un coup de poing vers le bas-ventre
Pas en avant et saisir la queue de l'oiseau
Simple fouet
Le serpent qui rampe
Pas en avant avec les sept étoiles
Reculer d'un pas et chevaucher le tigre
Tourner le corps et balayer le lotus
Tendre l'arc et tirer sur le tigre
Pas en avant, parer et donner un coup
Sceller et fermer en apparence
Croiser les mains
Fermeture de Tai ji

Autres tai-chi style Yang[modifier | modifier le code]

Le style Yang a donné naissance à de nombreuses écoles (ou familles). Les trois fils de Yang Luchan pratiquèrent et enseignèrent le Taï chi chuan. C'est à Yang Chen Fu, un des frères, que l'on doit la codification de la grande forme (DA JIA) telle que nous la connaissons aujourd'hui. Yang Shaohou et Yang Banhou, ses frères, ont transmis à leurs élèves des formes qui diffèrent quelque peu, ce qui explique aujourd'hui les différentes variantes dans l'exécution de la forme que l'on retrouve dans les écoles se rattachant au style Yang. Yang Chen Fu n'avait que neuf ans quand son père est mort, il modifia donc et adapta son style pour permettre de mieux le répandre et qu'il soit accessible à tous. Nombreux disent que de ce fait le style n'a rien à voir avec le style original. Il faut citer aussi les fils de Yang Chen Fu qui à notre époque ont continué à enseigner l'art familial : Yang Sau Chung (aujourd'hui décédé), Yang Zhenji et bien sûr Yang Zhenduo, aujourd'hui d'un âge avancé, dont le petit-fils, Yang Jun a repris officiellement le flambeau. Tout comme Yang Chen Fu, Yang Zhenduo fut trop jeune pour apprendre le tai chi quand son père est mort. C'est pourquoi beaucoup se sont encore plus éloigné disant que Yang Zhenduo ne pouvait se prétendre successeur style de Yang Chen Fu contrairement à celui de son frère ou des élèves proches de Yang Chen Fu. En Chine, le lignée se propage au sein de la même famille, (ici famille Yang) même si cela n'a pas de sens pour beaucoup.

Quelques écoles Yang :

Liens[modifier | modifier le code]