Sonny Boy Williamson I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sonny Boy Williamson.


John Lee Curtis Williamson (né le 30 mars 1914 à Madison County, près de Jackson dans le Tennessee et mort le 1er juin 1948) est un harmoniciste américain de blues, le premier à avoir utilisé le nom de Sonny Boy Williamson. C'est à l'âge de 11 ans qu'il reçoit un harmonica en cadeau de noël de la part de sa mère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Ray Williamson (décédé très tôt après la naissance de John Lee) et Nancy Utley Williamson, il fut élevé par sa mère et commença à travailler dès les premières années de son adolescence dans le circuit de l'État, où il côtoie Yank Rachell, avant de partir s'installer brièvement à St Louis, puis définitivement à Chicago en 1934. C'est en 1937 qu'il obtient son premier contrat d'enregistrement, considérés comme proche du style country, mais il a rapidement démontré sa compétence à faire de l'harmonica un instrument soliste pour le blues, ce qui lui a valu le surnom de The father of modern blues harp (Père de l'harmonica moderne).

Son premier enregistrement Good Morning, School Girl est un succès en 1937. De 1937 à 1945, il enregistra pour le label Bluebird, et de 1945 à 1947, il sortit ses enregistrements chez Victor. John Lee devient très célèbre dans tout le sud-est des États-Unis et devient le synonyme de l'harmonica blues pendant la décennie suivante. Une autre de ses chansons à succès est Shake the Boogie. Son style inspire alors de nombreux bluesmen comme Billy Boy Arnold, Sonny Terry ou encore le jeune Muddy Waters. À 26 ans, de sa première session jusqu'en 1940, en un peu plus de six mois, John Lee enregistrera 40 chansons en compagnie de Joe Williams, le pianiste Walter Davis, Yank Rachell à la mandoline (notamment sur le titre Whisky headed Blues) et Big Bill Broonzy à la guitare (notamment sur le titre Good Gravy). Il épousa Lacey Belle, qui supporta ses humeurs d'alcoolique jusqu'à sa mort ; il n'eut jamais de groupe qui le suivit, choisissant souvent ses musiciens selon qu'ils aient une voiture pour le transporter soûl après ses concerts, dont généralement le public n'entendait pas la sélection jusqu'au bout. La dernière session d'enregistrement de Sonny Boy Williamson I eut lieu à Chicago en décembre 1947, en tant que musicien pour Big Joe Williams

Décès[modifier | modifier le code]

Le soir du 1er juin 1948, il est assassiné vers 2 heures, au sortir d'un concert donné au Plantation Club une taverne de la 31e rue et de l'Avenue Giles. Il est poignardé, blessé à la tête et détroussé à quelques blocs de distance de sa maison de la 3226 Gilles Avenue. Il sombra dans le coma, et sa mort fut prononcée à son arrivée à l'hôpital. Ses derniers mots auraient été « Lord have mercy! » (Seigneur, ayez pitié!)[1]. Enterré dans le sud-ouest de la ville de Jackson, John Lee a sa tombe sur l'ancien site de la Blairs Chapel Church. En 1991, une pierre de granit rouge fut achetée et placée à l'endroit de son enterrement par quelques fans et membres de sa famille. Une pierre historique indique également l'endroit de sa naissance, sur la 18e de Tennessee Highway, au coin de Caldwell Road.

Sa musique est tellement célèbre pendant les années 1940 qu'un autre harmoniciste de blues, Aleck/Alex « Rice » Miller commence à utiliser également le nom Sonny Boy Williamson. John Lee s'y opposera en vain. Sonny Boy Williamson est considéré comme le plus grand harmoniciste de l'entre-deux-guerres ; en 1980, il fait partie des premiers musiciens de blues à être intronisés au Blues Hall of Fame à la création de celui-ci.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon une autre version des faits, moins officielle, il aurait été assassiné après un concert avec un pic à glace à Chicago en 1948 par un mari jaloux.

Album[modifier | modifier le code]

  • Shotgun Blues, dont sont issus les titres mentionnés ci-dessous (1938)

Principaux titres[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Mike Rowe pour CATFISH Records, notes de la pochette du CD Shotgun Blues
  • La grande encyclopédie du blues par Gérard Herzhaft - Fayard, 2002, isbn 2-213-59996-3.
  • Blues for Dummies par Lonnie Brooks, Cub Koda et Wayne Baker Brooks - IDG Books, 1998, isbn 0-7645-5080-2.